Depuis le début de sa carrière, Zlatan Ibrahimovic s'est fait une spécialité des tirades cinglantes, à grands coup d'égocentrisme assumé et de tacles appuyés. On se souvient du "Moi, je suis Zlatan, et vous, vous êtes qui, putain les gars ?" à son arrivée à l'Ajax ou du "d’abord, je suis allé à gauche, lui aussi. Puis, je suis allé à droite, lui aussi. Puis, je suis retourné à gauche, et là, il est allé s’acheter un hot dog", à l'endroit du défenseur de Liverpool, Stéphane Henchoz. Parmi d'autres. Lors de ses quatre années au PSG, Ibra n'a pas perdu le rythme. Il nous laisse quelques perles. Les voici, dans l'ordre chronologique.
Je ne connais pas la Ligue 1 mais la Ligue 1 sait qui je suis
12 juillet 2012. Il n'a fallu que quelques minutes à Zlatan Ibrahimovic pour donner le ton, lors de sa première conférence de presse, celle où il fut présenté aux médias. Tout Zlatan est résumé dans cette première tirade. Mais finalement, tout son transfert, aussi, se trouvait condensé en quelques mots : l’arrivée d'une vedette dans un championnat anonyme.
Ligue 1
Zlatan est revenu et il est centenaire : retour sur 100 matches qui ont marqué l'histoire du PSG
11/11/2014 À 12:11

Zlatan Ibrahimovic pose devant la tour Eiffel le jour de sa présentation au PSG, le 18 juillet 2012.

Crédit: Panoramic

Je vais habiter dans la Tour Eiffel et me rendre aux entraînements en parachute.
12 septembre 2012. Petite phrase lâchée à la chaîne de télévision suédoise TV4. Mais derrière la flambe, dans cette même interview, une déclaration d'amour à la ville lumière : "Je croyais que Milan était une ville super mais en fait Milan par rapport à Paris, c'est comme Malmö par rapport à Stockholm... Paris est une ville fantastique dans laquelle il y a tellement à faire ! Il faudrait une éternité."
Même mes fils jouent mieux au foot que vous !
24 novembre 2012. Ce jour-là, face à Troyes, Zlatan Ibrahimovic était vraiment très énervé. En seconde période, il s'agacera avec le quatrième arbitre qui s'était mis en tête de lui prendre sa bouteille d'eau. Avant cela, à la pause, c'est à ses coéquipiers qu'Ibra s'en était pris, en poussant une grosse "gueulante" dans le vestiaire. Tout cela débouchera sur une réunion le lendemain, avec amende honorable de Seigneur Ibra. "Si je suis allé trop loin, j'en suis désolé."
Ils en demandent beaucoup. C'est étrange, parce qu'avant ils n'avaient rien
10 mars 2013. Des sifflets ont glissé des tribunes du Parc alors que le PSG traîne un peu sa peine contre Nancy. Ibrahimovic apprécie modérément et rappelle, à sa façon, qu'avant de manger du caviar après l'arrivée de QSI, le menu n'était pas le même à Paris. Les plus anciens supporters, sans nier que le club a changé de dimension, lui rappelleront quand même que le PSG a existé avant QSI. Et avant Ibra.
Je n'ai pas besoin d'un trophée pour penser que je suis le meilleur
28 novembre 2013. Zone mixte après le match de Ligue des champions contre l’Olympiakos en novembre dernier. En grande forme devant les micros, Ibra évoque le Ballon d'Or…

FOOTBALL 2013 PSG - Olympiakos (Ibrahimovic)

Crédit: Panoramic

La standing ovation à ma sortie ? Ce n’est pas difficile, ils étaient 500 dans les tribunes
8 janvier 2014. Auteur d'un triplé à Brest, le Suédois reçoit une sincère ovation du public breton à sa sortie du terrain aux alentours de l'heure de jeu, une fois les dégâts irréversibles pour l'adversaire. Interrogé à la fin du match sur ce "geste" du public, Ibra ne peut s'empêcher de jouer la malice. "Mais je suis très content, si les gens sont contents", lâche-t-il tout de même.
J’ai vu la banderole, oui. Et vous vous demandez si c’était pour moi, Maxwell ou van der Wiel ? Non, c’était pour moi évidemment
17 septembre 2014. Sacré Ibra. De retour à Amsterdam, où il s'était révélé au début du XXIe siècle et de sa carrière, il reçoit un accueil chaleureux des supporters de l'Ajax, notamment à travers une banderole saluant le retour du "fils de dieu". Rien que ça. Une belle perche pour permettre à Zlatan de chambrer ses coéquipiers du PSG, Maxwell et Van der Wiel, eux aussi anciens pensionnaires de l'Ajax.
Le pire, c'est quand j'ai vu tous les joueurs de Chelsea débouler lorsque j'ai reçu mon carton. J'ai eu l'impression d'avoir 11 bébés autour de moi
12 mars 2015. Expulsé (sévèrement) après 30 minutes lors du huitième de finale retour à Chelsea, Ibra s'ne prend à l'arbitre ("Si c'était un carton rouge ? Non, c'est une blague, une énorme blague") mais aussi aux Blues qui sont venus s'agglutiner autour de l'homme au sifflet comme pour l'inciter à sortir le rouge, ce qu'il fera.

Les joueurs de Chelsea autour de l'arbitre lors de l'expulsion d'Ibrahimovic

Crédit: AFP

Ça fait quinze ans que je joue au foot et je n'ai jamais vu un arbitre aussi nul dans ce pays de merde. Ce pays ne mérite pas le PSG
15 mars 2015. Prononcés sous le coup de la colère dans les couloirs de Chaban-Delmas après la défaite du PSG à Bordeaux au mois de mars 2015, ces mots ont fait beaucoup, beaucoup de bruit et valu à leur auteur une suspension. Ibra s'est vite excusé mais le "shit country" restera une de ses tirades les plus fameuses.
Sans manquer de respect à personne, le PSG est né quand le Qatar est arrivé
8 mars 2016. Cette phrase est la petite soeur de celle prononcée presque trois ans jour pour jour après celle du 10 mars 2013. le fameux "avant, ils n'avaient rien". Ibra persiste et signe, au risque de piétiner le passé de son club et, contrairement à ce qu'il avance, en manquant de respect aux joueurs, entraîneurs et dirigeants ayant contribué à l'histoire du PSG avant 2011.
Je ne crois pas que les dirigeants puissent remplacer la Tour Eiffel par ma statue. Même les dirigeants ne le pourront pas. Mais s'ils le peuvent, je resterai ici, je le promets
13 mars 2016. Vainqueur 9-0 à Troyes, le PSG est officiellement sacré champion de France. Dans la foulée, Nasser Al-Khelaïfi annonce qu'il souhaite prolonger Ibrahimovic, en fin de contrat. Au micro de beInSports, le Suédois s'amuse et se place à la hauteur des 320 mètres du monument parisien.
Je suis arrivé comme un roi, parti comme un légende
13 mai 2016. La boucle est bouclée. Quatre ans après le "Je ne connais pas la Ligue 1 mais la Ligue 1 sais qui je suis", Ibrahimovic annonce son départ dans une dernière salve égocentrée. mais c'est aussi une façon de rappeler qu'il a allié les actes à la parole. Car, pendant quatre ans, le Championnat de France aura effectivement vécu au rythme de ses faits, de ses gestes, et de ses mots.
Ligue 1
Les 10 moments les plus "zlatanesques" d'Ibrahimovic au PSG
11/11/2014 À 00:06
Ligue 1
Le Parc a dû patienter, mais le grand retour d'Ibra a fini par arriver
09/11/2014 À 22:27