"Fabian avait une bonne chance de gagner"

"Fabian avait une bonne chance de gagner"
Par Eurosport

Le 01/04/2012 à 20:10Mis à jour Le 01/04/2012 à 23:12

Johan Bruyneel en est convaincu, Fabian Cancellara aurait eu les moyens de jouer la gagne dans le final du Tour des Flandres sans sa chute. La frustration est d'autant plus grande dans le camp RadioShack que l'équipe est apparue bien plus solide que prévue.

Il y a beaucoup de façons pour un favori de ne pas gagner une course. Mais celle-ci est sans doute à la fois la plus bête et la plus injuste. Il restait encore un peu plus de 60 kilomètres à couvrir et le Tour des Flandres de Fabian Cancellara n'avait pas encore véritablement débuté. Puis, au détour de la dernière zone de ravitaillement, en une fraction de secondes, le Suisse a tout perdu. A le voir au sol, au beau milieu de la route, on a tout de suite compris que Cancellara ne repartirait pas. Trois de ses équipiers sont restés à ses cotés, au cas où. Mais son compte était bon.

Aux premières loges, Sylvain Chavanel a tout vu. "Je l'ai vu tomber, juste à côté de moi, et j'ai failli faire de même, raconte le champion de France. Il y avait des bidons sur la route. Il a fait un vol plané assez impressionnant. Pas de chance". Filippo Pozzato va même plus loin. "Il s'est retrouvé par terre à cause de quelques coureurs idiots, qui ne font pas attention, juge l'Italien. Il y a beaucoup d'inconscients dans le peloton." Rapidement évacué vers l'hôpital d'Audenarde pour y recevoir les premiers soins, le Bernois a passé des radios qui ont révélé une triple fracture de la clavicule droite. Il doit être rapatrié vers la Suisse où il sera opéré, à Bale. Pour lui, la campagne de classiques est finie. Selon le porte-parole de son équipe, Spartacus doit observer un repos complet minimum d'une semaine. Il ne pourra pas reprendre la compétition avant quatre à six semaines. La "Semaine Sainte" s'est vite transformée en enfer...

"Ce ne sont que des si"

On ne saura jamais si Fabian Cancellara aurait pu faire exploser la course dans le final comme il en avait l'intention. Mais personne n'était au-dessus du lot, pas même le vainqueur Tom Boonen. Pour Johan Bruyneel, pas de doute, le Suisse aurait été dans le coup pour la gagne. "J'étais confiant et sans sa chute, il aurait sans doute été avec les meilleurs devant dans le final. S'il n'était pas tombé, Fabian aurait eu une bonne chance de gagner. Mais tout ça, ce ne sont que des si", concède le manager de la formation RadioShack-Nissan Trek. "Pour lui comme pour l'équipe, c'est en tout cas une grosse déception, ajoute Bruyneel. Nous avions beaucoup misé sur cette course."

La frustration est d'autant plus grande que l'équipe était manifestement bien plus solide qu'escompté. Meme sans Cancellara, les RadioShack ont été présents en nombre dans le final. Gregory Rast (11e), Hayden Roulston (21e) et Tony Gallopin (24e) ont réussi à tirer leur épingle du jeu. Sans une crevaison au pire moment, le jeune Français aurait même pu finir plus haut. "C'était dur pour nous de perdre notre leader, mais c'est le cyclisme. Il faut s'adapter et essayer autre chose. En dépit des critiques dans la presse, nous avions une équipe très solide. Les gens peuvent dire ce qu'ils veulent. Ce sont les jambes qui parlent", souligne Roulston. Malheureusement pour RadioShack, celles de Cancellara n'ont pas eu le temps de s'exprimer.

0
0