Getty Images

Hégémonie du PSG, Cavani, Vieira, révélations... Les six questions qu'on se pose sur la saison de L1

Hégémonie, Cavani, Vieira, révélations... Les six questions qu'on se pose avant la reprise

Le 10/08/2018 à 09:12Mis à jour Le 10/08/2018 à 09:43

LIGUE 1 - C'est le grand jour. La Ligue 1 reprend ses droits ce vendredi soir avec un Marseille - Toulouse en ouverture (20h45). Voici les six questions fondamentales qu'on se pose avant cet exercice 2018/2019.

Y aura-t-il quelqu'un pour contrarier Paris après le mois de mars ?

Si les trous dans l'effectif actuel du Paris Saint-Germain semblent être davantage problématiques pour performer en Europe, la fin de sa large domination au niveau hexagonal semble peu probable. L'effectif actuel du Paris Saint-Germain est, lui, trop talentueux - collectivement et individuellement - pour se faire surprendre en championnat. Restera à bien s'adapter aux nouveautés que va demander Thomas Tuchel, l'homme par qui doit arriver la révolution tactique chez ce PSG trop standardisé par le passé.

Autre argument en faveur des Parisiens pour un début de printemps avec un cocktail à la main : Monaco, Lyon et Marseille ne se sont pas vraiment renforcés. L'écart de la saison 2017/2018 - 13 points sur l'ASM, 15 sur l'OL et 16 sur Marseille - semble impossible à combler.

Edinson Cavani, Kylian Mbappé et Neymar (PSG)

Edinson Cavani, Kylian Mbappé et Neymar (PSG)Getty Images

Qui va décevoir ?

Il faudra peut-être garder un oeil attentif sur les clubs qui ont bien chamboulé leur quotidien pour trouver des traces de faiblesse : Nantes, Nice et Caen, qui ont changé d'entraîneur, seront à surveiller. Strasbourg, passé près de faire l'ascenseur l'an dernier, sera également à scruter, faute d'un gros mercato. Monaco et son renouvellement perpétuel a également une belle tête de vainqueur. Leonardo Jardim a d'ailleurs fait profil bas : "Ce sera peut-être la saison la plus difficile", a-t-il glissé avant le Trophée des champions où ses hommes ont pris la foudre face au PSG (4-0). Cette ASM sera probablement une formation diesel. Il faudra attendre l'automne pour voir si elle prend la direction du mur.

Chez les autres prétendants : Caen ne s'est par exemple pas renforcé au niveau du secteur défensif (tout en perdant Damien Da Silva), mais a mis le paquet devant (arrivées de Yacine Bammou, Enzo Crivelli, Casimir Ninga et Fayçal Fajr). Nantes interpelle également. Désormais dirigé par le Portugais Miguel Cardoso, qui a pris la succession de Claudio Ranieri, le pensionnaire de la Beaujoire n'a pas donné de signaux positifs lors de la préparation (au niveau défensif et sur le plan du jeu). Les Canaris ont également recruté sur le tard. Mais ce recrutement semble malin pour la L1 : l'international américain Matt Miazga, le Brésilien Gabriel Boschilia et un vieux routier de la L1, Majeed Waris. Les trois joueurs sont arrivés cette semaine.

Leonardo Jardim et les joueurs de l'AS Monaco

Leonardo Jardim et les joueurs de l'AS MonacoGetty Images

Qui va terminer meilleur buteur ?

Il y aura du beau monde sur les pelouses de Ligue 1 pour faire trembler les filets. Dans ce large panel, un client, toujours le même, se détache : Edinson Cavani. Meilleur buteur des exercices 2016/2017 (35 buts) et 2017/2018 (28 buts). A 31 ans, le joueur de Salto en a encore sous la pédale. Seul léger handicap dans sa quête d'un troisième sacre de rang, il manquera le début de la saison après avoir repris le chemin de l'entraînement lundi. Si tout se passe bien, il pourrait même tenter d'aller chercher le record interne de Zlatan Ibrahimovic (38 buts en 2015/2016), puis les 44 buts de Josip Skoblar.

Edinson Cavani (PSG) face à Monaco

Edinson Cavani (PSG) face à MonacoGetty Images

Lille va-t-il enfin sortir de la galère ?

Le LOSC s'est fait discret cet été. Parvenu à conserver Christophe Galtier aux commandes de son équipe, et à échapper aux foudres de la DNCG, le club nordiste a fait le choix de la raison et mis de côté l'idée de recréer un nouveau laboratoire de développement express. Une méthode qui a failli l'envoyer en Ligue 2. Faute de gros moyens, Lille a recruté (très) malin et peu dépensé (son plus gros achat, Jonathan Ikoné, lui a coûté 5 millions d'euros). Deux joueurs expérimentés sont venus grossir les rangs : Loïc Rémy (31 ans) et José Fonte (34 ans). Yves Bissouma et Ibrahim Amadou sont partis par besoin économique. Mais l'effectif est dans l'ensemble resté stable. L'année d'adaptation des Sud-américains est en principe de l'histoire ancienne. Ils devraient mieux s'exprimer cette saison.

Quel jeune talent pour illuminer la Ligue 1 ?

Beaucoup de clients sont sur la ligne de départ. Mettons les pieds dans le plat : Reo Griffiths (OL), arraché à Tottenham par Lyon, Amine Gouiri (OL), Aleksander Golovin (AS Monaco), Rafik Guitane (Stade Rennais) semblent avoir les profils pour animer cette longue saison à venir. On suivra aussi avec attention l'utilisation de Willem Geubbels par Leonardo Jardim. Arraché contre 20 millions d'euros à Lyon par l'AS Monaco, le joueur de 16 ans a trouvé l'ouverture en match amical en début de préparation.

Comment va jouer le Nice de Patrick Vieira ?

Patrick Vieira a prévenu son monde : il veut faire dans la continuité à l'OGC Nice. Successeur indirect de Claude Puel et direct de Lucien Favre, l'ancien milieu de terrain de l'équipe de France s'est refusé à établir un changement drastique de méthode. Avec lui, Nice jouera au football comme il l'a fait depuis trois saisons. C'est plus dans l'approche et l'application que ça va évoluer.

"On va apporter un peu plus de discipline sur le terrain, essayer d'aller un peu plus vers l'avant, prendre beaucoup plus de risques. Parce que, pour marquer, il faut prendre des risques", a précisé le technicien azuréen lors de sa présentation. "Il faudra plus de verticalité dans les transmissions, plus de prises de profondeur, plus de jeu vers l'avant pour casser des lignes, donner de la largeur, avoir des joueurs entre les lignes."

Un beau programme qui n'a pas encore porté ses fruits : Nice n'a gagné qu'un seul de ses cinq matches amicaux et montré des faiblesses défensives fatales et un jeu en transition perfectible. Mais les matches amicaux ne font pas loi au très haut niveau. Le premier constat sera à faire dans quelques semaines. Le passage à une défense à trois a également été travaillé, notamment lors du dernier match amical face à Nantes (défaite 3-0). C'est un Nice en mode travaux qui va débuter la saison.

0
0