AFP

De la tête aux pieds, l'OL a montré un visage inquiétant à Montréal : les 4 chantiers de Fournier

De la tête aux pieds, l'OL a montré un visage inquiétant : les 4 chantiers de Fournier

Le 02/08/2015 à 09:41Mis à jour Le 02/08/2015 à 09:47

TROPHEE DES CHAMPIONS - Battu par le PSG (2-0) sans résister, l'Olympique Lyonnais inquiète. A tous les niveaux. A une semaine de la reprise de la Ligue 1, Hubert Fournier se retrouve face à une série de difficultés qui ont entaché la préparation du vice-champion de France.

1. Physiquement, une faillite collective

Baladé par le PSG, l'OL a passé son match à courir après le ballon. Quoique courir est peut-être un grand mot. Car les Lyonnais ont davantage trottiné. Comme l'été dernier, l'OL n'a visiblement pas digéré sa préparation physique. D'ailleurs, où était Alexandre Marles, nommé il y un an responsable du pôle performance ? Pas au Canada, en tout cas. Du côté de l'OL, on justifie son absence en expliquant qu'il n'est jamais présent en déplacement. Mais ce voyage de quatre jours à Montréal s'apparentait plutôt à un mini-stage qu'à un simple match. Pour ne rien arranger, Lyon est reparti d'Amérique du Nord avec un blessé de plus dans ses valises : Clinton Njie, victime vraisemblablement au minimum d'un claquage à la cuisse.

2. Tactiquement, l'OL a manqué d'inspiration

Contrairement à la saison passée, l'OL n'a pas essayé de rivaliser avec le PSG. Comme Rémi Garde avant lui, Hubert Fournier a mis sur pied une tactique frileuse, visant à limiter la casse. Si le 4-3-3 - en fait un 4-5-1 - utilisé correspondait "aux moyens du moment de l'effectif" (Fournier), force est de constater que ce schéma a facilité la tâche des Parisiens. Lyon n'a jamais attaqué, ne cadrant qu'un seul tir, par Samuel Umtiti à la 89ème minute. "Nous en avions pris six avec le losange contre Arsenal", rétorque Hubert Fournier.

"Plus que le système, c'est l'animation qui peut nous inquiéter", renchérit l'entraîneur afin de cibler ses joueurs. Lors de la mise en place effectuée l'avant-veille du match, le staff lyonnais avait invité ses défenseurs et milieux à rapidement trouver Clinton N'Jie dans la profondeur. Sauf que le Camerounais s'est blessé à la fin de la dernière séance. Son remplaçant, Yassine Benzia, a des qualités radicalement différentes. Comme Alexandre Lacazette et Claudio Beauvue, c'est un joueur axial. Dans ces conditions, sans ailier véritable, il était impossible pour l'OL de contre-attaquer. L'urgence pour Lyon est maintenant de recruter rapidement un numéro 10 pour réinstaller son 4-4-2 en losange qui lui a permis de briller lors de l'exercice précédent. Ce qui permettra à Nabil Fekir de revenir en attaque où il a cruellement manqué ce samedi.

Maxwell (PSG) à la lutte avec Beauvue (OL)

Maxwell (PSG) à la lutte avec Beauvue (OL)AFP

3. Mentalement, une (in)suffisance chronique

Où était la fougue de la jeune équipe de l'OL ? Résignés, les Gones n'ont jamais donné l'impression d'essayer de se révolter. Hubert Fournier partage ce constat et n'a pas fait de cadeaux à ses joueurs : "On a montré beaucoup d'insuffisances . C'est peut être ça le plus inquiétant : les états d'âme et les attitudes de certains. Il y a eu beaucoup de changements chez certains joueurs, on voit à l'heure actuelle qu'ils ont un peu du mal à les assumer. Les prestations ne sont pas à la hauteur des investissements réalisés." Revalorisé cet été, Corentin Tolisso peut se sentir visé. Mais il est loin d'être le seul Lyonnais à avoir évolué à des années-lumière de son niveau de la saison précédente. Au contraire. Seul le gardien Anthony Lopes a justifié sa réputation et son nouveau statut. Fou furieux sur le terrain pendant le match, le gardien s'est pour une fois aussi montré incisif face aux micros.

" Si on a la bonne attitude ? Pas spécialement. Mais il faut aussi s'améliorer dans le jeu. Pour l'instant, la fougue n'est pas là, il faut la retrouver rapidement. (...) Oui, j'ai dit sur le terrain aux joueurs de mouiller le maillot car on se doit de le faire quand on est à l'OL."

Apparu très tendu lors de chacune de ses interventions médiatiques au Canada, Hubert Fournier ne cherche même pas à masquer son agacement : "Le visage que l'on montre n'est pas encourageant. Je ne suis pas surpris car on voit depuis quelques semaines des comportements et des attitudes pas en adéquation avec le sport de haut niveau." De quoi envisager une sérieuse remontée de bretelles lors du retour à Lyon : "On prendra des décisions", prévient déjà le coach. Et il n'est pas uniquement question de recrutement.

4. L'interrogation Lacazette

Il faudrait avoir la mémoire très courte pour, déjà, critiquer Alexandre Lacazette. Mais où est passé le meilleur buteur du dernier championnat ? "C'est sûr qu'il y a une différence entre ce qu'on produit actuellement et ce qu'on a produit la saison passée", a déclaré de façon générale Hubert Fournier. Jamais dans le rythme, le Guadeloupéen a traversé ce Trophée des champions comme une ombre. La promesse de son association avec Claudio Beauvue a déjà du plomb dans l'aile car les profils des deux hommes semblent trop similaires.

L'OL a-t-il recruté Beauvue pour anticiper le départ de Lacazette ? Quoiqu'en dise Jean-Michel Aulas, il est impossible d'exclure cette hypothèse quand on voit l'attitude générale du numéro 10 de l'OL depuis la reprise. D'autant que son contrat n'a toujours pas été prolongé. Et que le joueur n'a pas donné l'impression pendant ce séjour canadien de particulièrement baigner dans le bonheur et la sérénité. En témoigne son refus de s'exprimer tout au long de ces quatre jours.

Par Julien HUËT, à Montréal

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0