AFP

PSG - Real (0-1): 2014 commence comme 2013 avait terminé pour les Parisiens

Le PSG et ses (petites) contrariétés
Par Eurosport

Le 02/01/2014 à 20:56Mis à jour Le 02/01/2014 à 21:36

Pour le PSG, 2014 a débuté comme 2013 s’était terminée : un bon match, mais sans victoire. Battu par le Real (1-0), Paris a affiché des petits défauts en passe de devenir récurrents, à commencer par un manque de réalisme flagrant.

Certes, il ne s’agissait que d’une rencontre amicale, en clôture d’un stage hivernal organisé au Qatar. Laurent Blanc avait d’ailleurs rappelé mercredi, en préambule de l’affrontement face au Real (0-1), que "le seul match important de la semaine" serait "dimanche, à Brest", en 32es de finale de la Coupe de France. Mais la prestation de ses joueurs, ce jeudi au Khalifa Stadium, a confirmé plusieurs lacunes parisiennes déjà entrevues en 2013.

Un manque cruel de réalisme en attaque

La statistique se passerait presque de tout commentaire. Ce jeudi après-midi à Doha, les Parisiens n’ont cadré que 20% de leurs tentatives (5 sur 25). En face, le Real Madrid, qui a marqué par Jesé (19e) et buté à deux reprises sur les montants de Sirigu, affiche un ratio bien supérieur (50%, 6 sur 12). Si la paire Cavani-Ibrahimovic a su, comme à son habitude, se procurer de nombreuses occasions, elle n’est pas parvenue à tromper la vigilance de Diego Lopez d’abord, puis Jesus en deuxième période. Cavani a manqué un duel tout fait (16e), quand Ibra, lui, n’a pas assez appuyé son tir du droit (40e), ou même cadré un coup-franc pourtant idéalement placé (56e). Quant au talisman Thiago Motta, sa tête a échoué au dessus de la transversale madrilène (58e). Le PSG a indéniablement progressé dans le jeu avec Laurent Blanc, mais il peine toujours à concrétiser ses temps forts. En Ligue des champions, cela pourrait lui être préjudiciable.

La défense parisienne est plus souvent déstabilisée 

Depuis la contre-performance enregistrée à Annecy contre Evian-TG, le PSG a toujours encaissé un but (en six rencontres), sauf contre Sochaux (5-0). Preuve que l’arrière-garde parisienne n’est plus aussi impériale qu’en début de saison. Les joueurs de Carlo Ancelotti l’ont encore démontré ce jeudi, en perçant à plusieurs reprises, plein axe, le rideau défensif du PSG. Morata a marqué en position de hors-jeu (17e), en échappant à Alex et Digne, les deux mêmes Parisiens qui lâcheraient deux minutes plus tard le marquage sur Jesé (19e). Match amical oblige, le pressing défensif était loin d’être identique à celui pratiqué lors d’une rencontre officielle. Mais les oublis du PSG en défense suscitent légitimement des interrogations. La Ligue des champions, encore elle, servira de révélateur.  

Les entrants offensifs n’ont pas été décisifs

Alors que Carlo Ancelotti a entièrement modifié son onze de départ à la pause, Laurent Blanc a lui procédé en plusieurs temps. Marquinhos, Lucas et Maxwell sont d’abord entrés en jeu (46e), avant Ménez, Rabiot et Pastore (61e) puis Ongenda, Camara, Coman (72e). Si ce dernier s’est mis en évidence, cela n’a pas été le cas de Javier Pastore et Jérémy Ménez, en difficulté cette saison. L’Argentin n’a rien tenté, tandis que le Français n’a pas cadré son tir du droit (83e). Quant à Lucas, qui postule lui aussi à une place sur le flanc droit, il s’est montré généreux, comme à son habitude, mais a été au diapason du manque de réalisme de ses partenaires. Aucun de ces trois joueurs n’a vraisemblablement marqué de points ce jeudi dans l’esprit de Laurent Blanc. 

Le PSG gagne moins souvent

Pendant quatre mois, du 3 août (succès lors du Trophée des champions, contre Bordeaux, 2-1) jusqu’au 4 décembre (revers à Annecy, face à Evian-TG, 0-2), le PSG a enchaîné 21 rencontres sans concéder la moindre défaite. Depuis ? Sept matches, pour trois victoires (Sochaux, Rennes, Saint-Etienne), un nul (Lille) et trois défaites (Evian-TG, Benfica, Real Madrid). Une allure bien loin du rythme automnal effréné des champions de France, qui ont toutefois su s’épargner la traditionnelle crise de novembre. Oui, les Parisiens sont leaders de Ligue 1 à la trêve, avec trois longueurs d’avance sur Monaco, et affronteront le Bayer Leverkusen en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Mais à Brest, dimanche, comme à Ajaccio, samedi prochain en championnat, le PSG aurait intérêt à enquiller deux succès de rang pour réenclencher la dynamique de la victoire. 

PSG Real Madrid amical Cavani

PSG Real Madrid amical CavaniAFP

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0