Quatre Ligues des champions, deux Coupes du Roi, trois Ligas, onze saisons en pointe du plus grand club du monde, cinquième meilleur buteur de l'histoire du Real Madrid avec 247 réalisations : les accomplissements de Karim Benzema dans la capitale espagnole sont exceptionnels. Et pourtant, il ne semble pas avoir la place qu'il mérite dans son histoire. Parce que derrière ce fantastique palmarès se jouait jusqu'alors une petite musique entretenue durant des années. Benzema est un formidable soldat, le parfait avant-centre pour faire jouer les autres.



Et derrière "les autres", l'ombre encombrante de Cristiano Ronaldo. Durant un peu moins d'une décennie (2009-2018), le Real fut le club du seul Ronaldo et Benzema son fidèle lieutenant. Le meilleur exemple de cette hiérarchie est le classement du Ballon d'Or. Benzema n'y a jamais dépassé la 16e place (2014) malgré ses accomplissements et son palmarès. Il pouvait bien enquiller les buts et les trophées, il restait le parfait complément pour mettre CR7 dans les meilleures conditions. Une réalité un brin réductrice. Bien sûr, l'exigeance quotidienne de Ronaldo a servi Benzema qui ne serait pas devenu ce qu'il est aujourd'hui sans la présence du Portugais à ses côtés pendant de si nombreuses années. Mais Benzema est un peu plus qu'un exceptionnel serviteur de sa majesté Ronaldo. La saison dernière l'avait déjà prouvé.

Ballon d'Or
Pérez : "Benzema devrait avoir le Ballon d’Or"
17/07/2020 À 06:26

Karim Benzema et Cristiano Ronaldo

Crédit: Getty Images

Premier titre majeur de l'ère post-Ronaldo

Ses 30 buts et 11 passes décisives l'avait érigé comme le nouvel homme fort de l'attaque madrilène. Mais la saison blanche du Real entretenait l'idée que sans le quintuple Ballon d'Or, il manquait forcément quelque chose au Real. Benzema avait prouvé qu'il pouvait exister sans Ronaldo. Tout l'enjeu était désormais de faire exister le Real. Voilà pourquoi cette saison 2019/2020 a enfin mis à sa place l'attaquant français : tout en haut. La place qu'il mérite au regard de son histoire à Madrid et il eût été profondément injuste que Benzema quitte ce club auquel il a tant donné sans connaître son moment à lui.



Le Real Madrid est champion d'Espagne à une journée de la fin du championnat. Et s'il a enfin décroché son premier titre majeur depuis le départ du génial Portugais, il le doit d'abord et avant tout à son meilleur joueur, sans discussion possible, Karim Benzema, deuxième meilleur buteur de Liga (21 réalisations) et détonateur décisif de la remontée des Madrilènes depuis la reprise des débats. Ses buts (7) et passes décisives (2) ont rapporté 15 des 30 points récoltés. Et il y a fort à parier qu'il côtoiera des sommets jamais atteints au classement du Ballon d'Or 2020. Tout dépend désormais du parcours du Real en Ligue des champions. Mais les six premiers mois le placent sans conteste sur son podium provisoire.

Après six mois de compétition tronquée, voici notre podium provisoire du Ballon d’Or

Seul point de référence en attaque

Son couronnement est tardif mais indiscutable. Parce qu'il a montré la constance qui a manqué à ses jeunes coéquipiers appelés à régner dans les années qui viennent (Vinicius Jr, Rodrygo). Parce que celui qui devait incarner les nouvelles ambitions du Real post-Ronaldo (Eden Hazard) n'a jamais été à la hauteur des attentes. Parce que celui qui l'a accompagné dans ses triomphes passés (Gareth Bale) a décidé de ne plus s'investir. Parce que celui qui doit le remplacer ne lui arrive pas encore à la cheville (Luka Jovic).

Seul point de référence du secteur offensif madrilène, Benzema, lui, a été à son niveau. Le même que depuis plus d'une décennie. Sauf que, cette fois-ci, tout le monde l'a constaté et plus personne ne peut nier l'évidence : le Real a un roi, il s'appelle Karim Benzema.

Karim Benzema fête son but lors de la rencontre opposant le Real Madrid à Valence, le 18 juin 2020

Crédit: Getty Images

Liga
Zidane : "C’est l’un des plus beaux jours de ma carrière professionnelle"
16/07/2020 À 22:27
Liga
Umtiti – Dembélé ou comment le piège s'est refermé sur le Barça
14/07/2020 À 13:53