Lyon continue de ramer

Lyon continue de ramer
Par Eurosport

Le 15/11/2010 à 11:08Mis à jour Le 15/11/2010 à 12:26

Vainqueur de Nice (1-0), Lyon tarde encore à convaincre, malgré une série de six matches sans défaite. Toujours à la recherche d'une qualité technique digne de son standing, les Gones ont peu pesé sur le but d'Ospina et ont été inquiétants en situation défensive.

Sur le papier, Lyon tient le bon bout. Six matches sans défaite, quatorze points pris sur dix-huit possibles en Championnat. Ce rythme ferait pâlir d'envie toute une Ligue 1 compressée dans un ventre mou général et inquiétant où Brest, le leader, ne possède que quatre points d'avance sur le douzième, Toulouse. Inquiétant, l'OL l'est toujours. Le septuple champion de France n'a toujours pas trouvé quelque chose qui ressemble à un fonds de jeu consistant. Selon les matches, les raisons varient. Face à Nice, Yoann Gourcuff, plutôt emprunté ces derniers temps, a été le seul avec Michel Bastos à faire fonctionner la machine lyonnaise grâce à ses incessantes courses, des propositions de combinaisons variées et un pressing assez haut.

Mais une équipe ne peut laisser le travail de récupération et l'animation du jeu à deux ou trois de ses joueurs. On n'a que trop peu vu Kim Källström et il a fallu attendre la seconde période pour voir les arrières latéraux proposer des solutions sur le front de l'attaque. Et encore, ils ne se sont pas montrés très actifs. Epuisé après quarante-cinq premières minutes intenses, Gourcuff s'est littéralement éteint par la suite et le jeu lyonnais s'en n'est considérablement ressenti. Le jeu long a vite pris le pas sur le jeu à terre, les Gones cherchant souvent Bafétimbi Gomis dans le dos de la défense. Le "jeu à la lyonnaise" marqué par un pressing haut, des attaques placées et une certaine capacité à accélérer le jeu, tout ceci appartient à l'histoire. "Par la suite, nous ne savions plus si nous devions attaquer pour inscrire le deuxième but ou conserver notre avance, a d'ailleurs admis Claude Puel. Le dernier quart d'heure a été difficile sur le plan physique".

Cris a besoin d'être au top...

Par ailleurs, si c'est la première fois que Lyon n'encaisse pas de but dans une rencontre de Championnat depuis le 21 août et une victoire contre Brest, mais cela ne doit pas cacher les problèmes persistants en défense. Malgré le très bon retour de Toulalan, il a parfois semblé qu'un deuxième milieu défensif soit nécessaire vu les quelques hésitations de l'arrière-garde. Le constat vaut notamment pour Cris, qui a sans doute besoin d'être au top physiquement pour pouvoir exprimer pleinement ses qualités. Le Brésilien a semblé particulièrement emprunté dans ses déplacements et dans ses anticipations. Il peut même remercier des Niçois qui "n'y ont pas totalement cru" selon Eric Roy. Les deux situations très chaudes obtenues par Anthony Mounier (77e et 79e) ont eu besoin de la complicité involontaire de la défense. "Hugo (Lloris) n’a pas eu beaucoup de boulot, se défend le Brésilien. Dejan (Lovren) a fait un super match en défense avec moi. Je remercie aussi Bafé qui a fait un bon match devant, et qui a bien gardé le ballon."

Avec ces points qui s'empilent dans la douleur et ce Championnat qui tourne au ralenti, le temps joue pour les Rhodaniens. "Nous avons essayé d'y mettre la manière", s'excuse Puel, qui semble un peu relire l'histoire quand il parle d'une "très bonne première période" pour son équipe. "Il faut savoir doubler le score dans nos temps forts pour assurer le résultat. A 1-0, à mesure que le match avance, on se crispe et on se libère moins sur la fin. (...) Pour l'heure ce n'est pas le classement en lui-même qui est le plus important, c'est le nombre de points qui nous sépare de la tête." Trois, désormais.

0
0