Imago

Du répit pour Kezman

Du répit pour Kezman
Par Eurosport

Le 28/01/2009 à 12:15Mis à jour

Décevant depuis son arrivée, Mateja Kezman a signé son premier doublé avec le PSG face au GFCO Ajaccio (0-3) en Coupe de France. L'attaquant serbe s'est donné un peu de crédit après avoir subi les sifflets du public lors de sa dernière sortie au Parc des

Enfin un sourire. Depuis qu'il avait posé ses valises à Paris, Mateja Kezman n'avait pas eu beaucoup l'occasion de manifester son bonheur d'avoir rejoint la capitale. Il faut dire que le Serbe, rapidement relégué en dernière position dans la hiérarchie des attaquants parisiens, a passé le plus clair de son temps sur le banc de touche. Malgré son CV, l'ancien joueur du PSV Eindhoven, de Chelsea, de l'Atletico Madrid et de Fenerbahçe a dû se contenter des matches de coupes et de rares minutes en championnat pour justifier sa réputation. Sans succès. D'abord patient, le public du Parc a commencé à le prendre en grippe lors de la victoire du PSG sur Lens en Coupe de la Ligue (2-0), au cours de laquelle Kezman était passé à côté de son sujet. Face au GFCO Ajaccio, il a retrouvé son instinct de buteur en inscrivant les deux premiers buts de sa formation.

Ce n'était qu'une équipe de CFA. Mais le Serbe a eu une belle réaction d'orgueil après le calvaire vécu face aux Nordistes. Ce n'était pas évident. "Il était très triste et isolé dans le vestiaire. On a été le réconforter, on a eu un mot pour lui. Ce n'est pas facile pour lui, il était un peu abattu", avait témoigné Sylvain Armand à l'issue de cette rencontre. Les occasions manquées, les sifflets du public ajoutés à une panne de confiance qui dure depuis le début de la saison auraient pu le plonger au fond du gouffre définitivement. Mais Kezman a du caractère. Il l'avait déjà prouvé face à Twente, lors d'un match décisif pour l'accession en 16e de finale de la Coupe de l'UEFA. Après avoir manqué un penalty, il était parvenu à inscrire un troisième but capital pour Paris, finalement vainqueur des Néerlandais (4-0) et qualifié pour le tour suivant.

"Le club de mes rêves"

Cette force de caractère est aujourd'hui sa meilleure arme. Depuis son arrivée au club, Kezman a toujours été dans la position de celui qui se bat pour prouver qu'il a sa place dans le onze de départ du PSG. Son doublé face au GFCO Ajaccio lui a permis de marquer quelques points dans cette optique. "Non, ce n'est pas une revanche sur l'équipe", tempère-t-il cependant. "Moi, quand mon club gagne, je suis content et mes relations sont toujours aussi bonne avec l'entraineur", affirme le Serbe, qui n'a jamais exprimé le moindre regret d'avoir signé à Paris. "Vous savez, le PSG est le club de mes rêves quand j'étais gamin et je suis donc à Paris. Me voilà heureux. Maintenant, c'est un peu frustrant quand je ne joue pas mais là vous voyez au final, en travaillant dur, je marque et c'est pour moi le principal", a-t-il expliqué après le déplacement en Corse.

Travailler, c'est ce qu'il va devoir continuer à faire. Si Kezman a retrouvé le chemin des filets, il est cependant encore loin de Guillaume Hoarau, Ludovic Giuly et Peguy Luyindula dans la hiérarchie des attaquants parisiens définie par Paul Le Guen. A juste titre, puisque ces trois joueurs ont été bien plus convaincants que le Serbe depuis le début de la saison. Son destin continuera vraisemblablement de s'écrire au gré des rotations effectuées par le technicien breton. Dans cette optique, le fait que Paris soit encore en course dans quatre compétitions différentes joue en sa faveur. A condition qu'il saisisse sa chance et qu'il continue à marquer, comme il l'a fait contre Ajaccio. Car son doublé face aux amateurs corses ne reste aujourd'hui qu'un répit dans son parcours parisien semé d'embûches.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313