On a cru que le sort s’acharnait. Que l’histoire allait encore se répéter. Quand Thibaut Pinot a eu un problème mécanique au pied de l’ultime ascension de ce Tour des Alpes, le spectre de la déveine perpétuelle l’a traversé. Mais Pinot s’est très vite relancé, reprenant la roue d’un David de la Cruz qui n’avait pas cherché à profiter de la situation. Quelques minutes plus tard, le grimpeur français de la Groupama-FDJ a enfin mis un terme à près de trois ans de disette.
"Il n’y a pas grand-chose qui pouvait m’arriver aujourd’hui. J’ai eu pas mal de petits soucis pendant l’étape…", a-t-il souri, interrogé peu après sa victoire. Comme s’il fallait que son succès libérateur lui ressemble. Parce que Thibaut Pinot a joué avec les nerfs de ses admirateurs jusqu’au bout. Dans le Stronach, mur de 3,2 km à 11,8%, il a pris une quinzaine de secondes d’avance sur De la Cruz… mais l’Espagnol d’Astana Qazaqstan est revenu dans la descente.
Tour des Alpes
Pinot de retour, Bardet au sommet : Grand bleu dans les Alpes
22/04/2022 À 13:23

Pluie, souci mécanique, mur décisif : la grande journée de Pinot et Bardet

Les astres se sont alignés

Restait alors un sprint en côte, pour départager les deux hommes. Pour "tourner cette page de merde", comme Pinot avait échoué à le faire, la veille. Mais cette fois, le Franc-Comtois s’est montré intraitable à Lienz. Trop puncheur pour son adversaire, trop rageur pour quiconque. C’était son jour. "Je savais qu’avec la pluie, l’échappée avait une chance d’aller au bout, relate le 3e du Tour de France 2014. C’était un parcours vraiment difficile, il a fait très froid, ce sont des conditions que j’aime beaucoup."
Des conditions aux antipodes de celles qui l’avaient vu remporter la 14e étape du Tour de France 2019. C’était il y a plus de 1000 jours. Au sommet du Tourmalet, Pinot tutoyait alors les étoiles. Depuis, il a quasiment vécu trois ans de galère, jusqu’à ce vendredi 22 avril 2022, lors de la 5e et dernière étape du Tour des Alpes, "(son) épreuve préférée". "C’est un gros soulagement de gagner, a-t-il déclaré, moins démonstratif qu’il y a 24 heures. C’est vraiment du bonheur."

Pinot : "Un gros soulagement de regagner ici, c'est très fort pour moi"

"Je me nourris tellement de mes échecs…"

"J’avais la rage cette nuit, a ajouté Pinot, au micro de nos confrères de L’Equipe. Ce matin, j’avais le couteau entre les dents. Je la voulais celle-là, j’avais des supers jambes." Il a encore prouvé son art de la résurgence : "Je rebondis très vite, c’est un peu ma spécialité. Je me nourris tellement de mes échecs que chaque échec me donne de la force. J’étais transcendé, je n’ai pas manqué une échappée, j’ai tout fait à fond, toute la journée. Je n’ai senti ni le froid, ni la pluie."
L’effusion de joie de vendredi a été moins spectaculaire que l’intense frustration de jeudi. Elles sont intimement liées. C’est en deux temps que Pinot est parvenu à enrayer la spirale négative qui le ronge depuis ce Tour 2019 quitté sur une blessure, lors de l’antépénultième étape. La suite ? Un Dauphiné 2020 qui lui échappe de peu, puis une chute dès le lancement de la Grande Boucle, à Nice, et deux ans à courir autant derrière sa forme que contre son mal de dos.

Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) sur la dernière étape du Tour des Alpes

Crédit: Getty Images

"Cela va vraiment me soulager, me libérer d’un poids"

Il y a eu plusieurs signaux positifs, avant la délivrance de vendredi pour Pinot (31 ans, 32 victoires). Dont un discours optimiste à l'entame de sa saison 2022. "Être blessé aussi longtemps sans voir le bout du tunnel, c'était moralement assez dur. Je me suis toujours accroché à l'idée de revenir à mon meilleur, c'est ce qui m'a permis de revenir à un très bon niveau", résumait-il ainsi en janvier, décidé à "redevenir le coureur d'avant (sa) chute sur le Tour 2020."
Il y a aussi eu des coups de mou, entre autres sur ce même Tour des Alpes en 2021. Récemment, Pinot a encore goûté au bitume lors du Circuit de la Sarthe, puis il a terminé à une anonyme 14e place la Classic Grand Besançon Doubs, le 15 avril. Mais il n'a cessé d'y croire. Il est récompensé et tourné vers l'avenir : "On va arrêter de me parler de mes 1000 et quelques jours sans gagner. Cela va vraiment me soulager, me libérer d'un poids. Je sais que je suis de nouveau capable de gagner de belles courses. La semaine prochaine je vais au Tour de Romandie pour y briller."

Thibaut Pinot encore à l'attaque, lors de la 5e étape du Tour des Alpes

Crédit: Getty Images

Tour de Romandie
Vlasov s’envole, Dennis s’effondre, Pinot finit bien
01/05/2022 À 19:33
Tour de Romandie
Pinot fait le bilan : "Je vais rentrer un peu frustré après cette semaine"
01/05/2022 À 13:31