Getty Images

Faut-il s'attaquer à l'icône Perrin ?

Faut-il s'attaquer à l'icône Perrin ?

Le 26/10/2018 à 00:32Mis à jour Le 26/10/2018 à 18:44

LIGUE 1 - Nettement moins souverain cette saison, Loïc Perrin bénéficie d'un statut très particulier à Saint-Etienne qui rend délicat tout déclassement le concernant. Voilà Jean-Louis Gasset confronté à un sacré dilemme.

Qui est Loïc Perrin ? Le défenseur central de l'AS Saint-Etienne, d'abord et avant tout. L'enfant du club, arrivé chez les Verts à 12 ans. Le capitaine incontesté et incontestable depuis onze ans. Le meilleur joueur des Verts au XXIe siècle. Celui qui les a sortis de nombreuses situations périlleuses par son sens du jeu, son goût du duel et sa science tactique. L'un des défenseurs les plus réguliers de Ligue 1 entre 2012 et 2016. L'un des chouchous de Geoffroy-Guichard, le garant des valeurs d'un club si attaché à son identité et son histoire.

Pour toutes ces raisons, il incarne le club et sa ville. Loïc Perrin est une sorte d'entité qui dépasse sa simple personne. Il figure d'ailleurs parmi les 13 ambassadeurs à vie de l'ASSE en compagnie des plus grands joueurs de l'histoire du club : Michel Platini, Salif Keita, Ivan Curkovic ou Dominique Rocheteau. Une sorte de légende vivante, en somme, qui n'a pas encore terminé sa carrière mais a déjà sa place au panthéon. Et c'est bien là tout le problème : Perrin est une pièce de musée qui court toujours.

Loic Perrin en 2005 sous le maillot des Verts

Loic Perrin en 2005 sous le maillot des VertsGetty Images

Des fautes à répétition

Problème, le réserviste des Bleus pour la Coupe du monde 2014 n'est pas franchement dans son assiette en 2018 et ses difficultés mettent en difficulté le collectif depuis le début de saison. Surpris par Ben Arfa dimanche sur le penalty concédé, coupable d'une perte de balle sur le troisième but lillois début octobre ou d'une faute grossière dans ses 16 mètres sur Cavani au Parc des Princes le 14 septembre, Perrin souffre assez nettement. Moins souverain dans les duels, souvent pris de vitesse, il n'est plus, à 33 ans, l'indéboulonnable défenseur de l'ASSE. Mais comment gérer un cas aussi épineux ?

Placer sur le banc Loïc Perrin serait une décision lourde de sens pour un Jean-Louis Gasset qui, jusqu'ici, fait corps derrière son capitaine : "Le football, c'est un jeu collectif et Loïc Perrin, c'est le symbole de Saint-Etienne, celui qui était là dans tous les moments, bons et mauvais, depuis quinze ans, et qui a souvent relevé le club", a rappelé le coach des Verts la semaine dernière. "Il est capable de vous expliquer ce que les gens attendent de nous et les valeurs de ce club. Donc, je vous trouve sévère avec lui. Dans ma tête, c'est un très bon joueur et un bon capitaine. Point !"

Edinson Cavani (PSG) au duel avec Loic Perrin (Saint-Etienne)

Edinson Cavani (PSG) au duel avec Loic Perrin (Saint-Etienne)Getty Images

"L'entraîneur en sort rarement vainqueur"

Mais sur les performances brutes de l'arrière central, la question de son maintien dans le onze mérite d'être posée. "C'est un cas très difficile à appréhender", nous renseigne Guy Lacombe qui n'a jamais hésité à s'attaquer à des incontournables dans ses anciens clubs. A peine arrivé à Rennes, il décide de placer le capitaine, Etienne Didot, sur le banc le contraignant à un départ à Toulouse. A Paris, il s'en est pris à un chouchou du Parc des Princes : Jérôme Rothen. "Je ne vais pas apprendre le métier à Jean-Louis Gasset mais quel que soit le choix, l'entraîneur sort rarement vainqueur face à un joueur adulé par le public et/ou les médias. Mais seul doit compter le bien de l'équipe et il ne faut pas tenir compte de tout l'environnement. Mais il est évident que cela fait partie des décisions les plus difficiles à prendre."

Comment s'y prendre ? "On ne peut pas se comporter avec ce genre de joueurs comme avec des joueurs lambda", témoigne Rolland Courbis qui, lui aussi, a dû ferrailler avec quelques grands joueurs. "La discussion est la condition nécessaire et absolue à toute prise de décision." D'un point de vue strictement sportif, Loïc Perrin n'a plus forcément sa place dans le onze d'autant que William Saliba, 17 ans et immense espoir français à son poste, et Timothée Kolodziejczak, convaincant dans l'axe, sont des recours plus que crédibles. Et Perrin, toujours exemplaire dans son comportement, n'est pas du genre à mettre le feu au vestiaire en cas de vents contraires. Mais son cas dépasse le sportif. Et largement. Jean-Louis Gasset s'attaquera-t-il à l'icône de tout un peuple ?

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0