Bruel hué à Nice, "Jump" joué au Parc des Princes : fallait pas leur ouvrir la scène

Bruel hué à Nice, "Jump" joué au Parc des Princes : fallait pas leur ouvrir la scène

Ils ont chanté au stade, ils n’auraient pas dû
Par Eurosport

Le 23/09/2013 à 15:32Mis à jour Le 23/09/2013 à 22:25

Dimanche, le DJ du Parc a joué l’hymne de l’OM et Patrick Bruel s’est fait huer à Nice. Ils font partie de notre Top 5 des artistes égarés au stade.

PSG-Monaco : Le crash du scratch

On attendait évidemment Falcao, Ibra ou encore Cavani, mais c’est bien Breakbot, DJ du Parc des Princes dimanche soir, qui s’est mis en évidence le premier. Dans la catégorie « chauffer l’ambiance », le Francilien de 31 ans a fait très fort. Bien avant l’entrée des artistes, alors que le Parc se remplit doucement, le DJ commet ce que l’on appellera poliment une légère erreur d’appréciation, en lançant « Jump » de Van Halen. Avec tout le respect que l’on peut avoir pour le groupe de hard rock américain qui a bien failli faire de l’ombre au Thriller de Michael Jackson en 1983, il y avait vraisemblablement mieux à faire, puisque c’est sur cette chanson que le Vélodrome accueille les joueurs de l’OM depuis les années Tapie. Oups. Vous devinerez la suite : tollé du public, et Breakbot contraint de passer à la chanson suivante, en catastrophe. La rumeur raconte qu’il s’est finalement gardé de passer « We’ve Got a Feeling », de Basile Boli et Chris Waddle. En même temps, qui l’aurait reconnue ?

Nice-Valenciennes : Bruel, rendez-vous dans dix ans ?

Si l’inauguration de l’Allianz-Riviera, nouveau stade de l’OGC Nice, a été un franc succès avec une large victoire sur Valenciennes (4-0), on ne peut pas en dire autant de la prestation de Patrick Bruel. Invité à pousser la chansonnette après la rencontre, le chanteur s’est fait conspuer en continu. « Est-ce que vous voulez partager avec moi une petite valse populaire ? », lance-t-il à la foule. « Noooooooon ! », rétorque le public, visiblement au fait de son amour du PSG. Malaise. Deux petites chansons et puis s’en va, passablement agacé. D’ailleurs, c’est bien plus souriant qu’on le retrouvera deux heures plus tard dans les travées… du Parc des Princes, pour assister à PSG-Monaco. 

Lyon-Auxerre : Michaël Youn est mort ce soir

Certes, il s’agissait d’un canular, mais la bronca reçue par Michaël Youn sur la pelouse de Gerland n’avait rien de factice, et aurait réveillé le plus endormi des voisins. Nous sommes en 2004, à la mi-temps du match Lyon-Auxerre. Dans le cadre de son film, Les onze commandements, l’acteur a pour mission de "se prendre un bide" et il a choisi la pelouse lyonnaise pour relever son défi. Les spectateurs ne sont au courant de rien lorsque le speaker invite un groupe de musique inconnu à se produire sur la pelouse. Jusque-là tout va bien. Sauf qu’il ajoute un léger détail : "Ils nous arrivent de Saint-Etienne". Aussitôt, le sang de Gerland ne fait qu’un tour, et le stade tout entier se lève, crachant comme un seul homme son hostilité. C’est alors que Youn et ses partenaires entament, chorégraphie ridicule à l’appui, Le lion est mort ce soir, avant d’adresser un salut triomphal à la foule. Le bide est retentissant. Et le pari plus que réussi.

Lazio-Roma : Gangnam bide

LaPresse

Superbowl : N’oubliez pas les paroles

En 2011, Christina Aguilera a l’honneur d’interpréter l’hymne national, en préambule de la finale du Superbowl. Devant près de 100 millions de téléspectateurs, la chanteuse est malheureusement victime d’un léger trou de mémoire et écorche légèrement les paroles. Plus surpris que choqué, le public lui passe cet écart sur l’instant. Ce n’est que partie remise. Dès le lendemain, la presse se déchaîne, pointant du doigt cette boulette qui passe mal, dans un hymne au patriotisme tout ce qu’il y a de plus américain. Aguilera finira par présenter ses excuses, via un communiqué. "Je ne peux qu'espérer que tout le monde a pu ressentir tout l'amour que je porte à mon pays et que l'esprit  porté par notre hymne national n'a pas été altéré". Au fait Cristina, dispo’ pour chanter Don’t Cry for Me Argentina, en inauguration du Mondial brésilien ?

0
0