Puel reste de marbre

Puel reste de marbre
Par Eurosport

Le 04/03/2009 à 09:45Mis à jour

Parti à Lyon lors de la dernière intersaison, Claude Puel revient dans le Nord, mercredi pour y défier le LOSC en 8e de finale de la Coupe de France. Un rendez-vous particulier, même si le principal intéressé fait la part des choses et ne veut pas tomber dans le sentimentalisme.

Lille s'apprête à vivre la semaine la plus excitante de sa saison. En trois jours, le LOSC va affronter l'Olympique Lyonnais à deux reprises. Deux rencontres de gala. L'une en 8e de finale de la Coupe de France, ce soir, et samedi en Ligue 1, dans un écrin bien plus prestigieux que le Stadium Nord-Lille Métropole : le Stade de France. Double ration de Lyon, double dose également de Claude Puel, l'ancien de la maison. Parti l'été dernier pour prendre en charge les destinées du roi Lyon, le technicien a durablement marqué un club qui l'a laissé filer vers la capitale des Gaules avec regret.

Claude Puel à Lille, ce sont six saisons exceptionnelles. Successeur d'un Vahid Halilhodzic qui avait déjà contribué à remettre le LOSC sur le devant de la scène nationale, l'ancien milieu de terrain récupérateur de l'AS Monaco a réussi à maintenir le cap et construire quelque chose de solide avec le président Seydoux. Avec la réussite que l'on sait : deux qualifications pour la Ligue des Champions et notamment un 8e de finale perdu face à Manchester United. Mais tout n'a pas été rose. Les débuts ont été laborieux. Sans les cadres de l'ère Vahid, Puel a reconstruit. Deux années pas toujours évidentes (14e en 2002/2003, 10e en 2003/2004) mais durant lesquelles il a pu travailler dans la sérénité avec un Jérôme Seydoux qui n'a jamais douté de sa capacité à tirer l'équipe vers le haut. En guise de remerciement, le technicien n'a pas cédé aux sirènes du FC Porto, qui cherchait un remplaçant à Jose Mourinho durant l'été 2004.

"Le ressenti, c'est quelque chose de personnel"

Professionnel jusqu'au bout des ongles, Claude Puel le reste lorsque l'on évoque le sujet lillois et son retour. "Lille c'est une bonne petite période de ma carrière, lance-t-il timidement. Mais ce sentiment, je l'ai déjà eu quand je suis retourné à Monaco avec Lille." Quand on insiste, le technicien lâche quelques mots supplémentaires. Mais garde ses sentiments pour lui : "Ce sera la première fois que je vais affronter Lille à Villeneuve d'Ascq. Mais le ressenti, c'est quelque chose de personnel. J'aime bien séparer les choses et avoir une démarche professionnelle. Je ne veux pas tout mélanger. Nous irons là-bas pour nous imposer." Du Claude Puel dans le texte.

L'homme est bien plus prolixe lorsqu'il s'agit de parler du LOSC en tant qu'adversaire. Là, Puel est intarissable. Et connait vraiment bien la maison. "Nous savons à quoi nous attendre face à une équipe de Lille qui est très solide et très costaud. C'est une formation qui a peut-être eu récemment du mal contre des équipes présumées moins fortes, mais qui est toujours bien présente quand il s'agit de jouer contre les équipes du haut de tableau. Nous nous attendons à deux matchs très difficiles. Contre Lille, ce sont toujours des rencontres âpres, disputées, très denses physiquement." Apre, disputé, dense : ça ne vous rappelle personne ?

0
0