Ça sentait le clash. On y est. Frédéric Piquionne a clairement affirmé qu'il souhaitait quitter le Forez. Sans doute pour rejoindre l'Olympique Lyonnais qui le courtise depuis la fin de matches aller. Dans un entretien accordé au quotidien régional La Tribune-Le Progrès, l'ancien Rennais (28 ans) a étalé ses états d'âme et ses envies de voir autre chose. Non-aligné dimanche face à Monaco (0-1) pour une tendinite qui sentait bon la blessure diplomatique, le joueur s'est entretenu lundi avec la direction du club. Le moins que l'on puisse dire, c'est que cela ne s'est pas vraiment bien passé.

"Dimanche après le match, ils ont dit qu'ils étaient des hommes avec de l'honneur et de la fierté. J'ai pu le vérifier et j'ai vu qu'ils n'avaient pas de coeur, assène Frédéric Piquionne. Ils m'ont pris pour un moins que rien, dit que je n'avais pas mon mot à dire, que c'était comme cela, que j'étais sous contrat. (...) S'ils continuent à me traiter comme un esclave, je ne me laisserai pas faire. On arrêtera tout et je retournerai en Martinique. Je suis peut-être noir mais pas un esclave." Esclave, le mot est fort. Sans doute trop lorsque l'on perçoit 80 000 euros mensuels mais a le "mérite" d'être clair et d'engager la relation ASSE-Piquionne vers une voie de non-retour. Jean-Michel Aulas et l'OL ont réussi leur coup... Le pouvoir attractif de l'Olympique Lyonnais a encore fait des siennes. Comme avec Franck Ribéry et l'Olympique de Marseille l'été dernier, JMA a semé la zizanie chez un concurrent.

Ligue 1
Les Verts encore un peu plus dans le rouge
21/11/2020 À 17:52

Piquionne menace d'arrêter

Un concurrent qui se retrouve pieds et poings liés. Lyon avait proposé 5,5 millions d'euros plus des bonus pour Piquionne la semaine dernière. Une proposition qui avait été repoussée d'un revers de la main par la direction de Saint-Etienne. Par le biais d'un communiqué, les Verts avaient notamment expliqué que "la direction du club a toujours estimé qu'il n'y aurait pas d'offre sérieuse de la part de l'Olympique Lyonnais, contrairement aux annonces faites dans les médias. Les tentatives de déstabilisation du joueur et plus généralement du club doivent maintenant cesser. La direction du club a pris une décision ferme et définitive : Frédéric Piquionne reste à l'ASSE. Le club assumera toutes les conséquences de cette décision."

Les premières conséquences sont très simples. Frédéric Piquionne ne veut plus revêtir l'historique tunique verte. Et menace même d'aller plus loin. "J'ai dit à l'entraîneur de ne plus compter sur moi, parce que je pense que je mettrais un terme à ma carrière. " La menace ne sera sans doute pas mise à exécution mais ne fait que renforcer le conflit. Le bras de fer est engagé et Frédéric Piquionne ne compte pas le perdre. Pour des questions sportives car, même s'il ne cite pas le nom des intéressés, le joueur affirme avoir "des propositions de clubs certains de jouer la Ligue des Champions." Pour d'autres causes également : " L'avenir de Roland Romeyer (co-président de l'ASSE) est tout tracé. Il est milliardaire. Moi, je ne suis pas encore cela. Ce à quoi j'aspirais, c'est avoir quelque chose pour vivre après. " Challenge sportif supérieur et argent, ça ressemble à l'Olympique Lyonnais.

Ligue 1
L'antisèche : Et finalement, Garcia en sort grandi
09/11/2020 À 06:55
Ligue 1
Les notes des Verts : Neyou survolté, Moukoudi dépassé
08/11/2020 À 23:11