Panoramic

L'antisèche : Le PSG sans trembler, mais sans vraiment convaincre dans son jardin

L'antisèche : Paris sans trembler, mais sans vraiment convaincre dans son jardin

Le 21/09/2016 à 00:48Mis à jour Le 21/09/2016 à 00:49

LIGUE 1 - Le PSG a dominé sans trembler Dijon (3-0). Si la victoire fut facile, elle ne masque pas le jeu offensif encore approximatif développé par les hommes d'Unai Emery. Cela suffit contre un promu, pas sûr qu'il en soit autant contre une opposition plus relevée.

Le jeu : En marchant, Paris a fait le boulot

Il n'y a pas vraiment eu de match. Venu dans la capitale pour éviter de prendre une valise, les Dijonnais ont rapidement pris un coup sur la tête avec un but bien malheureux de Lang contre son camp au quart d'heure de jeu. Avec le pied sur le ballon mais sans se montrer dangereux, Paris a pu faire la différence sur un penalty consécutif à une intervention complètement manquée de Loties sur Rabiot (27e). Dès lors, les locaux n'ont plus eu qu'à faire tourner et contrôler les maigres tentatives adverses. Lucas a alourdi la marque sur une des rares accélérations du PSG peu après l'heure de jeu (67e). A part ça, pas grand-chose, mais il n'en fallait pas plus aux Parisiens pour assurer un succès tranquille.

Les joueurs : Lucas a marqué des points, Maxwell toujours précieux

Dans son duel à distance avec Hatem Ben Arfa, Lucas s'est montré très disponible et même une nouvelle fois buteur de la tête pour le récompenser de ses efforts. Pas toujours précis, le Brésilien a eu le mérite d'amener quelques étincelles et coups d'œil bien sentis. A nouveau titulaire, Maxwell a confirmé qu'il était un remplaçant de luxe, en provoquant le premier but sur un centre contré terminant au fond des filets, et en offrant un caviar pour Lucas sur la troisième réalisation parisienne. Motta a lui touché énormément de ballons pour compenser les approximations de Rabiot et Pastore.

Lucas (PSG) au milieu des défenseurs dijonnais

Lucas (PSG) au milieu des défenseurs dijonnaisAFP

Ce qui aurait pu tout changer : Si la hanche de Lang n'avait pas eu cette forme

Dijon venait pour éviter de prendre le bouillon mais a été cueilli par un coup du sort. Sur son couloir gauche, Maxwell envoie un centre qui ne semble pas dangereux. Mais il heurte la hanche d'Adam Lang, qui envoie bien involontairement le ballon dans ses propres filets. Un coup de chance pour le PSG, bien payé en première mi-temps alors qu'il n'avait montré que peu de choses offensivement.

La stat : 1

En première mi-temps, Paris marque deux fois en ne cadrant qu'un seul tir : le penalty de Cavani. Réalisme à l'extrême et signe que ces Parisiens peuvent encore hausser leur niveau de jeu offensif.

Le tweet "buteur malgré tout"

Même en ne voyant que peu la balle, Edinson Cavani a rejoint Alexandre Lacazette en tête du classement des buteurs avec six réalisations en cinq journées.

La décla : Lucas (PSG)

" Je vois qu'on progresse. Si on continue comme ça, on reviendra vite au top."

La question : Paris va-t-il trouver son rythme au Parc ?

6 buts à Caen, 3 contre Dijon, les chiffres sont flatteurs. Pourtant, ils ne masquent pas les lacunes offensives des hommes d'Emery dans son antre du Parc des Princes. Après le match plutôt pauvre contre Saint-Etienne et la maladresse contre Arsenal, la réception des Dijonnais aurait pu permettre au PSG de peaufiner ses automatismes et sa stratégie sur sa pelouse. Le choix de titulariser le trio majeur Di Maria – Cavani – Lucas d'entrée de jeu semblait en être un signe.

Finalement, Paris a comme trop souvent depuis le début de saison joué avec le ballon mais sans rythme. Pour preuve, Thiago Motta a touché 138 ballons dans son style habituel et sans avoir à gratter défensivement. En comparaison, Cavani n'en a touché que... 22. Si la ligne directrice du jeu en rupture d'Emery s'imprime, difficile de constater pour autant un réel cap passé par les attaquants du club de la capitale. Au final, Paris et Dijon terminent d'ailleurs tous les deux à huit frappes. C'est bien peu pour le quadruple champion de France à domicile. Certes, les Parisiens ont encore du temps avant les grands rendez-vous. Mais la marge de progression est encore importante.

Edinson Cavani applaudi par Angel Di Maria (PSG) après son penalty contre Dijon

Edinson Cavani applaudi par Angel Di Maria (PSG) après son penalty contre DijonPanoramic

0
0