Le cyclisme français a connu des journées plus sombres. L'émotion a été forte avec la victoire de Thibaut Pinot à Lienz, sa première depuis plus de 1000 jours et son succès au Tourmalet lors du Tour de France 2019. Mais ce dernier acte du Tour des Alpes a aussi, dans un registre différent, apporté une autre grande satisfaction avec la victoire finale de Romain Bardet. Elle va faire un bien fou au natif de Brioude, à quelques encablures d'un Tour d'Italie où il a décidé de s'aligner, avec une certaine ambition.
Jeudi, le leader du Team DSM était revenu à deux petites secondes du maillot vert, l'Espagnol Pello Bilbao (Bahrain), grâce à une bonification engrangée via sa 3e place derrière Miguel Angel Lopez et Thibaut Pinot. Il avait donc un bon coup à jouer vendredi sur la route de Lienz. En embuscade dans le peloton des favoris, Bardet a contrôlé son adversaire direct, avant de porter l'estocade dans l'ultime ascension de la semaine. Mais il en a bavé : "C'était vraiment une journée très difficile aujourd'hui, très froide. La plus dure de toute la semaine, alors je suis vraiment heureux de cette victoire."
Tour des Alpes
Madiot : "Le grand Pinot ? Attendons encore un peu"
23/04/2022 À 10:33
C'est son premier succès final dans une course par étapes depuis... le Tour de l'Ain 2013. Une éternité. Si la victoire finale est la sienne, le Français peut aussi remercier toute son équipe, impeccable tactiquement. Marco Brenner a d'abord pris l'échappée pour éviter à la DSM de travailler derrière. Puis Romain Bardet a pu compter sur un Thymen Arensman remarquable. Le jeune néerlandais (22 ans) a accompagné son leader lors de l'offensive décisive et il termine d'ailleurs à la 3e place du classement général final, en plus du maillot de meilleur jeune.

1007 jours après le Tourmalet, 24h après les larmes : Pinot, le bonheur absolu

Du vert au rose ?

"Je suis encore plus satisfait de la manière, savoure Bardet. On a réussi la course parfaite, c'était du cyclisme d'école. Je suis fier de notre équipe. Ça fait deux années de développement et tout le monde a adhéré au projet. D'ailleurs on avait beaucoup roulé ensemble avec Thymen (Arensman) cet hiver. Quand j'ai vu qu'on était ensemble dans ce petit groupe de trois devant le peloton à la fin, je me suis dit 'C'est bon, ils ne vont plus nous revoir'. Et Thymen a super bien joué son rôle".
Les deux compères seront à nouveau réunis au mois de mai sur le Giro, le grand objectif de la saison de Romain Bardet. "Notre priorité sera de viser le général avec Romain et nous avons des gars en grande forme pour atteindre cet objectif", juge le directeur sportif Matt Winston. "Sur ce Tour des Alpes, on a montré qu'on avait une grosse équipe, savoure Bardet. Avoir Thymen avec moi sur le podium ici, c'est super et ça nous donne confiance pour la suite."
La suite, pour Romain Bardet, ce sera d'abord Liège-Bastogne-Liège, dimanche. Sur sa forme, il peut espérer quelque chose. S'il n'a plus disputé la Doyenne depuis trois ans, c'est la classique où il a obtenu ses meilleurs résultats. Un podium en 2018 (3e) et trois autres top 10 (10e en 2014, 6e en 2015 et 2017). Mais c'est bien sur le Tour d'Italie, dans deux semaines, qu'il sera très attendu. "Le but n'est pas de se mettre la pression, a-t-il confié à Eurosport cette semaine. Je veux arriver à Budapest (d'où s'élance cette édition 2022) avec 100% de mes moyens. Quant à savoir si je vais faire 5e, 6e ou plus haut, je l'espère..." Après ce Tour des Alpes, difficile de revoir ses ambitions à la baisse.

Le vainqueur de Liège n'a peut-être pas couru la Flèche

Tour des Alpes
Pinot : "J’avais la rage, le couteau entre les dents"
22/04/2022 À 16:00
Tour des Alpes
Pluie, souci mécanique, mur décisif : la grande journée de Pinot et Bardet
22/04/2022 À 14:02