Après sept ans ou plus de travail en commun, comment définir Stéphane Moulin ?
Thomas Mangani (33 ans, milieu, à Angers depuis 2015) : "Sa force, c'est la régularité, le fait de rester toujours le même dans les moments où ça se passe très bien et dans les moments plus difficiles. Il ne s'enflamme pas, il ne dramatise pas".
Ismaël Traoré (34 ans, défenseur et capitaine, à Angers depuis 2015) : "C'est quelqu'un de simple. C'est rare dans notre milieu. Il sait ce qu'il veut".
Trophée des Champions
Pour Pochettino, Hakimi "est resté concentré" malgré les sifflets
IL Y A 10 HEURES
Romain Thomas (32 ans, défenseur, à Angers depuis 2013) : "Il est très précis dans ce qu'il demande. C'est rigoureux. Et il est très humble. Il sait d'où il vient, il sait aussi les joueurs qu'il a avec lui".
Pierrick Capelle (34 ans, à Angers depuis juin 2015) : "Beaucoup de rigueur. Très performant sur l'expression collective de l'équipe, ce qui forme une bonne alchimie avec les individualités qui se démarquent".

Stéphane Moulin (Angers) face à Rennes - Ligue 1 2020-21

Crédit: Getty Images

Il a fait progresser l'équipe tout en perdant régulièrement ses meilleurs joueurs. Comment l'avez-vous vécu ?
T.M. : "Parfois les bons joueurs restent aussi ! Ce sont surtout les joueurs offensifs qui sont partis. Nous qui sommes là depuis sept ans, on fait aussi partie de la force de cette équipe. On est passés ensemble par des victoires, des défaites, des moments de joie, ça soude".
R.T : "C'est une fierté de voir les jeunes partir dans des clubs qui jouent l'Europe ou à l'étranger. Nous, on a un noyau dur qui est resté, c'était plus facile pour transmettre les bases techniques et tactiques, parce qu'on se connaît par coeur".
P.C. : "C'est la réalité d'Angers, un club tremplin en L1 pour les plus talentueux. Mais il reste toujours de la qualité. On est convaincus de l'importance de ce noyau dur, mais maintenant, c'est la fin d'une ère".
I.T. : "Dans une équipe, personne n'est irremplaçable. On pouvait croire qu'on s'affaiblissait en vendant nos meilleurs joueurs mais ça nous permettait aussi d'en récupérer d'autres".

Pas de folie mais du sérieux et de la maîtrise : Angers a évité le piège sedanais

Ca a été votre choix de rester ?
R.T. : "J'ai eu des sollicitations, ça ne s'est pas fait. Je me suis toujours senti super bien dans ce club, dans cette ville. Ici, ça a toujours été serein, sain".
I.T. : "Changer pour changer, ça m'intéressait pas. A partir du moment où il y a une bonne ambiance et qu'on travaille dans des super conditions, je n'avais pas besoin de partir, surtout à mon âge".

La fin du rêve pour le Club Franciscain : revivez la large victoire d'Angers

La finale de 2017 au Stade de France, ça reste le point culminant de ces années ?
I.T. : "C'était énorme. On n'est pas habitués à jouer ce genre d'événement. On a tous été impressionnés quand on est sortis pour l'échauffement et qu'on a vu le mur de supporters, tout le virage angevin rempli, en Noir et Blanc, et ça criait dans tous les sens".
T.M. : "Une ambiance superbe ! Ca a été une courte défaite, 1-0 dans les dernières minutes. Mais à la fin, on a fait un tour d'honneur, avec des applaudissements même du virage parisien. C'était très beau et très fort".
R.T. : "On a perdu la finale sur le terrain mais je pense qu'on l'a gagnée dans les tribunes".

Guirassy a sonné la révolte, mais Rennes était déjà tombé dans le piège

Y a-t-il une motivation particulière pour mercredi ?
R.T. : "On a comme objectif de bien terminer la saison, en championnat et en coupe. On va aller là-bas pour réaliser un exploit. On n'a jamais battu Paris depuis qu'on est remontés en L1. On sait que ce sera compliqué mais on va jouer crânement notre chance".
I.T. : "Si on pouvait aller en finale pour la dernière année de Moulin ici, ça serait super. Mais quand on rentre sur le terrain, on ne pense pas à tout ça".
P.C. : "Finir le championnat en roue libre quand on est en milieu de classement et qu'on n'a plus rien à jouer, c'est différent. Mais on a ce bonus de la Coupe de France. C'est top !"

Angers PSG

Crédit: Getty Images

Trophée des Champions
Gourvennec, le beau geste : "Je partage ce titre avec Galtier"
IL Y A 11 HEURES
Trophée des Champions
Une défaite, pas d'alarmisme : "Nous avons de plus grandes choses à aller chercher par la suite"
IL Y A 11 HEURES