Il y a un mois, Leroy Sané vivait un petit calvaire. Une première période cauchemardesque face à Cologne, les sifflets du public de l'Allianz-Arena et une sortie dès la pause au profit de Jamal Musiala, déterminant dans la victoire du Bayern Munich (3-2) pour sa première sortie à domicile de la saison. Pour l'ancien joueur de Manchester City, cette situation compliquée marquait une forme de continuité après une première saison pour le moins décevante en Bavière. Cela laissait entrevoir un nouvel exercice délicat pour le joueur de 25 ans. Un mois plus tard, le constat n'est plus le même.
Abonnez-vous à Eurosport !
Depuis, Sané est enfin performant et régulier. Il a été décisif à chaque match du Bayern. Que ce soit en sortie de banc avec une passe décisive lors du carton passé au Hertha Berlin (5-0). Ou dans le costume du titulaire qu'il a repris après son entrée réussie face aux Berlinois. Buteur face au RB Leipzig (1-4), passeur décisif contre le Barça en Ligue des champions (0-3), l'international allemand est monté en puissance avant de sortir son match de référence cette saison contre Bochum (7-0) avec un but splendide sur coup franc et une nouvelle passe décisive adressée à Joshua Kimmich.
Ligue des champions
Un finish de feu et le Bayern fait voler Benfica en éclats
IL Y A 18 HEURES

Un repositionnement salvateur

Julian Nagelsmann n'a pas manqué de souligner sa progression. L'entraîneur du Bayern Munich, qui a succédé à Hansi Flick sur le banc bavarois à l'issue de la saison passée, a mis en avant une implication qui pouvait faire défaut à Sané auparavant. Ce qui expliquait en partie les critiques à son égard. "Je vois Leroy Sané se développer positivement, s'est réjoui son coach après la victoire contre Bochum Il était très impliqué face à Bochum. Il était aussi à fond avant la trêve internationale. Il s'engage à fond, il se met dans de bonnes situations. En ce qui concerne le pressing, il a énormément progressé."
Le retour au premier plan de Sané coïncide aussi avec son repositionnement sur le terrain. L'international allemand a le plus souvent évolué sur l'aile droite avec Flick la saison passée. C'est également à ce poste que Nagelsmann l'avait aligné face à Cologne. Depuis, l'entraîneur du Bayern l'a replacé sur le côté gauche, celui que le joueur affectionne le plus. Sans pour autant lui donner un rôle d'ailier pur. Sané ne se contente pas d'attaquer le couloir. Il se recentre régulièrement pour exploiter les demi-espaces, change parfois de côté en cours de match et n'hésite pas à venir dans l'axe.

"Tout le monde essaie de le cantonner à l'aile…"

Cela ne rend son jeu que plus difficile à lire pour l'adversaire. Et c'est un paramètre essentiel dans sa progression. Si sa capacité d'accélération a toujours été sa qualité, elle n'est pas seulement un atout quand il s'agit de déborder. Nagelsmann compte bien l'utiliser dans d'autres zones que les couloirs. "Tout le monde essaye de le cantonner à l'aile, expliquait-il après la performance de son joueur face à Bochum. Mais il a joué pour la quatrième fois en tant que milieu offensif. Il a trouvé des espaces où il a pu mettre en avant ses qualités. Sa vitesse déclenche beaucoup d'attaques."

Leroy Sané et Julian Nagelsmann - FC Bayern

Crédit: Getty Images

Développer la polyvalence de ses joueurs, c'est un cheval de bataille pour Nagelsmann. Cela concerne son effectif en général. Et Sané en particulier. "Bien sûr, il y aura aussi des moments où il jouera à droite, où il jouera au centre, expliquait l'entraîneur du Bayern au média bavarois tz au début du mois de septembre. Contre le Hertha, nous avons changé à un moment donné, et l'avons déplacé vers le poste de numéro dix axial. C'est un autre poste qui lui va bien. Leroy a la qualité pour jouer un rôle de soutien n'importe où sur le terrain. Et cela est indépendant du côté ou de la position."

"Ne pas trop parler de lui"

Ce processus de développement peut prendre du temps, même si Sané brille de tout son éclat depuis quelques semaines. Le temps, c'est justement ce que Nagelsmann est disposé à lui accorder. Pas seulement parce que le coach du Bayern peut s'appuyer sur un arsenal d'éléments offensifs au sein de son effectif pour entourer Robert Lewandowski, de Thomas Müller à Jamal Musiala en passant par Serge Gnabry, Kingsley Coman ou Eric Maxim Choupo-Moting. Aussi parce qu'il sait que Sané part d'assez loin pour reconquérir les cœurs bavarois après une première saison décevante au FCB.
De ce point de vue, Sané a déjà eu le mérite de se remettre sur le bon chemin. Il lui appartient désormais de rester sur cette voie pour confirmer enfin la pleine mesure de son indéniable potentiel sur la durée. "J'ai toujours dit qu'il ne fallait pas trop parler de lui, mais plutôt le laisser jouer", insistait Nagelsmann après la victoire contre Bochum. Une approche qui porte ses fruits depuis quelques semaines pour un Sané enfin performant et régulier. A tel point que ces sifflets reçus il y a un mois face à Cologne paraissent bien lointains désormais.
Ligue des champions
Grippé, Nagelsmann absent du banc contre Benfica
IL Y A 20 HEURES
Ligue des champions
Hernandez dans le groupe du Bayern à Lisbonne malgré ses ennuis judiciaires
HIER À 14:59