Didier Deschamps l’a répété à Biarritz. Il avait choisi de construire une liste de 8 réservistes et non 7 comme à la Coupe du monde pour : "parer à toute éventualité." Mais, au premier blessé, il a sorti du chapeau un homme qui ne figurait pas parmi les recours choisis la semaine précédente. C’est donc Adil Rami qui remplace Raphaël Varane parmi les 23 heureux élus. En quelques jours, Deschamps s’est contredit. Le Sévillan a grillé la politesse à Samuel Umtiti, le défenseur central en titre des réservistes, celui qui, si l’on s’en tient à la logique exposée par Deschamps quelques jours auparavant ou durant la préparation à la Coupe du monde 2014, aurait dû intégrer la liste des 23.
Au-delà de toute considération sportive qui porterait soit sur le niveau des joueurs soit sur la complémentarité de ceux-ci avec le reste du groupe, cette décision constitue une erreur de communication et de management du staff technique. Non seulement, Deschamps n’a pas tenu parole mais il a envoyé un message négatif aux réservistes : ils peuvent être doublés si les circonstances l’exigent car DD, contrairement à ce qu’il affirmait, n’avait visiblement pas envisagé tous les scénarios.
Football
Rami, l'histoire d'un come-back inattendu
24/05/2016 À 23:02

Raphaël Varane en discussions avec Didier Deschamps lors d'un entraînement des Bleus en novembre dernier

Crédit: Panoramic

Pourquoi ne pas avoir sélectionné Rami dès le 12 mai ?

Si tel avait été le cas, il aurait inclus dans sa liste de réservistes un défenseur central droitier pour anticiper une défection de Koscielny ou Varane. Qu’est-ce qui lui empêchait de placer Rami dans sa liste dès le 12 mai et de gonfler le contingent de réservistes ? Aucune limite n’est fixée dans ces pré-listes tant que celle qui compte, à rendre avant le 31 mai 23h59, ne comporte pas plus de 23 noms. "Je pars du principe qu'un joueur qui a eu un statut de titulaire ne peut pas revenir dans un rôle de réserviste", déclarait DD en dévoilant sa liste. Rami ne l’a jamais été sous Deschamps et compte bien moins de vécu en Bleu depuis 2013 qu’un Schneiderlin ou même qu’un Lacazette. Sûr qu’un rôle de réserviste n’aura pas froissé celui qui n’est plus apparu en Bleu depuis juin 2013 et une tournée catastrophique en Amérique du Sud.
Encore une fois, la valeur de Rami n’est pas remise en cause. L’ancien Lillois signe une année tout à fait convaincante en Espagne et en Europe. C’est la méthode qui pose question. Toujours impeccable dans sa communication notamment dans la gestion du cas Benzema, Deschamps s’est, là, laissé surprendre. Umtiti ne quittera le groupe que le 31 mai prochain. Il n’est pas homme à faire des vagues et il sait que s’il veut revoir le groupe après l’Euro, il a tout intérêt à mettre de côté ses rancoeurs. Mais la semaine risque d’être longue pour le Lyonnais qui peut nourrir un profond sentiment d’injustice.

Samuel Umtiti en conférence de presse avec l'équipe de France

Crédit: AFP

Euro 2016
Varane forfait, Rami prend sa place
24/05/2016 À 19:46
Les grands récits
Aimé Jacquet, quatre ans pour une étoile
25/11/2021 À 22:53