Mathématiquement, ils sont encore neuf à pouvoir s'inquiéter. Dans les faits, quatre clubs vont s'écharper lors des quatre dernières journées de championnat pour ne surtout pas accompagner Dijon, d'ores et déjà condamné à la L2. Il reste douze points à distribuer, et cinq unités séparent Nîmes, 19e, de Bordeaux, 16e. Entre les deux, Nantes, encore barragiste, et Lorient, dans la lutte depuis des mois, ont, eux aussi, le souffle court.
Et les autres ? Strasbourg a 7 points d'avance et un match en plus. Mais il faudrait un furieux réveil des mauvais élèves pour revenir à hauteur des Alsaciens. Si on s'en tient à leur moyenne jusqu'ici, Nantes et Nîmes sont sur un rythme de 3,2 points pris toutes les quatre journées. De quoi mettre aussi à l'abri les Verts (+8 points) ou Brest (+9 points).
Ligue 1
Lopez annonce un Bordeaux "joueur et offensif"
IL Y A 17 HEURES

Bordeaux, 16e, 36 points : Cauchemar total, dynamique apocalyptique

A priori, une victoire pourrait suffire à Bordeaux pour s'acheter une tranquillité toute relative tant son avenir tout court, et pas seulement en Ligue 1, reste en suspens. Problème, les Girondins n'ont remporté qu'un seul de leurs 14 derniers matches -et face à Dijon, lanterne rouge de L1. Les deux réceptions de Rennes et Lens, en course pour les qualifications européennes, ne seront pas en mesure de les rassurer.

Lorient-Bordeaux en Ligue 1

Crédit: Getty Images

"Là, il faut regarder les joueurs, trouver les arguments, essayer de leur enlever l'inquiétude. Mais c'est compliqué", confiait vendredi Jean-Louis Gasset, entraîneur d'un club, rappelons-le, placé sous la protection du tribunal de commerce de Bordeaux. Les Girondins ont pour eux leurs cinq points d'avance mais leur situation extra-sportive et leur dynamique, la pire du quatuor, dessinent une fin d'exercice apocalyptique.
  • La stat qui sent mauvais : 36 points après 34 journées, c'est le deuxième pire total de la grande histoire des Girondins dans la L1 à 20 clubs.
  • Le tournant à venir : Le déplacement à Nantes la semaine prochaine. Même un nul ferait les affaires de Bordeaux qui, quoiqu'il se passe ce week-end, conservera un matelas sur les Canaris. Une défaite à La Beaujoire rendrait, en revanche, plus concrète encore la menace d'une relégation.
  • Notre avis : Plus les semaines passent, plus les Girondins s'enfoncent. Accablés par tout ce qui leur tombe dessus, ils ne semblent pas avoir la personnalité pour s'en sortir seuls. Si ça pousse derrière, leur avenir en L1 ne tiendra qu'à un fil. Ils semblent désormais dépendre davantage des performances de ceux qu'ils devancent que d'eux-mêmes, tant leur moral est affecté.

Lorient, 17e, 35 points : Merlus, vent dans le dos

Alors qu'on les a longtemps crus condamnés, les Lorientais ont la meilleure dynamique du quatuor désormais. Portés par un duo Moffi-Wissa bouillant, les Bretons ont complètement relancé leur saison, à l'image de leur succès éclatant face à Bordeaux le week-end dernier (4-1), et récolté 66% de leurs points en 2021 (personne ne fait mieux). "On est devant, et on sait qu’on peut être performant si on fait de bonnes choses comme contre Bordeaux. À nous de garder cette dynamique", s'est félicité Christophe Pélissier. Lorient y croit plus que jamais.

Lorient a pris le meilleur départ face à Bordeaux, menant 2-0, lors de la 34e journée de Ligue 1 - 25/04/2021

Crédit: Getty Images

  • La stat qui sent bon : Lorient est la meilleure équipe à domicile sur la phase retour de Ligue 1. Avec six rencontres remportées au Moustoir sur huit matches joués, les Lorientais ont glané 19 points à domicile depuis fin janvier.
  • Le tournant à venir : La réception d'Angers ce dimanche. Parce qu'une nouvelle victoire entérinerait quasiment le maintien des Merlus. Un mauvais résultat face au SCO, à une semaine d'un déplacement périlleux à Lyon, pourrait en revanche inverser la dynamique et instiller un doute que Lorient combat férocement depuis des mois.
  • Notre avis : Face à la morosité de concurrents minés par les résultats et la perspective de tout voir s'effondrer, le FCL semble être celui qui appréhende le mieux la situation. Parmi le quatuor, il est aujourd'hui le mieux armé pour s'en sortir. Et pas seulement parce que son avance sur Nantes et Nîmes est confortable.

Nantes, 18e, 31 points : Encore une toute petite chance ?

Nantes est illisible. Capables de s'imposer au Parc des Princes, de s'effondrer face à leurs concurrents directs, les Canaris, coachés par quatre entraîneurs différents depuis le mois d'août, vivent une saison chaotique. L'effectif ne manque pas de talent (Blas, Kolo-Muani) mais manque de constance et de caractère. Il n'est pas construit pour affronter le maintien et manque de joueurs capables de sortir le groupe du doute. Et les évènements extérieurs (fronde anti-Kita et grogne anti-Domenech) ont renforcé sa grande fragilité. La victoire à Strasbourg le week-end dernier a offert sans doute une dernière chance aux Nantais. Sauront-ils saisir cette inespérée opportunité ?

Des supporters nantais lors d'une manifestation contre Waldemar Kita, en décembre

Crédit: Getty Images

  • Le tournant à venir : Le déplacement à Brest ce dimanche. Car, dans sa situation, Nantes ne peut pas se permettre de se projeter. Chaque faux-pas pourrait condamner les Nantais. Bien sûr, la réception de Bordeaux la semaine prochaine sera un rendez-vous crucial et les trois prochains adversaires (Brest, Bordeaux, Dijon) dessinent un calendrier plutôt favorable. Mais une défaite en Bretagne dimanche pourrait avoir déjà des conséquences dramatiques.
  • La stat qui sent très mauvais : 97 des 103 équipes comptant 31 points ou moins à ce stade du championnat sont descendues en Ligue 2.
  • Notre avis : Nantes semble le plus fragile du quatuor et signerait sans doute pour une place de barragiste. Kombouaré a un peu réveillé les troupes, mais le mal semble beaucoup plus profond au sein d'un groupe affecté par une saison cauchemardesque sur et en dehors du terrain. Et généralement, on sait comment s'achève ce genre d'exercice…

Nîmes, 19e, 31 points : Un miracle ou rien

Comme Dijon ou Lorient, on a longtemps cru Nîmes condamné. La prise en main de Pascal Planque a réveillé les Crocos mais leurs limites les ont empêchés de s'extirper pour de bon de la zone rouge. Les voilà dans la lutte, c'est déjà un exploit, mais loin d'être tirés d'affaire. Moins talentueux que les Nantais mais sans doute davantage préparés à cette fin de saison au couteau, les Gardois pourront compter sur leur solidité retrouvée à domicile (une seule défaite lors des six derniers matches aux Costières).
  • Le tournant : Comme pour Nantes, difficile de voir à moyen ou long terme pour Nîmes. La réception de Reims ne scellera pas totalement leur saison mais donnera une très forte tendance tout de même. D'autant que la suite (déplacement à Metz, réception de Lyon et fin de saison au Roazhon Park) s'annonce corsée.
  • La stat qui sent très mauvais : Nîmes n’a remporté qu’un seul de ses 8 derniers matches de Ligue 1 (4 nuls, 3 défaites), dont aucun des 4 derniers (2 nuls, 2 défaites).
  • Notre avis : Nîmes est vaillant mais trop limité pour s'en sortir. Les Crocos doivent viser la place de barragiste. A moins d'une série improbable ou d'un réveil inattendu… A ce stade, cela relève du miracle.

Hugo Magnetti et Lamine Fomba lors de Brest- Nîmes en Ligue 1 le 11 avril 2021

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Gerard Lopez propriétaire des Girondins vendredi ?
21/07/2021 À 18:17
Ligue 1
Vendre avant d'acheter, moyens personnels : comment Gerard Lopez a obtenu le feu vert de la DNCG
13/07/2021 À 05:40