La saison passée, Sergio Ramos n’avait manqué qu’un seul petit match de Liga pour blessure, contre Séville en janvier. Lors de l’exercice actuel, son total devrait approcher la douzaine : absent depuis le 14 janvier et la demi-finale de Supercoupe d’Espagne perdue par le Real Madrid face à Bilbao (1-2), le capitaine merengue a été opéré du genou samedi et devrait manquer près de six semaines de compétition. Une mauvaise nouvelle pour l’arrière-garde madrilène, plus fragile en l’absence de son capitaine, et où certains peinent à se montrer, à l’image d’Eder Militao.
Il faut dire que, en dehors de ses suspensions régulières, Ramos n’a pas eu l’habitude de déserter aussi longtemps le vestiaire blanc. Si le planning de reprise de l’international espagnol se déroule sans accroc, celui-ci devrait être de retour après le match contre le Celta Vigo le 21 mars, selon la Cadena COPE - manquant, au passage, la double confrontation contre l’Atalanta en 8es de finale de C1, ou le choc au sommet de Liga contre l’Atlético début mars. Cela ferait donc près de deux mois et demi d’absence pour l’homme de base de Zinédine Zidane, un total qu’il n’a approché qu’une fois en carrière, pour des problèmes au tendon d’Achille en… 2009.

22e j. - Zidane : "L'opération de Ramos s'est bien passée et c'est le plus important"

Liga
Le Barça intensifie les négociations avec Depay
IL Y A 6 HEURES

Avec Ramos, le Real gagne plus et encaisse moins

En l’absence d’un élément aussi central, il est donc normal que l’arrière-garde du Real Madrid tangue. Si les écarts chiffrés ne sont pas impressionnants, ils dégagent tout de même une tendance : cette saison, les Merengue sont légèrement plus fragiles sans Ramos. En Liga, l’équipe de Zinédine Zidane gagne plus avec son champion du monde (64% de victoires, contre 57% sans lui), et encaisse en moyenne moins de buts (0,85 par match, contre 1 par match en son absence). Cela se confirme en C1, sur un échantillon certes plus réduit : le Real y compte 66% de victoires et 1,33 but par match encaissé avec Ramos, et 33% de victoires et 1,66 but par match encaissé sans lui.

Risque de contrôle judiciaire, la fausse saga Ramos : c'est quoi la suite pour le Barça et le Real ?

Le choix de son remplaçant, pour l’entraîneur français, s’avère en outre plus complexe que prévu. A côté de Raphaël Varane, indéboulonnable, les numéro 3 et 4 s’appellent Eder Militao et Nacho Fernandez. Problème : le premier, rarement utilisé, a été contaminé par le Covid-19 au plus mauvais moment en janvier, et n’a pu revenir que contre Huesca ce samedi. Le second, lui, et c’est plus grave, ne convainc toujours pas. Acheté 50 millions d’euros en 2019 et lié au club madrilène par un contrat courant jusqu’en 2025, l’ancien de Porto ne s’affirme pas comme une option fiable.
Aligné lors de trois rencontres consécutives en janvier, le défenseur brésilien n’était plus apparu depuis le 31 octobre avec le Real. Et on ne peut pas vraiment dire qu’il a marqué des points. Certes buteur face à Alcoyano (D3) en Coupe du Roi (1-2), il n’a pu empêcher l’élimination madrilène en prolongation. Et, si la rencontre face à Alavés en Liga s’est déroulée sans accroc, Militao n’a passé que 9 minutes sur la pelouse face à Levante en écopant d’un carton rouge. Une nouvelle opportunité de s’imposer manquée dans les grandes largeurs.

Un avant-goût du futur sans Ramos ?

S’il en avait encore, Zidane s’arracherait sûrement les cheveux : car l’entraîneur français pense sans doute au-delà des six semaines d’absence de Ramos. A 35 ans, son capitaine pourrait s’en aller en fin de saison, et laisse toujours planer le doute sur sa décision. Le coach madrilène croit en tout cas en la bonne foi de son joueur, qui a choisi de passer sur le billard : "Sergio était à la limite (physiquement). Si on continue, on peut faire encore plus de dégâts, c’est très compliqué. C’est une décision bonne et respectable." Mais il doit tout de même préparer l’avenir.
Nacho absent, Militao expulsé, Zidane avait choisi contre Levante de faire reculer temporairement Casemiro en défense centrale. L’Espagnol et le Brésilien sont de retour, et une solution d’avenir pourrait également déjà se trouver sur le banc : le jeune Víctor Chust, qui a fait ses grands débuts contre Alcoyano, pourrait jouer un plus grand rôle en attendant le retour de Ramos. Mais l’été pourrait, une nouvelle fois, chambouler l’arrière-garde madrilène et son plus grand leader. D’ici-là, il faudra tenir.

Di Maria, Ramos, Messi : Ce discret pacte de non-agression qui fige le mercato des géants

Liga
Le feuilleton arrive à son terme : Alaba au Real pour cinq saisons ?
IL Y A 17 HEURES
Liga
Zidane s'agace sur la Super Ligue : "La seule personne qui peut parler de ça, c'est le président"
HIER À 12:23