Cette fois, c’est la fin. Plus d’histoire de clause, plus de millions à gogo, plus de burofax. Dix jours après avoir mis le feu à Barcelone, Lionel Messi a décidé de rentrer dans le rang et de confirmer la tendance qui se dessinait depuis quelques heures : la Pulga reste au Barça. Dans une longue interview publiée ce vendredi par Goal.com, la star argentine a livré, enfin serait-on tenté d’écrire, sa version des faits et expliquer son choix, inattendu il y a encore quelques jours. Oui, il a voulu partir, fatigué par sa direction et par l’attentisme du club.

Mais sa situation contractuelle et la guerre juridique qui allait en découler a fini par le résigner : "Le président m'a dit que la seule façon que j’avais de partir était de payer les 700 millions d’euros de ma clause, ce qui est impossible, et que l’autre moyen était d’aller en procès. Moi, jamais je n'attaquerai le club de ma vie en justice car je l’aime, qu’il m’a tout donné, que j’ai fait ma vie ici, que j’ai tout donné pour ce club et que jamais ça ne m’a traversé l’esprit d’emmener le Barça en procès".

Liga
Suarez ou Eto’o : Qui est le plus grand avant-centre du Barça au XXIe siècle ?
IL Y A 12 HEURES

"J’ai prévenu le club, le président surtout, que je voulais m’en aller. J’ai passé l’année à lui dire, explique d’entrée l’Argentin. Je pensais que c’était le bon moment pour faire un pas de côté. Je pensais que le club avait besoin de joueurs plus jeunes, de gens nouveaux et je pensais avoir fait mon temps au Barça, tout en ayant d’énormes ressentiments car j’ai toujours dit que je voulais terminer ma carrière ici". Voilà donc la genèse de l’affaire.

Un mal-être quotidien pour l’Argentin, où il aura "beaucoup souffert pendant les entraînements, les matches et dans le vestiaire", selon ses dires. Ainsi, l’élimination brutale du Final 8 par un Bayern Munich (8-2) impitoyable n’aura pas été le déclencheur, simplement le détonateur d'un feuilleton inattendu. "Cela faisait déjà un moment que je songeais à cette décision", poursuit-il.

Messi prisonnier de son contrat : pourquoi l'Argentin a perdu son bras de fer avec le Barça

"Ça fait un moment qu’il n’y a plus de projet"

C’est donc logiquement que Messi s’est tourné vers son président, Josep Maria Bartoméu pour lui communiquer sa décision de quitter le club : "Je l’ai dit au président qui m’a toujours dit qu’à la fin de la saison, je pourrais décider de si je voulais partir ou rester. Mais il n’a pas tenu parole…". Une formule qui en dit long sur l’estime que porte la star à la direction actuelle. "La vérité, c’est que ça fait un moment qu’il n’y a plus de projet ici, plus rien, qu’ils ne font que des pirouettes et boucher les trous à mesure que les choses viennent", ajoute-t-il.

Messi avait donc pris sa décision. Restait encore à l’entériner et la faire accepter à une direction qu’il n’estime plus et qu'il a tenté de faire réagir avec le fameux "burofax" : "Le burofax devait rendre la démarche officielle d'une certaine manière. Tout au long de l'année, j'avais dit au président que je voulais partir, que le moment était venu de chercher de nouveaux objectifs et de nouvelles directions dans ma carrière. Il me disait tout le temps : 'Nous allons parler, pas maintenant, ceci et cela', mais rien. Le président ne m'a pas donné le moindre indice de ce qu'il voulait vraiment".

La suite, c’est ce court feuilleton où tout s’est joué sur l’analyse juridique de sa clause, comme il le confirme lui-même : "Ce qu'ils disent, c'est que je n'ai pas demandé à partir avant le 10 juin - mais je le répète, nous étions au milieu de toutes les compétitions et ce n'était pas le moment, explique-t-il. Mais à part ça, le président m'a toujours dit 'quand la saison sera finie, c'est à toi de décider si tu restes ou pars', il n'a jamais fixé de date. Je le répète, c'était simplement pour rendre la chose officielle, mais pas pour me battre parce que je ne voulais pas me battre avec le club."

"Bartomeu a gagné une bataille, Messi gagnera peut-être la guerre"

Et maintenant ?

Voilà donc la situation à l’amorce d’une saison pas comme les autres au Barça. Oui, Lionel Messi, son symbole, son icône, a voulu quitter le navire, désespéré par les capitaines en charge du cargo barcelonais. Mais, retenu de force – ou par la force des millions demandés, c’est selon -, il va devoir rester pour se battre pour un projet auquel il ne semble plus croire. "En fait, maintenant je ne sais pas ce qui va se passer, avoue-t-il. Il y a un nouveau coach (Ronald Koeman) et de nouvelles idées. C'est bien, mais il faut ensuite voir comment l'équipe réagit et si oui ou non nous pourrons performer au plus haut-niveau".

Au milieu de tout ça, l’Argentin s’est fixé une mission : continuer à donner le meilleur pour son club de toujours. "Je vais continuer au Barça et mon attitude ne changera pas, peu importe où j'ai voulu aller, explique-t-il encore. Je ferai de mon mieux. J'ai toujours envie de gagner, je suis compétitif et je n'aime pas perdre. Je veux toujours le meilleur pour le club, pour le vestiaire et pour moi-même".

De cette séquence, personne ne sort grandit, surtout pas un Josep Maria Bartoméu qui a réussi son pari de rester ferme mais apparaît plus abimé que jamais. Dès lors, c’est vers mars 2021 que le Barça va se tourner et ces élections essentielles à l’avenir d’un club blaugrana franchement sur la pente raide. L'issue du vote déterminera forcément l’avenir et la fin de carrière du génial argentin. Car, en juin 2021, s’il ne prolonge pas d’ici-là, Messi sera libre comme l’air. Plus d’histoire de clause, plus de millions à gogo, plus de burofax. Alors, pour 2020, c’est bel et bien la fin. Mais pour 2021, ce n’est que le début.

https://imgresizer.eurosport.com/unsafe/0x0/filters:format(jpeg):focal(1588x415:1590x413)/origin-imgresizer.eurosport.com/2020/08/26/2872098.jpg
Liga
"Plus rien ne m’étonne" : Messi tacle (encore) le Barça en rendant hommage à Suarez
IL Y A 17 HEURES
Liga
Révolution orange et poigne de fer : Bienvenue dans le Barça de Koeman
HIER À 15:54