Imago

Cissé : "Ça m’énerve !"

Cissé : "Ça m’énerve !"
Par Eurosport

Le 29/02/2008 à 12:00Mis à jour

Efficace lorsque Mamadou Niang était à la CAN, Djibril Cissé est curieusement à la peine depuis le retour du Sénégalais au sein de l'effectif marseillais. Cissé ne cache pas qu'il est "vexé" de ne pas être plus décisif en ce moment. Il évoque ainsi ses di

DJIBRIL CISSE, le nul à Toulouse éloigne l'OM d'une place qualificative pour la Ligue des champions…

D.C. : C'est très embêtant. Car devant nous Nancy a gagné. Si on veut réduire l'écart, il faut prendre six points lors des deux prochains matches.

A Toulouse, vous avez eu plusieurs fois l'occasion de donner la victoire à votre équipe. Avez-vous des regrets ?

D.C. : Je suis frustré. J'ai vraiment eu une belle occasion. Ça me fait ch… de la rater. Un joueur de qualité normale l'aurait mise au fond. Avec le genou, le ventre ou autre chose, j'aurais dû marquer. Je ne dois pas manquer des occasions comme celle-là. Si on avait pris les trois points, je m'en voudrais moins, mais là…

A Moscou, vous aviez déjà manqué de réussite.

D.C. : Là-bas, je tire sur le poteau. Mais c'est une frappe de loin, c'est donc différent pour moi. A Toulouse, je n'avais pas le droit de me manquer. J'ai revu une vingtaine de fois cette occasion, et le ballon n'est toujours pas rentré…

Même chose contre Paris…

D.C. : Je suis aussi passé à travers. Ça m'énerve. Je suis vexé de ne pas avoir marqué.

Pensez-vous que ces performances en demi-teinte vous éloignent des Bleus ?

D.C. : En réalisant des matches comme ceux-là, certainement. C'est Raymond Domenech qui détient la vérité, pas moi. Mais moi dans ma tête c'est ce que je me dis. J'y pense toujours. Je suis vexé, très énervé. Un peu piqué.

Samedi, vous recevez Auxerre. Est-ce particulier de jouer contre votre ancien club ?

D.C. : C'est toujours spécial, même s'il n'y a plus Guy Roux. Et en tant qu'anciens Auxerrois, Akalé et moi, nous avons un peu les boules car on a été éliminé par l'AJA en Coupe de la Ligue (1-0) en quart de finale. Auxerre nous a aussi battus au match aller en championnat. C'est une équipe redoutable mais ce n'est pas non plus une formation que l'on cite en exemple pour son beau jeu.

Avez-vous vu la demi-finale de Coupe de la Ligue PSG-Auxerre, mardi ?

D.C. : J'ai suivi cette rencontre d'un &oeligil. Je ne me suis pas focalisé sur les deux défenseurs centraux pour analyser leur jeu. Je les avais déjà vus contre Nice. Ils marquent deux buts sur contre-attaque. Il faut donc faire attention à la vitesse de leurs deux attaquants, Niculae et Oliech qui sont en forme en ce moment.

Votre entraîneur vous a laissé deux jours de repos après le déplacement à Toulouse. Avez-vous eu le temps de souffler un peu ?

D.C. : En ce moment, la cadence des matches est élevée avec une rencontre tous les trois jours. Les organismes souffrent. C'est pour cette raison que le coach a fait tourner à Toulouse. Après ce match, nous avons eu droit à deux jours de repos. Ça fait du bien car à l'entrainement nous sommes plus frais.

Ce match nul à Toulouse signifie-t-il que l'OM ne peut pas se passer de ses titulaires devant ?

D.C. : Non, Akalé a fait un très bon boulot en première mi-temps, il a eu une très bonne occasion, il a bien gardé le ballon. Ce n'est pas un avant-centre mais il a réussi à faire une bonne première mi-temps, il a eu du mérite. Comme quoi, on peut aussi se priver des soi-disants titulaires. L'entraîneur fait ses choix, après il faut les respecter.

0
0