Le Bayern a calé pour la deuxième fois consécutive en Bundesliga. Une rareté cette saison, puisqu’il s’agit d’une première pour les joueurs de Julian Nagelsmann. Face à une équipe de Hoffenheim (4e, 43 pts) joueuse et imprévisible, les Bavarois (1er, 59 pts) se sont cassé les dents, voire plus, pour tenter d’arracher la victoire jusqu’au bout. Pris au piège par Christoph Baumgartner (32e) sur un contre éclair, la machine bavaroise s’en est remis à son meilleur artilleur, Robert Lewandowski (45e+2) pour sauver les meubles. Déjà le 29e but du Polonais en championnat, mais qui n’a pas su trouver la clé pour forcer le verrou adverse, malgré trois buts refusés et trois poteaux…
Dans un face-à-face qui promettait sur le papier, les spectateurs de la PreZero Arena ont vu une avalanche d’actions et de jeu se déverser sous leurs yeux. Avec un 7-1 infligé en milieu de semaine à Salzbourg en match retour des huitièmes de finale de Ligue des champions, le Bayern se déplaçait à Hoffenheim - surprenant candidat aux places qualificatives pour la prochaine édition de la C1 – avec la ferme volonté de vite plier l’affaire. C’était sans compter sur la vitesse et la fougue de l’attaque adverse, bien portée par le duo Rutter-Kramaric.
Transferts
Pogba, Dybala, Dembélé : les 8 joueurs en fin de contrat à suivre cet été !
13/06/2022 À 18:35

Le Bayern touché, mais pas coulé…

Car tout aurait pu rapidement bien se ficeler pour les nonuples champions d’Allemagne en titre. Dangereux sur les ailes par l’explosivité de Kingsley Coman notamment, le collectif bavarois a manqué toutefois de justesse dans la finition par Thomas Müller dans la surface de réparation (16e, 27e, 42e) ou encore Leroy Sané (24e) et Serge Gnabry (12e) avec leurs tirs puissants et lointains.
Et malgré une domination stérile, le traquenard est arrivé sur une récupération et une contre-attaque menée par le Français Georginio Rutter. Une projection rapide et un centre fuyant de David Raum ont permis à Christoph Baumgartner (32e) d’une reprise au second poteau et à contre-pied de Manuel Neuer de perturber les plans bavarois.
Mais pas pour très longtemps. Juste le temps d’ajuster le "diesel" du jour, Robert Lewandowski en personne. Sur un corner de Leroy Sané, le Polonais de 33 ans a laissé parler sa puissance dans les airs pour faire trembler les filets d’une tête surpuissante (45e+3)… Après deux matches sans but en Bundesliga, le Polonais a refait surface sur sa première véritable occasion de la rencontre. Auteur d’un triplé en onze minutes chrono, mardi, en Ligue des champions contre Salzbourg, rien ne semblait alors l’arrêter pour sonner la révolte d’un Bayern Munich à deux vitesses.

Hoffenheim - Bayern Munich

Crédit: Getty Images

Une constante malchance pour les Bavarois

Dès la 47e minute, il a encore cru libérer les siens sur un tir de Kingsley Coman, dévié par un défenseur adverse et son bout de crampon. Mais hors-jeu cependant. Dans la foulée, les vagues bavaroises se sont multipliées (55e, 68e, 69e). En face, Hoffenheim a dû mal à répondre et retrouver son second souffle, asphyxié par un Bayern Munich omniprésent, mais sans créativité ni réalisme dans le dernier geste.
Nouvel exemple lorsque Thomas Müller (72e) s’est retrouvé excentré sur la droite de la surface de réparation suite à une accélération au cœur du jeu avec Leroy Sané. Sa frappe, légèrement contrée par le dernier rempart Oliver Baumann, s’est dirigée vers la ligne mais sauvée juste à temps par l’arrière-garde du TSG Hoffenheim. Une dernière action des deux nouveaux entrants, Marcel Sabitzer sur un centre pour une tête arrière d’Eric-Maxim Choupo Moting (84e), n’y a rien changé. Preuve d’une impuissance (18 tirs dont 8 cadrés, 62% de possession, 604 passes réalisées...) et d’un manque de chance trop chronique pour espérer l’emporter.
Un deuxième coup d’arrêt consécutif et inhabituel pour Julian Nagelsmann et ses joueurs, qui peuvent voir revenir à sept points le Borussia Dortmund (2e, 50 pts) en cas de succès face à l’Arminia Bielefeld. Hoffenheim réalise la belle opération du week-end en Allemagne et continue de surprendre à huit journées de la fin.

Robert Lewandowski (Bayern Munich)

Crédit: Getty Images

Bundesliga
Avènement et fol espoir : loin de Rennes, "l’herbe est plus verte" pour Rutter
12/05/2022 À 14:29
Bundesliga
Une fin de saison tranquille : Le Bayern accroché
08/05/2022 À 17:31