La Catalogne n’a pas connu son raz-de-marée néerlandais habituel au cœur de l’été. En raison de la situation sanitaire mondiale, nombre de bataves ont choisi de reporter leur périple habituel sur la Costa Brava et la Costa del Maresme. Malgré une présence "Oranje" moins marquée qu’à l’accoutumée, deux nouvelles têtes ont posé leurs valises à Barcelone.

Dans le sillage du nouvel entraîneur Ronald Koeman, l’Américano-Néerlandais Sergino Dest s'est engagé avec le club catalan. Il retrouvera Frenkie de Jong, arrivé l’été dernier, ainsi que Ludovit Reis, jeune milieu de 20 ans débarqué de Groningen pour 3,25 millions d’euros il y a un an et évoluant avec l’équipe réserve.

Liga
Pourquoi le Barça ne sort plus de Xavi ni d'Iniesta ? "Il faut attendre que le club soit en ruines"
24/10/2020 À 14:52

Sergiño Dest avec l'Ajax Amsterdam

Crédit: Getty Images

Une éclosion "tardive"

S’il a disputé son premier match d’Eredivisie contre Emmen à l’âge de 18 ans, son parcours au sein de la réputée académie de l’Ajax n’a pas vraiment été linéaire. La faute à un caractère bien trempé. "Il avait une forte personnalité, ce qui pour moi était une bonne chose car il se créait sa propre identité, son propre chemin, témoigne Ruben Jongkind, formateur à l’Ajax entre 2008 et décembre 2015. Mais c’est vrai qu’il n’était pas du genre à toujours écouter les conseils et cela lui a créé des problèmes. C’était son souci majeur à l’académie, son caractère tranchait avec le cadre habituel. Il avait son propre chemin, sa mentalité de gagneur, tout ceci était son côté très américain."

Arrivé au centre de formation ajacide en 2012, Sergino Dest a du mal à rentrer dans le moule et ne fait pas partie des jeunes les plus prometteurs, ceux au cœur des discussions de tous les suiveurs, recruteurs, supporters, jusque dans les dîners mondains. "Il n’était mentalement pas prêt, atteste Jongkind. Il était un peu rebelle, parlait trop et cela ne plaisait pas à certains éducateurs." Si bien que le joueur se retrouve dans le groupe numéro 2, celui qui n’est pas consacré à l’élite de l’académie, mais à ceux qui doivent encore démontrer qu’ils ont le talent pour s’imposer.

Sergiño Dest von Ajax Amsterdam

Crédit: Getty Images

D’ailier à latéral moderne

Comme souvent, une maturité tardive, la fin de la croissance ou un repositionnement sur le terrain permettent à des jeunes joueurs de s’affirmer en fin d’adolescence. C’est le cas de Sergino Dest. Tandis qu’il évolue au poste d’ailier depuis son arrivée, décision est prise par les formateurs de le faire descendre de deux crans et de l’aligner au poste de latéral. Pour le succès que l’on sait. "Il a joué jusqu’à 16 ans comme ailier, confirme Jongkind. Ensuite, on l’a fait passer au poste de latéral et avec la fin de sa croissance, il s’est structuré musculairement et il a développé une grosse explosivité athlétique avec beaucoup de vitesse."

Lorsqu’il débute avec l’Ajax en équipe première, le choc visuel est réel. Ce petit gabarit a une explosivité incroyable dans les jambes et une pointe de vitesse étonnante. Dans une équipe qui monopolise le ballon, son passé d’ailier n’est jamais bien loin. Il propose, accélère, dribble, prend son couloir, mange les espaces. Quand l’Ajax récupère le ballon haut sur le terrain, il est le premier à se mettre en mouvement et enchaîner un deuxième effort consécutif.

S’il avait fait la présaison au poste de latéral gauche, c’est à droite qu’il s’impose, profitant notamment des soucis physiques de Noussaïr Mazraoui. Après 35 matches toutes compétitions confondues la saison passée, il a disputé trois rencontres de championnat en ce début de saison, mais jamais dans la peau d’un titulaire. Après être entré à gauche à la 33e minute de jeu contre le Sparta Rotterdam en raison de l’expulsion de Nicolas Tagliafico, il a joué deux fois quinze minutes contre Waalwijk et Arnhem, à gauche puis à droite, symbole de sa polyvalence.

Pour son ancien formateur à l’Ajax, le profil de Dest colle à la position dominante du club catalan en Liga : "C’est un joueur très utile pour les équipes qui ont le ballon la plupart du temps, il est techniquement au point, il aime prendre des risques." La prise de risque s’accompagne aussi de conséquences plus fâcheuses. L’Américain n’est en effet pas le plus au point sur l’aspect défensif, notamment sur les tâches de bases comme le marquage, l’alignement ou la fermeture du côté opposé. "Ça lui joue parfois des tours avec des difficultés défensives, mais c’est normal qu’il ait encore des choses à apprendre sur cet aspect puisqu’il jouait encore à 16 ans comme ailier", conclut Jongkind.

Sergino Dest

Crédit: Getty Images

Le lien avec Ronald Koeman

A l’instar de l’équipe de France, les Pays-Bas sont régulièrement au cœur de choix que doivent effectuer les joueurs binationaux au sujet de leur sélection sportive. Par le passé, si des joueurs comme Hakim Ziyech et Noussaïr Mazraoui ont choisi le Maroc, d’autres comme Ibrahim Afellay et Khalid Boulahrouz ont opté pour la sélection néerlandaise. La situation s’est représentée à l’automne dernier avec deux joueurs très cotés : Mohamed Ihattaren (PSV) et Sergino Dest. Si le premier a répondu à l’appel de Ronald Koeman, le second a lui décidé de représenter la bannière étoilée des USA, malgré des discussions intenses avec le sélectionneur batave. Finalement, les deux hommes vont bel et bien travailler ensemble. Si ce n’est pas avec la sélection néerlandaise, ce sera donc au FC Barcelone où Koeman était à la recherche d’un latéral pour étoffer son effectif.

De Johan Cruyff à Frenkie de Jong, en passant par Johan Neeskens, Richard Witschge, les frères De Boer et Jasper Cillessen, le défenseur américain s’inscrit dans la longue lignée des joueurs de l’Ajax partis tenter leur chance en Catalogne. Preuve s’il en est qu’entre Amsterdam et Barcelone, l’autoroute n’est pas peuplée que de Néerlandais en vacances.

Liga
Un nul qui n'arrange ni Barcelone ni Séville
04/10/2020 À 20:58
Liga
Benzema ouvre son compteur, le Real retrouve la place de leader
04/10/2020 À 16:05