Football
Coupe de France

Fossé béant et fragiles éclaircies : Quel bilan après quatre mois de mandat pour Garcia ?

Partager avec
Copier
Partager cet article

Rudi Garcia

Crédits Getty Images

ParMartin Mosnier
11/02/2020 à 22:15 | Mis à jour 12/02/2020 à 18:20
@MM_eurosportfr

LIGUE 1 – Quatre mois après sa prise de fonction à l’OL, Rudi Garcia n’a pas franchement permis à Lyon de retrouver ses ambitions. Entre les résultats médiocres et la faiblesse de son équipe face aux gros, le bilan est très moyen. Mais, attention, tout n’est pas à jeter. Explications.

''Il faudrait vraiment que la foudre s’abatte sur le club pour ne pas continuer avec Rudi Garcia. Il n’est d’ailleurs pas prévu de discuter en fin de saison.'' Pour éviter d’entamer un débat autant l’éteindre avant qu’il ne fasse surface. C’est parce qu’il sait sans doute au fond de lui que son entraîneur est loin d’apporter satisfaction que Jean-Michel Aulas a préféré lever le voile sur l’avenir de Rudi Garcia. Le coach de l’OL a donc la pleine confiance de son président et si cela ne signifie pas grand-chose dans 99% des clubs, à Lyon, beaucoup plus qu’ailleurs, cela a un sens. Rudi Garcia n’est donc pas menacé. Ni à court ni même à moyen terme. Pourtant, quatre mois après avoir remplacé Sylvinho, le coach de l’OL n’a pas sorti les Gones de l’ornière.

Après 24 journées, Lyon est encore plus loin du podium que lors de sa prise de fonction. Et pour cause, depuis la 9e journée, Lyon n’affiche que le septième bilan de Ligue 1 et a perdu du terrain sur chacun de ses concurrents. Sur la période, Lyon accuse un retard d’un point sur Lille, deux sur Monaco, cinq sur Rennes, 12 sur l’OM et, plus anecdotique, 16 sur le PSG. Le retard accumulé en championnat fait grandir la menace d’une absence en Ligue des champions l’an prochain.

Ligue 1

Payet n’est pas prêt à toutes les concessions salariales : "Je suis aussi père de famille"

31/05/2020 À 11:34

Plus proche de la zone rouge que la 2e place

Or une qualification directe en C1 reste l’objectif prioritaire du club mais aujourd’hui, les Gones sont plus proches de la zone de relégation que de la deuxième place. Après 24 journées, la thèse de l’accident ne tient plus et l’inquiétude est réelle. Les défaites concédées face aux membres du top 5 (Paris, Rennes, Marseille, Lille) en Ligue 1 alimentent à la fois la réputation d’un Rudi Garcia faible face aux forts et le déclassement lyonnais. Voilà pourquoi les relations restent toujours très fraîches entre l’ancien entraîneur de l’OM et une grande partie du Groupama Stadium qui ne l’a jamais vraiment adopté. La qualité très aléatoire du jeu proposé, sa grande pauvreté observée face à Amiens (0-0) notamment, ne rassurent guère.

Mais tout n’est pas à jeter et il serait profondément injuste de réduire le début de mandat de Garcia à une succession de désillusions. Sa gestion de Maxence Caqueret et Rayan Cherki marquent le retour de la formation au centre du projet sportif lyonnais et contribue autant à la faire rayonner qu’à muscler le niveau de l’équipe.

Rudi Garcia lors du match opposant Nice à Lyon, le 2 février 2020

Crédits Getty Images

Les Coupes, précieuses et fragiles alliées

Mais surtout Lyon reste engagé dans quatre compétitions et, à cette période de l’année, cela reste un vrai tour de force. Finaliste de la Coupe de la Ligue, quart de finaliste de la Coupe de France et, surtout, qualifié pour les 8es de finale de la Ligue des champions, le Lyon de Garcia s’accroche à ces trois Coupes comme autant de bouées de sauvetage. Parce que si la qualification européenne est devenue au fil des ans une nécessité autant qu’une habitude à Lyon, l’absence de trophée depuis 2012 nourrit la frustration voire la rancœur d’une partie de ses supporters biberonnés aux triomphes de la bande à Juninho et Govou dans la première décennie du XXIe siècle.

Le bon parcours en Coupes est la partie la plus scintillante du bilan de Garcia mais il reste, par définition, très fragile puisque toute défaite est fatale. Il paraît aujourd’hui bien difficilement concevable de voir l’OL prendre le meilleur sur le PSG en finale de la Coupe de la Ligue et encore plus sur la Juventus Turin sur l’ensemble des 180 minutes de C1. Pour toutes ces raisons, ce quart de finale de Coupe de France face à l’OM est l’un des rendez-vous les plus importants du début de mandat de Garcia. Il faut se souvenir que c’est une défaite en Coupe de France à domicile, en demi-finale face à Rennes, qui a coûté son poste à Bruno Genesio l’an dernier. Et si une sortie de route au Groupama Stadium face à un OM qui le toise de 16 points en championnat ne menacerait pas Rudi Garcia, elle fragiliserait assez nettement sa position et jetterait un voilà sombre sur son bilan.

Ligue 1

"Ce n'est pas de la fiction" : Aulas répond à la pique de Maracineanu

30/05/2020 À 08:56
Ligue 1

Ca bouge encore à l'OM... Pérez sur le départ

30/05/2020 À 06:22
Dans le même sujet
FootballCoupe de FranceOlympique LyonnaisOlympique de Marseille
Partager avec
Copier
Partager cet article
Pariez sur le Football avec Winamax
1. FC Nürnberg
1
2.05
SpVgg Greuther Fürth
PFK Botev Plovdiv
Botev Vratsa
Bulgaria
Republic of Ireland
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313

Dernières infos

Ligue 1

Un mercato entre clubs français, mais pour quoi faire ?

IL Y A 3 HEURES

Vidéos récentes

Football

Odegaard veut jouer la prochaine Ligue des champions

00:01:09

Les plus lus

Cyclisme

Tout est-il à jeter chez Lance Armstrong ?

IL Y A 15 HEURES
Voir plus