Pourquoi l'OL est-il passé en losange?

Depuis sa prise de fonction au début de la saison 2011-2012, Rémi Garde n'avait utilisé qu'à une seule reprise ce schéma, lors d'une défaite à Nice (3-1), en 8e de finale de la Coupe de la Ligue 2012-2013. Interrogé sur cette opportunité en mars dernier, l'entraîneur lyonnais avait même rétorqué froidement à son interlocuteur : "Je n'ai pas l'habitude donner ma composition avant le match, mais je peux d'ores et déjà vous dire que l'on n'utilisera pas cette tactique. Si vous rentrez dans les détails, cela pourrait peut-être condamner Alexandre Lacazette."
Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis et le technicien rhodanien vient d'organiser trois fois d'affilée son équipe en 4-4-2, avec un milieu de terrain en losange. Bilan : deux succès, face à Rijeka (1-0) et contre Guingamp (2-0), entrecoupées d'un revers plein de promesses à Monaco (2-1). "L'effectif et ce que je vois à l'entraînement m'ont incité à utiliser ce schéma afin de mettre l'équipe dans les meilleurs conditions. Quand il y a Steed (Malbranque), Gueïda (Fofana) et Max (Gonalons) au milieu de terrain, cela donne une équipe assez solide." La preuve en chiffres : lors de ces trois matchs, l'OL n'a subi que six tirs cadrés, terminant à deux reprises la cage inviolée.
Ligue 1
La fin d'une relation tumultueuse : Marcelo quitte l'OL
HIER À 10:19

Qui sont les gagnants?

Offensivement, cette nouvelle tactique a l'avantage de mettre plus de monde dans la surface de réparation. Alexandre Lacazette, "débarrassé" de la concurrence de Lisandro, en est le premier bénéficiaire : incapable de jouer seul en pointe comme Bafétimbi Gomis, frustré quand il est aligné sur l'aile droite, le Guadeloupéen profite dans ce schéma d'une plus grande liberté d'action : "Cela me plaît, il y a plus de joueurs autour de moi. A deux devant, c'est plus utile pour le groupe." Même sentiment de satisfaction dans la bouche de l'autre avant-centre, Bafétimbi Gomis : "Notre staff technique a su s'adapter à nos états de forme, ce système est bénéfique pour les attaquants, ce n'est pas un hasard si 'Alex' et moi avons trouvé le chemin des filets. Mais peu importe le schéma, le plus important, c'est de s'investir à 400%."
Les milieux de terrain ont également de quoi se réjouir de cette nouvelle organisation. Alors que Gueïda Fofana, Steed Malbranque, Jordan Ferri et Arnold Mvuemba se disputaient auparavant la seule place de relayeur aux côtés de Maxime Gonalons, ils ont désormais deux fois plus de chances de figurer dans le onze de départ. Surtout, Gueïda Fofana et Steed Malbranque - titulaires lors des deux dernières journées de L1 - trouvent dans cette configuration un rôle qui sied davantage à leurs qualités. "Pour l'instant, cela nous réussit plutôt bien", se contente de commenter Fofana. "Il est certain que l'on se sent bien ainsi, précise Maxime Gonalons. On se sent peut-être plus solide dans ce système-là."

FOOTBALL 2013 Lyon - Lacazette

Crédit: Panoramic

Qui sont les perdants ?

Désormais rarement utilisée au plus haut-niveau, cette tactique a l'inconvénient d'éliminer les joueurs de couloir. Recruté justement pour pallier le déficit de l'OL à ce poste, Gaël Danic est la principale victime du losange lyonnais. Non-retenu dans la liste des dix-joueurs convoqués pour affronter Guingamp, Arnold M'Vuemba, qui excellait dans un 4-4-2 à plat à Lorient, est également l'un des perdants du moment.
Reste à savoir si la mauvaise passe actuelle de Clément Grenier est avant tout la conséquence de la nouvelle tactique ? Le meneur de jeu ne se positionne pas clairement : "Il faut s'adapter, le coach sait que je préfère jouer haut derrière un ou deux attaquants. On a montré qu'on était capable de jouer dans ce système, c'est une arme de plus mais nous avions prouvé auparavant que nous pouvions évoluer différemment." Référence au 4-2-3-1 que privilégiait auparavant Rémi Garde... et auquel l'entraîneur des Gones n'a pas renoncé : "Les autres animations ne sont pas définitivement abandonnées, mais ce 4-4-2 en losange a quelques particularités intéressantes pour nous actuellement."

FOOTBALL - 2013 - Lyon - Rijeka - Grenier

Crédit: AFP

Ligue 1
Solide en janvier, Lyon fait face à un mois de février décisif
23/01/2022 À 23:10
Ligue 1
L'antisèche : Dire que ça pourrait être le dernier derby…
21/01/2022 À 23:04