Julian Draxler n’est pas basketteur. Mais son nom évoque forcément quelque chose pour les amateurs de NBA qui se sont extasiés sur les exploits de Clyde Drexler dans les années 80 et 90. Dans l’ombre de Michael Jordan, celui que l’on surnommait « The Glide » (le planeur) a su régaler toute une génération des fans du ballon orange par ses envolées dans les raquettes américaines. Son quasi-homonyme footballeur ne sautera jamais aussi haut que l’idole des Portland Trail Blazers. Mais le jeune espoir de Schalke 04 va tellement vite qu’il donne lui aussi l’impression de planer sur les rectangles verts.
Dire que Julian Draxler est rapide peut même ressembler à un euphémisme pour un joueur aussi précoce. Après avoir commencé le foot à 5 ans dans le petit club du BV Rentfort, à quelques kilomètres de Gelsenkirchen, et intégré le centre de formation de Schalke 04 dès l’âge de 8 ans, il est devenu le quatrième joueur le plus jeune à débuter en Bundesliga. C’était le 15 janvier 2011, à l’occasion d’une défaite face à Hambourg (1-0). Draxler se souviendra éternellement de cette semaine riche événements. Trois jours plus tard, il a signé son premier contrat pro avec son club de toujours, qu’il allait supporter au stade depuis tout petit avec son papa. Et la semaine suivante, il a été titularisé pour la première fois par Felix Magath pour un match remporté sur la pelouse d’Hanovre (0-1), à 17 ans et 124 jours. Seul Nuri Sahin, sous le maillot du Borussia Dortmund, a découvert l’élite allemande à un âge moins avancé que lui.
Les prédictions de Stevens
Ligue 1
Après Neymar... Draxler : la prolongation du milieu allemand au PSG serait actée
09/05/2021 À 18:58
Arriver en Bundesliga est une chose, s’y imposer en est une autre. Draxler a réussi ce tour de force d’autant plus remarquable qu’il n’a pas négligé ses études à côté. Alors que Magath l’incitait à faire un choix entre l’école et le foot, le jeune espoir de Gelsenkirchen a su mener les deux de front et obtenir son bac l’été dernier. "Il y a une bonne connexion entre mon école, Berger Feld, et mon club, Schalke 04, donc ça marche plutôt bien", explique-t-il sur son site officiel. Tellement bien que cela ne lui a pas empêché pas de prendre du galon au sein de son équipe première. Un mois tout juste après ses débuts en Bundesliga, Draxler a participé au match de Ligue des champions face à Valence (1-1), avant d’être titularisé lors de la demi-finale retour perdue face à Manchester United (4-1) début mai. Une déception effacée quelques jours plus tard par un titre, la Coupe d’Allemagne, avec à la clé le but de l’ouverture du score pour une large victoire sur Duisbourg (5-0).
L’émergence du jeune prodige a commencé à faire du bruit outre-Rhin, et Schalke 04 s’est alors empressé de lui faire signer un nouveau contrat jusqu’en juin 2016. Un choix judicieux, tant Draxler n’a fait que confirmer son potentiel. Après avoir obtenu la médaille d’or Fritz Walter, qui récompense chaque année les meilleurs jeunes du football allemand, dans la catégorie des moins de 18 ans, il a pris encore un peu plus d’importance à Schalke sous la houlette d’un Huub Stevens lui aussi enthousiasmé par le potentiel du prodige. "Il est rapide, techniquement très fort et a une très grande vision du jeu. Je voudrais l'aider à progresser afin qu'il soit durablement en équipe nationale dans les deux ans. Etant donné qu'il a bien la tête sur les épaules, qu'il n'a pas un entourage malsain, je suis absolument persuadé que Julian peut passer le cap, après l'Euro 2012, pour intégrer l'équipe de Joachim Löw", prédisait-t-il à l’aube de la saison 2011/2012.
Özil, "le modèle absolu"
C’est quasiment allé au-delà des ambitions de Stevens. Après avoir participé à 30 matches de championnat sous les couleurs de Schalke 04, Draxler a été intégré dans la pré-liste de 27 joueurs de Joachim Löw pour l’Euro 2012. "Julian Draxler n'a pas encore joué avec nous mais il a un énorme potentiel, particulièrement sa vitesse dans les duels", disait alors le sélectionneur allemand. Il a ainsi connu sa première sélection le 25 mai 2012 lors d’un match de préparation en Suisse (5-3), mais n’a pas été retenu dans la liste finale de la Mannschaft pour la compétition. Plus pour la concurrence qui règne dans son secteur que pour son âge, Löw ne rechignant jamais à lancer des jeunes en équipe d’Allemagne. Draxler, dont le poste de prédilection est milieu offensif axial derrière un attaquant de pointe mais qui joue la plupart du temps sur les ailes à Schalke 04, s’inscrit dans un registre assez proche de ceux de Marco Reus, Mario Götze, Andre Schuerrle ou Lukas Podolski. Il n’est qu’une preuve supplémentaire de l’incroyable réserve de talents du foot allemand.
Rien ne dit que Draxler restera éternellement dans l’ombre de ces joueurs tant ses débuts sont prometteurs. A seulement 19 ans, il a déjà dépassé la barre des 60 matches de Bundesliga et incarne l’avenir de Schalke 04. Le club de Gelsenkrichen semble d’ailleurs l’avoir choisi pour prendre la relève de Lewis Holtby, parti à Tottenham, à ce poste de milieu offensif axial qu’il affectionne. C’est peut-être ce qui va permettre à Draxler de suivre le chemin emprunté avant lui par Mesut Özil, passé par Schalke avant de se révéler à Brême et de signer au Real Madrid. "C’est devenu le modèle absolu pour moi. Il a grandi à Gelsenkirchen, il s’est fait sa place en championnat et il a su faire le saut vers l’Espagne. C’est aussi mon rêve, un peu plus tard, de jouer en Espagne", confessait-il l’été dernier. A force de planer sur Gelsenkirchen, Draxler pourrait bien lui aussi, un jour, s’envoler de l’autre côté des Pyrénées.
Transferts
Les 13 infos mercato qui vous ont échappé vendredi
12/03/2021 À 17:52
Qualifications Euro
Draxler et Kehrer absents du groupe allemand
29/08/2019 À 12:34