Getty Images

Ceballos, l'indispensable indésirable

Ceballos, l'indispensable indésirable

Le 29/06/2019 à 23:38Mis à jour Le 30/06/2019 à 15:24

EURO U21 - Dani Ceballos, le milieu de terrain de l’Espagne Espoirs, est dans une situation compliquée. Indispensable avec sa sélection, qui affronte l’Allemagne en finale dimanche (21h), le joueur de 22 ans est poussé vers la sortie du Real Madrid par Zinédine Zidane, qui estime ne pas en avoir besoin.

Le Real Madrid doit se frotter les mains. Dani Ceballos, son prodige de 22 ans, brille lors de cet Euro U21 (deux buts, deux passes décisives) avec la sélection espagnole qui s’est qualifiée pour la finale dimanche (21h) contre l’Allemagne. Mais malgré toutes les qualités du milieu de terrain, Zinédine Zidane, veut le voir partir dès cet été. Lui n’a pas l’intention de quitter la Maison blanche.

Le meilleur joueur de l’Euro Espoirs en 2017 a été époustouflant lors de la rencontre contre l’Italie - malgré la défaite (3-1) - en confisquant le ballon et ouvrant le score. Il a surtout répondu présent tout au long de la compétition grâce à sa justesse technique, sa vision du jeu et sa capacité à bien l'orienter. De quoi faire grimper son prix, mais pas de quoi convaincre Zidane de le garder.

" Je ne veux pas que l’on me vende"

Le joueur, recruté en 2017 en provenance du Bétis Séville pour environ 16,5 millions d’euros, est sous contrat jusqu’en juin 2023. Jeudi, après la démonstration des Espagnols contre les Bleuets (4-1), Ceballos a lancé un cri du coeur sur les ondes d’Onda Cero : "Je ne veux pas que l'on me vende, mais je veux me sentir important. Ce qui se passera ensuite, je vous laisse l’imaginer. Je veux prendre du plaisir et me sentir important où je joue. J’ai du ballon et l’année qui vient sera ma meilleure année."

Dani Ceballos avec le Real Madrid

Dani Ceballos avec le Real MadridGetty Images

Ceballos doit faire face à une concurrence très rude au milieu : Toni Kroos ou tout simplement le Ballon d’Or 2018 Luka Modric. Mais même lorsque les deux piliers ont eu des coups de moins bien, Solari et Zidane n’ont pas fait appel à lui, ou alors pendant quelques minutes en fin de match. Le seul à lui avoir fait confiance était Julen Lopetegui.

Un départ inévitable ?

Ce faible temps de jeu, le principal concerné ne le comprend pas : "Je travaillais, j’essayais de l’obliger à me faire jouer, mais à un moment je voyais que c’était impossible. J’ai marqué deux buts à Vitoria (Alavés) et le match suivant, j’ai joué une minute contre Dortmund. Quand les semaines passent et que tu ne te sens pas important, c’est plus difficile. Quand Kroos et Modric étaient blessés, il changeait le système pour faire jouer d’autres joueurs. Ça fait mal", avait-il confié à Radio Marca après le départ de Zidane en mai 2018.

Zidane

ZidaneGetty Images

Cette situation aurait provoqué de vives tensions entre Zizou et son joueur. Lorsqu’en juin, l’entraîneur a signifié à Cabellos qu’il ne comptait pas sur lui la saison prochaine, ce dernier lui aurait balancé, selon AS : "Pas de problème. Moi aussi je ne voulais pas continuer de travailler avec vous." Ce qui est sûr, c’est que le Real va se montrer ouvert aux offres intéressantes - comprenez-là pas moins de 50 millions d’euros. Et nombreux sont les prétendants : Tottenham et Liverpool notamment. Ceballos, lui, ne veut qu’une chose : "Je ne supporterai pas une troisième année sans temps de jeu, je veux jouer", ce qui le forcera sûrement à reconsidérer son discours sur son avenir au Real Madrid.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0