Getty Images

Ligue 1 : Lyon s’impose sur le fil contre le PSG grâce à Memphis Depay (2-1)

Depay envoie Lyon au paradis

Le 21/01/2018 à 23:00Mis à jour Le 21/01/2018 à 23:35

LIGUE 1 – Un éclair de génie de Memphis Depay dans le temps additionnel a donné la victoire à Lyon face au PSG, dimanche soir (2-1). Les deux équipes se dirigeaient jusque-là vers un nul après la belle ouverture du score de Nabil Fekir sur coup franc et la somptueuse volée de Layvin Kurzawa. Mais le geste génial du Néerlandais en a donc décidé autrement. Paris tombe pour la 2e fois en championnat.

Il y aura eu quelques coups... et trois éclairs de génie. Dont un au bout du temps additionnel. Grâce à une inspiration lumineuse de Memphis Depay dans le temps additionnel, l'Olympique Lyonnais s'est payé le Paris Saint-Germain, ce dimanche soir (2-1), au Groupama Stadium. Secoué dans le jeu et dans les duels au point de perdre Kylian Mbappé sur civière et Daniel Alves, expulsé, le vice-champion de France concède une deuxième défaite en Ligue 1 cette saison. Sa marge sur son dauphin et adversaire du jour est désormais réduite à huit points.

La rencontre s'est terminée comme elle a débuté : par un coup de canon. Entré en jeu dans les 20 dernières minutes pour redonner de l'allant à un collectif lyonnais en manque d'idée, Depay a vite trouvé la solution. Servi sur le côté gauche, le Néerlandais a rappelé qu'il comptait, lui aussi, parmi les esthètes. Sa frappe, somptueuse, enclenchée à une vingtaine de mètres du but parisien pour finir sous la barre, a fait pencher une rencontre sous haute tension à défaut d'être spectaculaire (2-1, 94e).

Le PSG a enchaîné les coups durs

Avant cela, elle avait perdu un artiste en route, Mbappé encaissant un premier choc au duel aérien, avant de subir la sortie à pleine charge d'Anthony Lopes et de quitter la pelouse sur civière, sonné par l'impact, peu après la demi-heure de jeu. Mais il y en avait bien d'autres. Nabil Fekir, d'abord. Après deux minutes de jeu à peine, à l'œuvre sur un coup franc qu'il venait lui-même d'obtenir, le capitaine lyonnais a tout vu : les 36 mètres qui le séparaient de la cage parisienne, et la mauvaise anticipation d'Alphonse Areola. D'une frappe surpuissante, l'international de l'équipe de France avait ouvert le bal des fantaisistes (1-0, 2e).

La joie de Nabil Fekir (OL) après l'ouverture du score contre le PSG.

La joie de Nabil Fekir (OL) après l'ouverture du score contre le PSG.Getty Images

Sans Neymar, privé de manière précoce de Mbappé, Layvin Kurzawa s'est (re)découvert des qualités qu'on lui connaissait déjà. Celles d'un latéral finisseur, l'ancien joueur de l'AS Monaco envoyant un missile - lui aussi - de volée, à la réception d'un bon centre de Daniel Alves au point de penalty. Habituellement rangé avec les artistes, le Brésilien a enfilé le mauvais costume, ce dimanche soir, et vu rouge après une tentative d'intimation devant Clément Turpin (57e). Il n'était pas le seul, d'autres Parisiens, de Rabiot à Cavani, ayant souvent péché par excès d'agressivité, incapables de répondre aux remuants lyonnais par le jeu. C'est un mal bien connu du club de la capitale. Et toujours pas résolu. A trois semaines et demi de voyager à Madrid, c'est tout sauf rassurant.

0
0