Les choses ne s'arrangent pas pour Antoine Griezmann. Face à son ancien club, l'Atletico Madrid, le champion du monde n'est rentré qu'à la 90e minute mardi soir. Désormais, l'ancien joueur de la Real Sociedad passe derrière certains "concurrents" en attaque. Face aux Colchoneros (2-2), le Français a fait son apparition après Ansu Fati. Le 19 juin dernier, Quique Setién avait même préféré titulariser l'ex-Toulousain Martin Braithwaite pour le déplacement ô combien important à Séville (0-0). C'est évidemment trop peu pour un joueur payé 120 millions d'euros lors du dernier mercato estival et qui a fini en troisième position au classement du Ballon d'Or 2018.

Après la rencontre, l'entraîneur barcelonais n'a pas souhaité justifier son choix de faire entrer Antoine Griezmann aussi tard, pour un match décisif dans la lutte pour le titre de champion d'Espagne. "Je ne vais pas lui présenter mes excuses, parce que c'est une décision que je dois assumer, mais je suis sûr que c'est une décision qu'il comprendra, car c'est un grand joueur, un grand professionnel et un grand homme", a-t-il déclaré. "C'est un joueur important, c'est vrai que c'est dur de le faire entrer ainsi, pour un joueur de son niveau. Mais les circonstances m'ont obligé à faire cela. J'aurais pu prendre une autre décision, ne pas le faire entrer par exemple, mais tu as toujours l'espoir qu'un joueur comme lui peut faire une action ponctuelle qui te permette de gagner le match, a-t-il renchéri. Demain (jeudi), je parlerai avec lui."

Liga
Suarez fond en larmes : "Je suis très fier de tout ce que j'ai fait ici"
24/09/2020 À 11:35

Néammoins, le choix pourrait être d'ordre tactique pour Quique Setién. "Le problème est que je ne peux pas faire jouer tout le monde. Je dois faire des choix. Je n'ai pas effectué de changement avant car nous jouions très bien, a-t-il déclaré. Vous devez toujours essayer d'avoir (Luis) Suarez, (Lionel) Messi aussi, car vous ne savez jamais ce qui va se passer avec eux. C'est difficile de le (ndlr : Antoine Griezmann) faire jouer sans déstabiliser l'équipe."

Simeone n'a "pas de mots"

Face à débat épineux, l'ancien joueur du Barça, Guillermo Amor, désormais directeur des relations institutionnelles du club catalan, a soutenu le coach barcelonais après la rencontre. "L'entraîneur a jugé approprié qu'il entre au dernier moment. Ce sont des décisions techniques. Tous les footballeurs veulent toujours avoir plus temps de jeu... Ce qui est clair au Barça, c'est que vous ne pouvez jamais vous relâcher", a-t-il conclu.

Quique Setién devra en tout cas trouver les mots justes pour relancer un joueur qui disait pourtant "être au top physiquement et mentalement" à quelques jours de la reprise de la Liga, mi-juin. Interrogé sur la situation de son ancien protégé, Diego Simeone, l'entraîneur de l'Atlético Madrid, a lui effectué une sortie qui en dit long : "Je n'ai pas de mots".

Cette coupure ne servira pas Griezmann : le fond du problème n’a pas changé

Liga
Bale, la fin d’une ère au Real
21/09/2020 À 15:45
Liga
Griezmann a frappé d'entrée : son but en vidéo
19/09/2020 À 19:05