Luka Jovic, Militao, Rodrygo, Vinicius. Points communs : ils sont tous arrivés au Real Madrid très jeunes (22 ans au maximum), ils ont tous coûté très cher (203 millions d'euros à eux quatre) et ont tous du mal, à des degrés différents tout de même, à s'affirmer dans la capitale espagnole. Ces quatre hommes symbolisent, avec d'autres (Reinier notamment, prêté à Dortmund), le changement de cap de la politique de recrutement merengue depuis 2018.

Liga
Finie la gueule de bois, le Real retrouve le sourire
IL Y A UNE HEURE

Moins de stars à des prix exorbitants, plus de jeunes à très gros potentiel. Refroidi par les dossiers James Rodriguez et Gareth Bale, dont les retours sur investissement furent décevants, contraint par un marché des transferts devenu fou en 2017, le Real s'est détourné de son ADN. Sauf que la greffe ne prend pas. Luka Jovic, après un an et demi à trimballer ses faiblesses (deux buts en Liga), est reparti en prêt à l'Eintracht Francfort. Il incarne mieux que quiconque les ratés du Real. Zidane a essayé d'en faire d'abord un concurrent puis un éventuel recours à Karim Benzema.

Mbappé-Haaland, sur qui le Real doit miser ? "Si on est raisonnable et rationnel…"

Rodrygo et Vinicius, éclairs, inconstance et lassitude

Sauf que le Serbe n'a pas (encore ?) les épaules pour assumer une telle charge dans le plus grand club du monde. Avant son arrivée à Madrid, son plus grand fait d'armes se limitait à avoir inscrit 10 buts en une campagne de Ligue Europa avec Francfort. Madrid a fait un pari. Comme avec Militao, défenseur le plus cher de son histoire (50 millions d'euros). Le Brésilien a démarré trois matches cette saison (pour deux défaites) et le Real étudie la possibilité de le prêter à Tottenham cet hiver.

Les cas Vinicius et Rodrygo semblent moins désespérés mais interrogent aussi. Alors que les blessures d'Eden Hazard leur ont donné un espace nécessaire pour briller, ils n'ont pas vraiment saisi la perche. Zidane commence à perdre patience avec le premier auquel il reproche son irrégularité et son attitude hors du terrain. Parfois génial, souvent inégal, Rodrygo, blessé, brille lui aussi par son inconstance. Les deux Brésiliens, qui ont coûté 90 millions d'euros, tardent à convaincre et si leur jeune âge (20 ans) réclame de la patience, ce n'est pas la qualité la plus répandue parmi les habitués du Santiago Barnabeu.

Mbappé peut-il seulement coûter 150 millions ? La stratégie crédule du Real

Zidane fidèle à ses vieux soldats

Voilà pourquoi, dans son histoire, quand le Real misait gros, il visait des joueurs aux réputations établies. De Luis Figo à Cristiano Ronaldo, de Kaka à Gareth Bale. Même s'il n'a jamais été interdit de réussir au Real en arrivant avec l'étiquette de grand espoir comme Karim Benzema et Raphaël Varane.

Mais l’arrivée en masse de ces jeunes pousses (Takefusa Kubo, Martin Odegaard, Alvaro Odriozola, Theo Hernandez ces dernières années) rend leur intégration difficile et leur coût colossal augmente l'exigence. Et il existe surtout une vraie frontière entre une direction qui pousse pour les mettre en valeur et faire augmenter leur prix et un Zinedine Zidane qui ne les estime pas prêts et maintient sa confiance totale en ses vieux soldats.

Eder Militao, Rodrygo und Vinicius Junior von Real Madrid

Crédit: Getty Images

Voilà le Real aujourd'hui piégé dans une stratégie qui peine à porter ses fruits. Le champion d'Espagne est flanqué d'une palanquée de jeunes joueurs qui perdent de la valeur faute de temps de jeu. Madrid se demande aujourd'hui si les investissements consentis suffiront à renouveler l'effectif qui l'a amené sur le toit de l'Europe (Benzema, Ramos, Modric, Kroos, Marcelo etc.). L'échec de l'opération Hazard a compliqué l'affaire. Voilà pourquoi le Real s'est montré très sage cet été et suivra la même ligne de conduite cet hiver.

Un boulet dans les dossiers Mbappé - Haaland

La stratégie semble désormais avoir changé. Les cibles se nomment Erling Haaland et Kylian Mbappé, deux jeunes certes, mais qui se sont déjà imposés comme des références à leurs postes. Pour les séduire, il faudra faire de la place. Le prêt de Jovic et celui potentiel de Milito visent à réduire la masse salariale et à les exposer pour mieux les vendre dans un avenir proche.

Mais le Real pourrait bien traîner comme un boulet son changement de cap initié ces dernières années. Et il pourrait lui être fatal dans les dossiers Haaland et Mbappé. S'il veut revenir à son ADN, le Real va devoir solder ses erreurs. Bon courage.

Liga
Ramos n’est pas le seul point d’interrogation au Real : Varane voudrait quitter le club
IL Y A 14 HEURES
Liga
Le Real a eu plusieurs occasions de s'en séparer, pourquoi Zidane est-il impossible à virer ?
HIER À 18:46