Imago

Lyon à pas de géant

Lyon à pas de géant
Par Eurosport

Le 03/04/2010 à 21:32Mis à jour

En s'imposant à Rennes (1-2) lors de la 31e journée de L1, Lyon a provisoirement pris la première place au classement. Dans la foulée de leur victoire face à Bordeaux en Ligue des Champions, les Rhodaniens ont fait forte impression et se replacent comme l'un des grands favoris pour le titre.

RENNES - LYON : 1-2
Buts: Gyan (17e) pour Rennes ; Bastos (52e) et Lopez (61e) pour Lyon

Le piège était béant. Un déplacement chez l'équipe en forme de la Ligue 1, Rennes, qui restait sur quatre victoires de rang, avant un déplacement chez les Girondins de Bordeaux mercredi pour jouer une place en demi-finale de la Ligue des Champions : l'Olympique Lyonnais avait beaucoup à perdre au Stade de la Route de Lorient. Il a finalement raflé la mise. Un peu grâce au bluff de Claude Puel qui aligne d'entrée une équipe hybride en laissant notamment Toulalan et Cris sur le banc et qui aligne les "oubliés" Gassama et Lovren.

Ce coup de poker s'avère payant au vu des premières minutes que les Lyonnais cadenassent parfaitement. Les flèches rennaises, Gyan, Marveaux et Briand sont coupées de leurs archers du milieu de terrain et ne peuvent trouver la cible. C'est même Ederson, à la réception d'un centre de Källström, qui est tout proche d'ouvrir la marque, mais le coup de tête décroisé du Brésilien ne fait que raser le montant gauche de Douchez (5e). Alors que l'OL anesthésie les Bretons, ces derniers vont avoir un soubresaut fatal. Il suffit d'une inspiration géniale de Marveaux qui lance Briand (les deux hommes savent-ils que Raymond Domenech est dans les tribunes ?) pour que ce dernier pique son ballon au dessus de Lloris... son tir rebondit sur le poteau et roule le long de la ligne de but et Gyan, plus prompt que les autres, n'a plus qu'à le pousser dans la cage vide (1-0, 14e).

Puel , roi du bluff

Un temps la tête dans le sac après cette ouverture du score pas forcément méritée, l'OL reprend ses esprits et sa marche en avant. Mais le réalisme fuit les Gones. Bastos et Ederson tentent de forcer la décision, mais Douchez s'interpose à chaque fois et c'est avec un sentiment de frustration que l'OL regagne les vestiaires. Il faut dire qu'à ce moment là, le titre relève presque de la chimère pour les hommes d'Aulas... On ne saura jamais ce qu'a dit Claude Puel à ses joueurs durant la mi-temps mais visiblement, le discours de l'entraîneur a été entendu. La pratique suit la théorie à la 52e minute avec un mouvement collectif d'école parachevé par Pjanic qui lance Bastos sur l'aile gauche.

La suite ne relève plus du collectif mais du talent individuel. Le Brésilien double-crochète Fanni avant de décocher une frappe surpuissante sous la barre de Douchez (1-1, 52e). Bastos, auteur de son sixième but lors des six derniers matchs, confirme qu'il pourrait bien être l'un des hommes de base de l'OL en cette fin de saison. L'autre est connu et attendu mais il continue d'être décisif. Lisando, toujours aussi accrocheur en diable, fait preuve d'une détente et d'un timing exceptionnels pour reprendre de la tête un centre de Delgado et inscrire son 13e but de la saison (1-2, 61e). Dès lors, sans pour autant trop reculer, Lyon va faire parler son expérience pour annihiler toute réaction bretonne où seul Marveaux se débat comme un poisson sur la berge. Insuffisant pour faire vaciller Lyon dans ses certitudes. Notamment celle d'être de nouveau un candidat plus que sérieux au titre de champion de France.

0
0