Eurosport

Haaland pour épauler Benzema ? Qu’il se méfie, certains y ont perdu le fil de leur carrière

Haaland pour épauler Benzema ? Qu’il se méfie, certains y ont perdu le fil de leur carrière

Le 24/03/2020 à 13:20

LIGA - Selon Marca ce mardi, Erling Haaland sera la priorité du Real Madrid cet été pour accompagner Karim Benzema à la pointe de l’attaque madrilène (en attendant de pouvoir signer Kylian Mbappé, au passage). Pas forcément rassurant pour le Norvégien. Depuis presque une décennie, les Merengues ont multiplié les recrues à la pointe de l’attaque, sans une efficacité monstre. Au contraire…

Y aurait-il une malédiction au Real Madrid touchant les attaquants de pointe ? Difficile d’y croire au vu de la longévité de Karim Benzema, intouchable cette saison et indétrônable ou presque depuis son arrivée en 2009. Mais, dans son ombre, le quotidien d’un attaquant du Real n’a rien de folichon. La preuve, le Real n’a jamais réussi à trouver un successeur à Gonzalo Higuain, sérial buteur parti en 2013 après être passé derrière KB9. La preuve avec cinq exemples parlants.

Emmanuel Adebayor

  • Janvier 2011 à Juin 2011 : 22 matches - 8 buts

Vous vous souveniez que le longiligne Togolais avait porté la tunique merengue ? Bravo à vous ! L’expérience n’a duré que six mois mais n’a pas forcément été un naufrage. Recruté par Mourinho au mercato d’hiver pour faire face à la blessure d’Higuain, l’ancien d’Arsenal prouve qu’il n’a pas perdu ses qualités. Bien que suppléant, il parvient à marquer et s’offre même, lors de la dernière journée, un triplé sous le maillot madrilène.

Pas suffisant cependant pour que le Real se décide à lever l’option d’achat fixée par Manchester City (15 millions, NDLR). En revanche, Tottenham, rassuré par son état de forme, tente le coup. Tricard chez les Citizens, il revient sur le devant de la scène avec les Spurs. Plus pour longtemps. De second couteau anglais à équipes secondaires en Turquie, le Togolais a enchaîné les clubs anodins avant de s'offrir une escapade au… Paraguay depuis février dernier pour accompagner notamment son ancien coéquipier, Roque Santa Cruz.

Ce qu’il disait de son passage au Real Madrid : "Je suis vraiment reconnaissant d'avoir pu connaître de grands champions comme Cristiano Ronaldo, Marcelo, Sergio Ramos, Karim Benzema. […] Pour moi, c'est le meilleur club au monde, sans aucun doute, même si tu n'y joues que pour quelques mois. C'est l'équipe dans laquelle j'ai toujours voulu jouer et que dans laquelle tout le monde veut jouer".

Emmanuel Adebayor lors de son passage au Real

Emmanuel Adebayor lors de son passage au RealGetty Images

Chicharito Hernandez

  • Septembre 2014 à Juin 2015 : 33 matches, 9 buts, 9 passes

Grinta, sens du but et hispanophone : Chicharito avait tout pour réussir à la Casa Blanca. Prêté par Manchester United où il avait brillé dans le rôle de supersub, le Mexicain se lasse très rapidement de ce statut sous la houlette de Carlo Ancelotti. Son moment phare, un but décisif en quarts de finale de C1 face à l’Atlético, ne changera rien.

L’été suivant, c’est le Bayer Leverkusen qui flaire la bonne affaire. Depuis, la carrière du Mexicain n’a pas pris la tournure attendue. West Ham, FC Séville puis Los Angeles Galaxy : l’ancien attaquant des Red Devils enchaîne les clubs plus que les buts…

Ce qu’il disait de son passage au Real Madrid : "J’ai eu très peu d’opportunités au Real, ça a été une saison très difficile. Dans la première partie de saison, je n’ai quasiment pas eu l’occasion de me montrer tandis que pendant la deuxième, j’ai répondu à la confiance qu’on m’a donnée".

Le moment de gloire de Chicharito au Real ? Son but face à l'Atlético en quart de finale de C1

Le moment de gloire de Chicharito au Real ? Son but face à l'Atlético en quart de finale de C1AFP

Alvaro Morata

  • Juillet 2016 - Juin 2017 : 43 matches, 20 buts

Oui, il y aura eu deux périodes pour Morata au Real : la première où il était le petit jeune de service, progressant semaine après semaine au point de faire naître l’intérêt des plus gros clubs. La Juventus viendra le chercher en 2014. Mais en 2016, après des prestations convaincantes en C1, Madrid fait jouer sa clause de retour. C’est un succès total. Décisif et régulier, il permet au Real d’engranger des points quand certains titulaires soufflent.

Mais impossible de renverser la hiérarchie en place. L’appel du large se fait à nouveau sentir. L’offre faramineuse de Chelsea l’été suivant, chiffrée à près de 80 millions d’euros, emballe l’affaire. Morata, qui sort de sa meilleure saison statistique, ne fera jamais mieux. Après Londres, c’est de nouveau à Madrid, chez les Colchoneros, qu’il semble retrouver de la régularité cette saison.

Ce qu’il disait de son passage au Real Madrid : "Je n’aurais jamais dû quitter la Juve. Je suis revenu au Real parce qu’il y avait des accords contractuels à respecter. Mais la désillusion fut énorme, c’était comme revenir au point de départ".

Morata lors du sacre du Real Madrid en C1

Morata lors du sacre du Real Madrid en C1Getty Images

Mariano Diaz

  • Depuis juillet 2018 : 26 matches, 5 buts

Sa joie immense après le but lors du dernier Clasico (2-0) est à la hauteur de sa frustration. Comme Morata, Mariano Diaz a connu le Real Madrid en tant que remplaçant du remplaçant. Son départ à l’OL et sa saison réussie (21 buts) le font revenir à Madrid par la grande porte contre près de 22 millions d’euros. La désillusion est à la hauteur de son prix d’achat. Blessé ou laissé de côté, il subit de plein fouet la concurrence et ne trouve pas sa place.

La saison actuelle est encore pire puisqu’il n’apparaît qu’avec parcimonie dans le groupe professionnel. Mais Mariano est un battant et son entrée décisive dans le Clasico pourrait avoir redistribué les cartes alors que son principal concurrent, un certain Luka Jovic, n’en finit plus de sombrer…

Ce qu’il pense de sa situation actuelle : De manière ironique, l’attaquant avait lâché cette phrase sur son compte Instagram juste après son but face au Barça : "Très content pour mes débuts, les trois points et mon but".

Le but de Mariano lors du Clasico

Le but de Mariano lors du ClasicoGetty Images

Luka Jovic

  • Depuis juillet 2019 : 24 matches, 2 buts, 2 passes

Le plus gros échec du dernier mercato madrilène, c’est incontestablement lui. Machine à buts du côté de Francfort, Luka Jovic arrivait avec le profil idéal : attaquant de surface, jeune et à même d’aider l’équipe lorsque Benzema doit souffler. Le bilan est loin d’être à la hauteur pour un joueur payé près de 60 millions. Difficultés d’adaptation et récente polémique suite à son retour en Serbie n’ont pas servi sa cause.

Si Madrid cherche un nouveau numéro 9, c’est en partie parce que le jeune attaquant n’a pas réussi sa mission, malgré l’appui de Zidane dans les premières semaines. Désormais, c’est une période plus compliquée qui risque de s’ouvrir pour lui. Car, comme les attaquants cités auparavant pourront le confirmer, le Real donne rarement une seconde chance. Surtout quand une comète comme Haaland est dans le viseur...

Ce qu’il pense de sa situation actuelle : "Dans mon pays, je sens qu’il y a une certaine défiance lorsque l’on évoque mon niveau ici mais, moi, je suis convaincu que je vais y arriver et que je vais démontrer que si je suis au Real Madrid, c’est parce que j’ai de la qualité".

Vidéo - Un quadruplé en 21 minutes : le jour où le phénomène Haaland s'est révélé

00:48
Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313