Getty Images

"Il y a un passage devant la DNCG" : Christophe Galtier évoque son avenir et celui du LOSC

"Il y a un passage devant la DNCG" : Galtier évoque son avenir et celui du LOSC
Par AFP

Le 17/05/2018 à 15:09Mis à jour Le 17/05/2018 à 15:26

LIGUE - "Il y a un passage devant la DNCG et on est bien obligé d'attendre ce qui va se passer le 29 mai" : Christophe Galtier, l'entraîneur de Lille, n'a pas encore évoqué son avenir avec ses dirigeants mais a déjà commencé à préparer la saison prochaine.

Maintenant que le maintien est en poche, quel bilan tirez-vous de vos cinq mois à Lille ?

Christophe Galtier : Ca a été cinq mois très durs. Je n'ai aucun sentiment de fierté. Je souhaiterais simplement que les joueurs puissent retenir qu'ils doivent être beaucoup plus constants dans l'effort, dans le professionnalisme, accepter des décisions, des choix, la concurrence, pour ne pas revivre ce genre de saison. Il faut que tout ce qui s'est passé cette saison leur serve de leçon pour leur permettre de grandir et de s'améliorer

Avez-vous évoqué votre avenir avec vos dirigeants ?

C.G : J'ai eu des discussions avec le président (Gerard) Lopez, comme toutes les semaines, et aussi avec Luis Campos (le directeur sportif). Il y a un passage devant la DNCG et on est bien obligé d'attendre ce qui va se passer le 29 mai. Il faut laisser le temps au président de travailler tranquillement, sans pression, pour préparer au mieux cette audition. Ce qui ne va pas empêcher de programmer la reprise, les dates de congés, le type de préparation, le nombre de matches amicaux, la date du stage de préparation. Je suis dans la peau de l'entraîneur du Losc qui prépare la saison prochaine, de manière très pragmatique et professionnelle. On sait qu'on ne peut pas recommencer les mêmes erreurs, avoir un groupe qui manque autant d'expérience.

Pensez-vous que vos joueurs seront motivés samedi à Saint-Etienne ?

C.G : Il y a du relâchement, on a décompressé, ça s'est ressenti tout au long de la semaine. J'ai parlé longuement avec le groupe de l'importance de l'image qu'on doit renvoyer, de l'importance d'être irréprochable. On doit avoir un comportement professionnel car même si on est sauvé il y a des enjeux pour les uns et les autres. J'ai demandé aux joueurs d'être exemplaires et préparés à faire un gros match. J'ose espérer que dans un match où il n'y aura pas la crainte du résultat, on aura envie d'aller chercher une performance.

Ce retour à Saint-Etienne sera-t-il un moment particulier pour vous ?

C.G : Je vais apprécier les retrouvailles avec beaucoup de personnes. Saint-Etienne représente huit ans, c'est beaucoup dans une carrière professionnelle. Ce sont mes débuts en tant que responsable d'une équipe. Ca me rappelle beaucoup, beaucoup de bons souvenirs, quelquefois des déceptions, mais trop peu pour que je ne me rappelle pas des bons moments, du partage au quotidien avec des gens qui partageaient l'envie de rester dans l'humain et d'être performant face à des concurrents plus aisés financièrement. C'était une très belle aventure et je croiserai les gens que j'ai côtoyés avec plaisir. C'était que du bon

L'ASSE devrait bientôt passer sous pavillon américain. Qu'en pensez-vous ?

C.G : La société évolue, le monde du foot change beaucoup. Beaucoup de clubs passent sous pavillon étranger. Si ça doit passer par là pour que le club redevienne très compétitif... MM. Romeyer et Caïazzo vendent un club sain, qui depuis des saisons n'a pas eu de problèmes financiers, un club avec un héritage exceptionnel, avec des supporters qui sont bien plus que ça, qui vivent pour le club, qui ont l'amour de ce club. Il faut espérer que les futurs repreneurs puissent développer le club et la marque ASSE, tout en gardant les fondamentaux de ce que doit être ce club-là, c'est-à-dire la passion et la solidarité

Christophe Galtier lors du match opposant Lille à Metz, le 28 avril 2018

Christophe Galtier lors du match opposant Lille à Metz, le 28 avril 2018Getty Images

0
0