Il n’est pas celui qui fait trembler les filets. Ni celui qui monopolise l’attention des caméras et les Unes des grands quotidiens nationaux au lendemain des succès. Ce n’est pas Memphis Depay, ni Georginio Wijnaldum ou Denzel Dumfries, les trois héros de ce début d’Euro pour les Pays-Bas. Sans lui, pourtant, la belle mécanique oranje n’aurait pas le même rendement. Lui, c’est Frenkie de Jong. Et son entrée dans la compétition a tutoyé le plus-que-parfait.
Après une rapide montée en régime face à l’Ukraine (3-2), le milieu néerlandais a encore haussé le curseur d’un cran contre l’Autriche (2-0), puis a de nouveau régalé devant la Macédoine du Nord (3-0). Son aisance technique, la précision chirurgicale de ses passes et, surtout, son élégance balle au pied ne peuvent laisser indifférent. C’est un fait, le joueur de 24 ans a été l’un des plus séduisants de cette phase de groupes. Et dire qu’on a cru, il y a un peu plus d’un an, avoir perdu sa trace…
Euro 2020
Kjaer : "Eriksen sait qu’on joue pour lui"
03/07/2021 À 19:57
J’étais juste un joueur ordinaire
À l’été 2019, De Jong quittait son cocon amstellodamois pour prendre la direction du FC Barcelone. Eu égard à ses probantes prestations avec l’Ajax en Ligue des champions et à la coquette somme dépensée pour le recruter (86 millions d’euros), les attentes à son sujet étaient très élevées. Elles ont d’abord été déçues. Dans un Barça secoué par de fortes turbulences - en particulier sur son banc -, le Néerlandais a peiné à sortir son épingle du jeu.
"Ma première année à Barcelone s’est bien déroulée, a récemment rembobiné l’intéressé dans un entretien accordé à Voetbal International. J’ai beaucoup joué mais, à mon sens, j’étais juste un joueur ordinaire." Un relatif anonymat qu’il a définitivement abandonné quelques mois plus tard. En janvier dernier, Ronald Koeman, son ancien sélectionneur, lui a enfin confié un rôle à sa mesure dans le cœur du jeu catalan, entre la rampe de lancement Sergio Busquets et la pépite Pedri. Depuis, les Blaugrana vont beaucoup mieux. Et Frenkie de Jong aussi.

Frenkie de Jong / Euro 2020

Crédit: Getty Images

Le milieu formé à l’Ajax le reconnaît d’ailleurs volontiers : "Cette saison, j’ai été capable de me montrer sous un meilleur jour. J’ai mieux joué lors de nombreux matches, même si je pense toujours que je peux progresser et encore grandir. J’espère que nous verrons un meilleur De Jong." Pour le moment, en tout cas, on en prend le chemin.

La pièce maîtresse du collectif oranje

Devenu titulaire indiscutable dans son club, le gamin d’Arkel est également indéboulonnable en sélection. Son association avec Wijnaldum et Marten de Roon dans l’entrejeu est une composante essentielle du 3-4-2-1 concocté par Frank de Boer. Ce dispositif est résolument offensif. Et De Jong est la pièce qui permet de le maintenir en équilibre, par son activité incessante, ses courses tranchantes vers l’avant et sa faculté à servir rapidement ses attaquants.
"À l’Euro, il sera l’une de nos clés, avait avoué De Boer à Marca, début juin. Si Frenkie joue bien, les Pays-Bas joueront bien." Pour l’ancien Ajacide, rapprocher autant que possible les Oranje d’un sacre qui les fuit depuis 1988 ne serait évidemment pas neutre. Cela confirmerait son changement de dimension, alors même que les dernières campagnes ratées du Barça en C1 n’ont pas été de nature à lui permettre de briller bien longtemps. À condition, bien sûr, de franchir l’obstacle tchèque, dimanche à Budapest (18h).
Euro 2020
Le Danemark continue à rêver
03/07/2021 À 17:57
Euro 2020
Un caviar de Maehle et Dolberg a pu doubler la mise : Le superbe but du Danemark en vidéo
03/07/2021 À 16:57