L'OM a bien fait de s'imposer largement (4-1) à domicile face à l'ES Cannet-Rocheville (N3) en 32e de finale de la Coupe de France. Autrement, la malédiction phocéenne des petites équipes aurait pu se transformer en malédiction des Canet. L'élimination cuisante face à l'équipe de Canet-en-Roussillon (N2) lors de l'édition 2020/2021, de trois divisions sa cadette, étant encore dans les esprits.
Ces dernières années, le club olympien n'a effectivement pas été verni, ou pas très performant, contre des "petits", ces clubs évoluant dans les divisions inférieures, en Coupe de France. Plusieurs de ces équipes amateures, évoluant au moins deux crans plus bas que l'élite française, ont trouvé chez les Marseillais de quoi vivre le rêve de surpasser, le temps de 90 minutes, un vieux briscard de Ligue 1.
Transferts
Witsel pisté par l'OM : "On sent Longoria tiraillé dans sa stratégie"
15/06/2022 À 12:36

La fin d'une malédiction ?

Passons l'élimination face à Gueugnon, à domicile, en 2000. Le premier traquenard d'une longue série était tendu par Carquefou, en 2008, dans un stade de la Beaujoire quasi plein à craquer. Samir Nasri et les siens se faisaient alors surprendre 1-0 par une CFA 2 (aujourd'hui devenu le National 3).
Ensuite venait l'élimination contre le futur finaliste surprise, Quevilly (N1), lors d'un quart de finale perdu aux tirs au but en 2012. Puis Grenoble (N2) en 2015, aux tirs au but également. Ensuite Andrézieux (N2) en 2019 et enfin Canet-en-Roussillon la saison dernière. Et pourtant, le onze olympien n'avait parfois rien à voir avec une équipe bis. Lors de son élimination l'an passé, des noms comme ceux de Lirola, Kamara, Gueye, Milik ou Payet figuraient dans la composition de départ.
Des moments à oublier pour les amoureux du club. Olivier, 55 ans, est supporter marseillais. Il "appréhende toujours ce genre de match. Toujours. Pour les équipes en face c'est le match de leur vie et on voit tout de suite si nos joueurs sont dans la rencontre ou pas".
Les supporters seront tentés de croire que la malédiction a été levée lors de la victoire contre Cannet-Rocheville le 19 décembre dernier. Il n'empêche que certains ne pouvaient réprimer un frisson lorsque le pensionnaire de National 3 ouvrait le score au Vélodrome à la 16e minute.
Valentin, 23 ans, supporter également, a eu droit à sa petite frayeur : "Quand tu es mené, à domicile en plus, tu te dis que le scénario va encore se répéter avoue-t-il. Des souvenirs pas si lointains sont vite remontés". Heureusement pour le peuple olympien, Milik venait punir les adversaires du jour réduits à 10, avec un triplé.

"

On a un effectif plus solide

"

Prochaine étape : l'US Chauvigny (N3), dimanche (21h) en 16e de finale. Battre deux "petits" de suite devrait être suffisant pour rompre la malédiction et apaiser les esprits. Qui plus est, quoi de mieux que la nouvelle stabilité défensive apportée par Sampaoli pour éviter les matches pièges. Avec deux buts encaissés sur les sept derniers matchs, Marseille a terminé sa première partie de saison avec la meilleure défense de Ligue 1.
Chose qu'Olivier apprécie chez son OM version 2021/2022. "On a un collectif plus solide cette année. On n'attend plus seulement que Thauvin nous mette un but, souffle-t-il. Avant on avait l'impression qu'un rien nous faisait douter et on déjouait. Contre Cannet-Rocheville on n'a pas perdu nos moyens".

Serein mais pas trop

Aussi, Marseille, pour le moment, bénéficie d'un groupe sans aucun cas de Covid. Ce qui relève presque du miracle ces dernières semaines. Avoir un entraîneur qui fixe la Coupe de France comme objectif dans la saison aide également. En conférence de presse, le technicien argentin a assuré que "La Coupe de France est une compétition très importante pour l’OM. On va tout faire pour aller le plus loin possible. Gagner un titre est le désir du peuple".
Et avec seulement deux joueurs convoqués avec leurs sélections pour la CAN (Pape Gueye et Bamba Dieng), les éléments semblent réunis pour que les Olympiens se hissent au moins au tour suivant. Olivier, lui, préfère tempérer : "Je ne mettrais pas ma main à couper qu'on va les battre. [...] Va savoir si en face ils auront mangé de la buche et du foie gras à Noël ou s'ils vont arriver au taquet" philosophe-t-il.
Ligue 1
L'OM, ivre de joie : "C'est le plus beau souvenir qu'on puisse avoir"
21/05/2022 À 23:45
Ligue 1
PSG champion, OM 2e, coup double de Mbappé : le tableau d’honneur de la L1
21/05/2022 À 21:38