Getty Images

Fan d’échecs, amoureux de Cruyff et dédicace de Busquets : voici la surprise Setién

Fan d’échecs, amoureux de Cruyff et dédicace de Busquets : voici la surprise Setién

Le 14/01/2020 à 07:30Mis à jour Le 14/01/2020 à 10:12

LIGA - C’est la surprise du chef. Après le renvoi d’Ernesto Valverde, le Barça a décidé de miser sur Quique Setién pour prendre en main le destin des Blaugrana. Qui est ce coach de 61 ans qui a la cote dans le football espagnol récemment ? Éclairage.

Quel est son parcours ?

Vous n’en aviez jamais entendu parler ? Il faut dire qu’à part être un fin observateur de la Liga, le nom de Quique Setién n’a que rarement dépassé les Pyrénées. Ancien milieu de terrain à la carrière remplie (plus de 300 matches de Liga, 3 sélections), il est devenu ces dernières années – et malgré ses 61 ans – une des valeurs montantes du football espagnol. Après avoir débuté au Racing Santander, son club de cœur, en octobre 2001, Setién ne trouve pas chaussure à son pied pendant de longues années.

C’est finalement au Club Deportivo Lugo, pensionnaire de deuxième division, qu’il se fixe à partir de 2009. Pendant six ans, il en fait son laboratoire sportif, où il met en application sa vision d’un football débridé où le ballon est à la base de chaque exercice. Le grand saut arrive en octobre 2015. Venu au chevet d’une formation de Las Palmas malade et quasi-condamnée à la descente (19e après 9 journées), il redresse l’équipe en produisant un football agréable pour terminer tranquillement dans le ventre mou (11e).

Après une deuxième saison plus compliquée, il est choisi par le Bétis Séville. C’est là que son aura grandit avec, en prime, une victoire au Camp Nou (3-4) - la dernière en Liga d’une équipe visiteuse - mais aussi plusieurs sur le Real Madrid, ce qui n’a sans doute pas fait tâche au moment de se porter candidat.

Gros bémol : son absence de vraie expérience européenne (éliminé en 16e de finale de Ligue Europa par Rennes la saison passée) combinée à des fins en eau de boudin dans ses précédents clubs où une partie de l’effectif avait fini par le lâcher.

Quique Setién et Zinedine Zidane

Quique Setién et Zinedine ZidaneGetty Images

Pourquoi le Barça l’a choisi ?

C’est toute la question. Surtout avec cette durée de contrat-là (deux ans et demi). Ce n’est un secret pour personne, Setién n’était pas le premier choix. Xavi ou Ronald Koeman ont notamment été concrètement approchés avant de refuser, en tout cas dès ce mois de janvier. Lui n’avait pas ce souci-là et c’est sans doute la raison principale de sa nomination.

"Il existe un fil qui relie Guardiola à Setien", avait confié Marc Bartra, défenseur passé par le Barça et le Betis, en septembre 2018 au journal El Pais. "Dans ce Betis (de Setien), j'ai retrouvé l'entraînement que je suivais avec Guardiola et Luis Enrique", avait-il ajouté. Esthète, Setien lui-même a dit admirer le jeu catalan, en particulier le jeu du sextuple Ballon d'Or Lionel Messi. "C'est un luxe d'avoir pu connaître Messi et de pouvoir le voir jouer chaque semaine. A lui seul, il débloque presque tous les matches. Son dernier but, j'avais l'impression qu'on jouait sur PlayStation !", avait encensé le technicien après un revers 4-1 encaissé à domicile contre le Barça, le 17 mars 2019.

Preuve d’un certain égard de la maison catalane à son égard, Setién avait reçu un maillot dédicacé de Sergio Busquets lors de la victoire face au Barça en novembre 2018. On pouvait y lire : "Avec toute mon estime et mon admiration, pour ta façon de voir le football". De tous les candidats au poste, ils ne sont pas nombreux à avoir eu une telle lettre de recommandation.

A quoi s’attendre tactiquement ?

Attention, révolution ? C’est presque une obligation contractuelle au moment de devenir l’entraîneur du Barça. Adhérer au 4-3-3, inamovible fondement de base du Barça, dès le plus jeune âge. Quique Setién est pourtant un adepte d’une autre formule : le 4-2-3-1 avec une tendance à basculer sur un 3-4-2-1 sur la fin au Bétis. En réalité, tous les schémas de Setién répondent à une volonté : avoir le ballon. Par-dessus tout. Et laisser une grosse liberté à ses joueurs offensivement.

"Ma maxime, c’est un modèle de jeu basé principalement sur la conservation de balle, expliquait-il à Marca. Quand tu as le ballon, personne ne peut te marquer de buts, sauf les csc bien sûr. N’importe quel joueur profite bien plus du foot en ayant le ballon dans les pieds plutôt que de courir après". Setién, c’est aussi une expertisé tactique poussée. Comme aux échecs, où il s’est illustré en affrontant notamment Gary Kasparov, il prévoit ses mouvements en amont, avec des rôles très identifiés sans jamais corseter ses joueurs dans des rôles figés.

En somme, c’est un CV très compatible avec le Barça qui a été retenu par les membres du conseil d’administration catalan. Mais qui soulève d’énormes interrogations. La première d’entre elles est évidente : ses épaules sont-elles assez solides pour diriger l’un des plus grands clubs de la planète ?

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0