Ils étaient peu nombreux, ceux qui connaissaient Mattia Perin en début d’année. Sharkfoot en faisait partie et vous avait proposé un rapide portrait. Force est de constater qu’après une vingtaine de matchs, le jeune portier mérite bien plus que quelques lignes. Sa progression exponentielle attire les clubs en recherche d’un gardien jeune et performant. Déjà sélectionné par Cesare Prandelli pour lui faire découvrir le groupe, le jeune italien est fréquemment convoqué avec l’équipe Espoirs où il se dispute le poste de titulaire avec Francesco Bardi. Pourtant, Perin a quelque chose en plus. Outre le fait d’être déjà titulaire dans un club de Serie A, il est de cette race de gardien qu’on sent capable de gagner des matchs à lui tout seul. Son parcours exemplaire fait déjà de lui le successeur potentiel d’Abbiati au Milan ou De Sanctis à Naples, la liste des prétendants ne s’arrête pas là… Mais Mattia a un seul but, devenir le successeur de Gigi Buffon en équipe nationale.
Un homme pressé
Rien ne peut mieux expliquer la carrière de Perin que cette expression. Né à Latina le 10 novembre 1992, le jeune gardien fait ses premières gammes à l’AS Pro Cisterna puis à l’US Pistoiese. Le Genoa flaire la bonne affaire et le recrute lorsqu’il a 15 ans. Il évolue progressivement au sein du club ligure et vient à gagner le championnat primavera ainsi que la Supercoupe de cette catégorie. Le Genoa le récompense en le titularisant le 22 mai 2011 face à Cesena lors de la dernière journée de Serie A. Il a 18 ans. On peut penser que ce match agit comme un déclic; il veut jouer avec les grands désormais et ne peut plus se contenter des catégories de jeunes. La direction du Genoa sent le potentiel de ce phénomène qui effectue son premier match avec l’équipe nationale espoirs à 17 ans. Conscient du prêt réussi de Stephan El Shaarawy (son coéquipier en jeune) à Padoue, le Genoa décide de renouveler l’expérience et prête Perin le 8 juillet 2011.
Euro-scout
Barcelone ne négligera plus Bartra
18/10/2013 À 22:04
Il accepte le fait de commencer avec le statut de doublure d’Ivan Pelizzoli mais le 1er octobre, sa carrière prend une autre tournure. Il effectue son premier match en tant que titulaire dans les bois de Padoue et ne quittera plus sa place… 25 matchs plus tard, il est élu meilleur gardien de Serie B. Comment a-t-il convaincu son entraîneur? Avec une recette simple et efficace comme il le dit « En donnant toujours le maximum à l’entraînement, qui est l’aspect le plus important, parce que ce qu’un gardien fait aux entrainements, il le retrouve forcément en matchs ». Les supporters de Padoue le comparent très vite à un des gardiens du dessin animé Olive et Tom: Ed Warner. Il s’en amuse beaucoup mais réalise lui aussi des arrêts digne de cartoon. Mais la clé de sa maturité ne s’arrête pas là, il se définit comme « extrêmement sévère avec ses performances, hypercritique ». Une éternelle insatisfaction propre aux plus grands gardiens, dans la veine de ceux qui refusent de prendre un but, qui pensent qu’on pourrait toujours l’arrêter.
A la fin de cette saison, Mattia retourne au Genoa et pose un cruel dilemme aux dirigeants. Peuvent-ils garder dans leur effectif un gardien tel que lui, comme doublure à Sébastien Frey? Comment pourrait se gérer une concurrence entre les deux? Du haut de son mètre 88, le jeune italien veut jouer et plus seulement en Serie B. Il souhaite franchir un cap, se frotter aux meilleurs. Le Genoa décide de le contenter (et de s’épargner une sacrée concurrence) et l’envoie en prêt à Pescara le 30 Juillet 2012.
Une explosion annoncée
Il retrouve au sein du club formateur de Marco Verratti son ancien coéquipier Pelizzoli mais cette fois-ci, c’est lui qui est le numéro 1. Le début de saison de Perin est difficile à l’image du promu, défait lors de la première journée par l’Inter Milan avec trois buts encaissés. L’entraîneur Stroppa lui accorde toutefois une confiance aveugle et le changement de coach n’influe pas sur sa position de titulaire pour plusieurs raisons très simples. Malgré son jeune âge, il fait preuve d’une maturité exceptionnelle. Très peu d’erreurs dans le jeu, il supplée souvent une défense aux abois ce qui explique le nombre de buts encaissés malgré des performances majuscules. Longiligne, doté de réflexes impressionnants pour sa taille, il est difficile de lui trouver des faiblesses. Ce n’est pas un hasard si Pescara n’est pas dans la zone rouge, beaucoup de mérite lui revient. En point d’orgue, il réalise sur le terrain de la Fiorentina le meilleur match d’un gardien en Italie. 15 arrêts pour garder son but inviolé et permettre au promu une victoire plus que surprenante: 2-0. Il s’affirme de match en match comme l’un des meilleurs si ce n’est le meilleur gardien au monde, de la génération 1992.
Toutes ces performances ne peuvent laisser indifférent. Les rumeurs concernant un possible départ enflent au fil des jours. Déjà suivi par le Milan AC à l’intersaison qui verrait d’un bon oeil de réaliser un triptyque bis comme pour El Shaarawy (Genoa-Padoue-Milan), il se murmure que Roberto Mancini souhaite le recruter à City. Pourtant, Adriano Galliani a fait parvenir au club ligure une offre de 7 millions d’euros pour s’assurer les services du phénomène. La Juventus lui fait également les yeux doux, surprenant lorsque l’on sait que le club lombard possède en la personne de Nicola Leali un autre joyau de l’école italienne. Naples a fait une approche refusée et surtout le FC Barcelone le suivrait pour remplacer Victor Valdès qui a annoncé ne pas prolonger son contrat qui arrive à échéance en 2014.
Le portier n’a que l’embarras du choix, et pas des moindres, mais il préfère se concentrer sur sa fin de saison avec le Delfino. Entre Sirigu, Bardi, Perin voire même Consigli et Marchetti, la squadra azzurra est entre de bonnes mains. Comme le dit toutefois Mattia Perin « il n’y a eu et il n’y a qu’un seul Buffon, laissez-moi juste être Perin ». Humble, travailleur et surdoué, l’avenir lui appartient sous des horizons dorés. Après Saponara, le Milan aimerait vraiment en faire la pierre angulaire d’un projet basé sur les meilleurs jeunes italiens et tient la corde sur un futur transfert. Il y retrouverait son ami Stephan El Shaarawy. Tiens, tiens, un autre jeune passé par le Genoa et Padoue, les voies du football sont impénétrables…
Euro-scout
Januzaj : Tous les sélectionneurs à ses pieds
07/10/2013 À 19:53
Euro-scout
L’Angleterre attend Caulker
04/06/2013 À 09:01