Jérémie Aliadière (FCL), renard sur le tard

Aliadière, renard sur le tard
Par Eurosport

Le 15/04/2013 à 18:23Mis à jour Le 15/04/2013 à 20:54

Auteur de 14 buts en L1, Jérémie Aliadière (Lorient) est le Français qui marque le plus cette saison. L’ancien Gunner a changé et en récolte les fruits.

La valeur n’attend pas le nombre des années, dit-on. Parfois, si. Jérémie Aliadière en est la preuve vivante après en avoir été longtemps la victime. Ex-grand espoir du football français, comme tant d’autres, l’attaquant de Lorient est enfin en train de décoller cette étiquette qui lui a collé au corps durant plus d’une décennie. Aujourd’hui, lorsqu’on parle du Lorientais, on utilise le présent et même le futur. Plus le passé. On ne cherche plus à savoir ce qu’il aurait pu devenir, lui en qui Arsène Wenger voyait un nouveau Marco van Basten quand il est arrivé à Londres. On préfère se pencher sur ses accomplissements avec les Merlus.

Auteur d’un doublé samedi face à Bastia (4-1), Jérémie Aliadière en est à 14 buts inscrits en Championnat de France depuis le début de la saison. Pas la peine d’aller chercher bien loin, c’est son meilleur total en carrière, loin devant la saison 2007/2008 lors de laquelle le numéro 11 du FC Lorient avait trouvé la faille à 5 reprises avec Middlesbrough (Premier League). Troisième meilleur buteur de Ligue 1 à égalité avec Bafétimbi Gomis (Lyon), Aliadière est également, toujours en compagnie du Lyonnais, le buteur français le plus prolifique des cinq championnats majeurs d’Europe. Aliadière a notamment marqué six fois de plus que Karim Benzema (Real Madrid). Et trois buts de plus qu’Olivier Giroud (Arsenal). A la vitesse où vont les choses, on ne serait pas étonné de retrouver le Lorientais en Uruguay (5 juin) et au Brésil (9 juin), où les Bleus disputeront deux rencontres amicales en fin de saison.

Aliadière : "Ce n'était pas dans ma nature"

D’ici là, Aliadière, qui a également réussi 7 passes décisives en L1, a encore un peu de pain sur la planche. Dès mardi à Saint-Etienne où Lorient va tenter de décrocher son billet pour les demi-finales de la Coupe de France, l’ancien Gunner va tenter de poursuivre sur sa lancée d’une saison qui a tout pour se finir bien. Comme elle a commencé, d’ailleurs. Deux réalisations lors des deux premières journées de L1 avaient mis le natif de Rambouillet sur de bons rails. "Cela se voyait car il mettait tout (lors de la préparation). Et avoir marqué tôt dans le Championnat l'a aussi mis en confiance", se rappelle Kévin Monnet-Paquet.

Enfin débarrassé des multiples blessures qui ont émaillé sa carrière et se sentant comme un poisson dans l’eau à Lorient, club qui a cru en lui en 2011, Jérémie Aliadière s’éclate. Et reconnait avoir dû changer sa nature profonde pour devenir un renard des surfaces. "En jouant plus haut, j'ai dû retrouver cet esprit de buteur et me mettre dans la tête que c'était mon rôle, maintenant, de marquer", affirme-t-il à l'AFP. "C'est dur, car ce n'est pas dans ma nature. J'ai toujours été un joueur qui aimait bien faire des une-deux, redonner le ballon, le toucher. J'ai dû devenir égoïste : à l'entrée de la surface, tu frappes". La recette est simple. Elle marche. Et plait notamment à l’Olympique de Marseille, qui s’est d’ores et déjà penché sur l’attaquant. Comme quoi, il n’est jamais trop tard pour bien faire.

0
0