Il y a comme un vide. Et cela peut surprendre. Le Bayern Munich, qui se rend chez son dauphin Leipzig ce samedi, va devoir apprendre à vivre sans Robert Lewandowski pendant quelques matches. Et pas des moindres puisqu'en plus de ce choc face à Leipzig qui peut rapprocher encore un peu plus l'ogre bavarois d'un neuvième titre consécutif de Bundesliga, le PSG se dresse à nouveau sur la route des champions d'Europe la semaine prochaine pour les quarts de finale de la Ligue des champions. Les Bavarois se retrouvent avec des rendez-vous cruciaux sans leur atout numéro 1 devant. Et sans vraies garanties pour le remplacer.
Hansi Flick, l’entraîneur du Bayern, n’a pas vraiment de solutions aussi fiables qu’évidentes pour essayer de remplacer son Polonais, qui souffre d'une entorse du genou et devrait manquer quatre semaines. Car le serial-buteur bavarois n'a pas de doublure à la hauteur. Certes, Eric Maxim Choupo-Moting a été recruté en octobre dernier. Mais sans lui faire injure et même s'il a fait bonne impression à plusieurs reprises cette saison quand il en a eu l'occasion, l'ancien attaquant du PSG ne possède pas le CV pour essayer de faire oublier Lewandowski. Alors pourquoi le Bayern, si fourni dans d’autres secteurs, ne dispose pas d'un deuxième avant-centre de très haut niveau pour pallier toute absence de sa star ? Les explications sont multiples.
Football
Pour la première de Nagelsmann, le Bayern tenu en échec par l'Ajax
24/07/2021 À 17:18

Robert Lewandowski

Crédit: Getty Images

Il est clair que le meilleur joueur du monde n'est pas remplaçable un pour un
Déjà, Robert Lewandowski n'est pas n'importe quel avant-centre. C'est un phénomène qui s'impose depuis des années comme l'un des meilleurs joueurs au monde. On parle même tout simplement du meilleur avant-centre de la planète par son agilité, son physique et son efficacité létale. Comme pour Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, dans des registres différents, il est toujours difficile d'envisager de trouver des doublures à ce genre d'ovnis. "Il est clair que le meilleur joueur du monde n'est pas remplaçable un pour un", résume Lothar Matthäus, l'homme aux 150 sélections devenu consultant vedette.
Pour ne rien arranger, Lewandowski est en plus une machine qui accumule les rencontres. Quatre petits matches manqués toutes compétitions la saison passée (contre 47 rencontres disputées), deux en 2018-2019, cinq en 2017-2018 et trois cette saison : le numéro 9 bavarois avait pris l'habitude d'enchaîner comme personne. Ne laissant que des rares miettes à des possibles remplaçants. Et c’est une question de physique mais aussi de mentalité. "Je sais qu'il sera difficile de trouver un bon back-up pour moi, avait d’ailleurs avoué en 2017 "Lewy" lors d'une interview à Sport Bild au sujet déjà d'une éventuelle doublure apte à le faire souffler. Il est évidemment clair que nous parlons d'un attaquant international de haut niveau, et les attaquants de cette catégorie veulent être sur le terrain pour les matches décisifs".

Serge Gnabry

Crédit: Getty Images

Des options alternatives

Or, Robert Lewandowski, avide de lumière et désireux de faire gonfler ses stats comme nombre de grands attaquants, n'est pas du style à partager la chaleur des projecteurs. Si le Bayern a régulièrement cherché le bon profil ces dernières années pour essayer de le faire souffler, le champion d'Europe n'en a pas fait une obsession non plus. La raison ? Les Bavarois savent qu'ils ont d'autres options si besoin. "Nous avons des alternatives à ce poste avec Serge Gnabry et Thomas Müller. Et avec Robert, nous avons le meilleur avant-centre du monde. Nous sommes bien positionnés à ce poste", avait résumé Karl-Heinz Rummenigge, le patron munichois dans Bild en décembre 2019.
Aligné sur les côtés au Bayern - à droite comme à gauche -, Serge Gnabry évolue en effet régulièrement dans l'axe avec l'Allemagne. Il a même débuté les cinq derniers matches à ce poste avec la Mannschaft et a été impliqué dans trois des cinq buts allemands la semaine passée (1 but, deux passes). Pour beaucoup, il serait d’ailleurs l’option numéro 1 pour les prochains matches devant Choupo-Moting. En clair, il n'y a pas panique en la demeure même si le Bayern n'aura forcément pas les mêmes arguments sans l'efficacité du Polonais, auteur de 42 buts en 36 matches toutes compétitions confondues. Mais Hansi Flick, le coach munichois, semble sûr de sa force. Et de son collectif : "L'absence d'un joueur majeur est une situation normale pour un entraîneur. Mon rôle est de trouver une solution". Et de combler un vide.
Bundesliga
150 millions de perte de recettes pour le Bayern ?
05/07/2021 À 15:36
Euro 2020
Un activiste s'invite avec un drapeau arc-en-ciel pendant l'hymne hongrois
23/06/2021 À 19:17