Kylian Mbappé, c'est l'histoire d'un garçon en avance. En avance sur l'adversaire, souvent, la faute à une vitesse et une qualité technique exceptionnelles. En avance sur son âge, aussi, surclassé à peu près depuis qu'il a commencé à jouer au football. Avec l'équipe de France U19 aussi, Mbappé, 17 ans et 7 mois, est surclassé. Cela ne l'a pas empêché de crever l'écran lors de cet Euro, d'inscrire cinq buts en quatre rencontres et de s'imposer comme une des armes majeures des Bleuets.
Kylian Mbappé, c'est aussi l'histoire d'un père, Wilfried, omniprésent depuis l'enfance. Le récit de la vie du garçon ne se comprend qu'à travers celle du papa, éducateur et directeur technique de l'AS Bondy, le club de la ville. "Déjà, à 2 ou 3 ans, il me suppliait de l'emmener avec moi au foot, de l'inscrire, raconte-t-il. Moi, j'avais du mal, j'avais peur de ne pas avoir suffisamment de recul pour l'entraîner. Puis j'ai craqué, lorsqu'il a eu 5 ou 6 ans."
Dans le conte de fées que représente - pour l'instant - l'ascension du joueur, c'est à ce moment-là que tout commence. Très vite, le petit Mbappé affole les observateurs. Très vite, son père le fait jouer avec les catégories supérieures, pour gommer les différences. "Mais il faisait quand même des différences énormes, se remémore-t-il. Et pourtant, athlétiquement, c'était un petit garçon, fin, assez frêle…"
Ligue 1
Après Neymar... Draxler : la prolongation du milieu allemand au PSG serait actée
09/05/2021 À 18:58

Boudé avec les U18, surclassé en U19

Déjà, à 11 ou 12 ans, Mbappé est catalogué comme un "crack". Ses matches de championnat départemental de Seine-Saint-Denis sont épiés par des dizaines de recruteurs. Les clubs français, évidemment, mais aussi les plus grands clubs européens, parmi lesquels le Real Madrid ou le Bayern Munich. C'est Monaco qui rafle la mise pour ce garçon formé, par ailleurs, pendant deux ans au prestigieux Institut National du Football (INF) de Clairefontaine.
S'il traverse parfois quelques périodes plus difficiles, Mbappe gravit les échelons en ne décevant que rarement les attentes placées en lui. A 16 ans et 11 mois, il devient le plus jeune joueur de l'histoire de l'AS Monaco, lorsqu'il rentre en Ligue 1 face à Caen. Deux mois plus tard, il en devient le plus jeune buteur. Les deux fois devant un certain Thierry Henry. Mbappe est définitivement précoce.

Kylian Mbappe avec la France à l'Euro U19

Crédit: Panoramic

"C'est un garçon qui a la tête sur les épaules, assure son père. Tout ça, Clairefontaine, les débuts en professionnel, la sélection, c'est lui qui nous en a parlés il y a plusieurs années, c'est lui qui a construit ce parcours. Il a des objectifs très grands, qu'il s'est fixés lui-même." Difficile de croire que cet Euro en était un, tant le Monégasque y fait figure d'invité surprise.
Absent des sélections de jeunes depuis près de deux ans, jamais retenu en U18 avec la génération 1998, il a fait son retour en Bleu... en étant directement surclassé avec les joueurs nés en 1997. Cette sélection, il la doit à l'absence d'Ousmane Dembélé, retenu par le Borussia Dortmund. Le reste, il se l'est construit tout seul : un but, en mars, qui a qualifié les Bleus pour la Serbie, une place de titulaire gagnée au forceps et un Euro éblouissant, ponctué d'une demi-finale face au Portugal (3-1) dont il a été le héros, avec deux buts et une passe décisive.

Après un mauvais départ, les Bleuets ont surclassé les Portugais : le résumé de la demie en vidéo

"Un show-man, qui voit le foot comme un jeu"

Aujourd'hui âgé de 17 ans et demi, le petit Kylian a bien grandi. Mais il n'a pas beaucoup changé, et les qualités qui enflammaient les publics des stades municipaux de Seine-Saint-Denis sont toujours celles qui font sa force : un talent rarissime en un-contre-un, une pointe de vitesse précieuse et "une capacité à voir des intervalles qu'on ne voit même pas des tribunes", dixit son père. On l'a vu, à l'Euro, tenter (et réussir) un coup du sombrero après une louche, faire tomber un adversaire d'une feinte de corps…

Kylian Mbappe célèbre son but avec Amine Harit (n°14) et Jean-Kevin Augustin (n°7) lors de France - Pays-Bas, le 18 juillet 2016

Crédit: Panoramic

"Kylian, c'est un show-man, il voit le foot comme un jeu, un spectacle. Je le connais par cœur mais il arrive encore à me surprendre, sourit Wilfried Mbappé. Quand il tente sa louche, je suis dans le stade mais je suis un passionné de football, je suis obligé de prendre du plaisir. Même son contrôle de la semelle contre la Croatie, je l'ai revu 20 fois !" Pas question, pour autant, de pousser le joueur à l'enflammade. Le père, qui l'a au téléphone "cinq ou six fois par jour", raconte une anecdote qui en dit long à ce sujet.
Après sa première apparition en Ligue 1, je vais le voir à la fin du match, souriant. J'étais bien plus heureux que lui ! Quand je lui ai fait remarquer, il m'a dit "Oui, c'est bien, j'ai fait mon premier match. Mais j'ai encore d'autres objectifs."
Et Wilfried Mbappé, entraîneur de football dans la vie de tous les jours, de mettre en garde son fils : "Aujourd'hui, il existe, mais dans un mois, on ne parlera plus de lui. Ce sera à ce moment-là qu'il faudra être fort, qu'il faudra être constant. Mais il le sait." C'est tout le paradoxe du jeune garçon : à la fois enfantin, souriant, chambreur sur les bords, et terriblement mature dans son approche du haut-niveau. Une mixture qui peut marcher, selon Wilfried : "Je suis évidemment fier de le voir à ce niveau. Mais je suis persuadé qu'il en a encore sous la semelle."
La semelle, justement, c'est sa surface de contact préférée avec ce ballon qui lui va si bien. Nul doute qu'elle lui sera de quelque utilité, dimanche en finale face à l'Italie. Là, il ne sera pas question d'être en avance. Il lui faudra tout juste être présent, à l'heure, de ce qui s'impose déjà comme le plus grand rendez-vous de sa jeune carrière de footballeur. Qui en attend d'autres, à coup sûr.
Regardez cet événement sur Eurosport Player
Ligue des champions
Là où tout a commencé : Mbappé espère retrouver l'Etihad Stadium, 4 ans après
02/05/2021 À 22:02
Coupe de France
Neymar titulaire, pas Mbappé : les compos de PSG-Angers
21/04/2021 À 16:33