PSG - Rennes : 0-2

Les Bretons ont encore gâché la fête parisienne. Comme en 2014 (1-2), les Bretons sont venus s'imposer au Parc des Princes alors que le PSG voulait célébrer son titre lors de son dernier match à domicile de la saison (0-2). Après une première période fermée et peu rythmée, Benjamin Bourigeaud a débloqué la situation en transformant un penalty consécutif à une faute de Thiago Motta (52e). Adrien Hunou a joliment doublé la mise seul en contre (71e) et Motta a dit adieu au public parisien sur cette mauvaise note. Le très brouillon Angel Di Maria et le trop discret Kylian Mbappé n'ont pas su répondre, le PSG subit sa première défaite à domicile en Ligue 1 en 2017-2018. Rennes assure sa place en Ligue Europa grâce à ce troisième succès consécutif.

Ligue des champions
Il fallait que ça tombe avant Paris : Cavani, l'acte de naissance à Manchester
IL Y A 13 HEURES
  • Ce qu'on en retient : Le PSG a encore joué sur un rythme de sénateurs et l'a logiquement payé face aux trouble-fête rennais.

Kylian Mbappé (PSG) contre Rennes pour la 37e journée de Ligue 1

Crédit: Getty Images

Strasbourg - Lyon : 3-2

Comme prévu, ce match entre une équipe (Strasbourg) qui jouait sa survie en Ligue 1 et l'autre (Lyon), qui avait l'occasion d'assurer sa présence sur le podium a été complètement fou. Alors qu'il n'avait plus gagné depuis le 11 février dernier, Strasbourg a finalement retrouvé la victoire au meilleur moment, grâce à un bijou de Liénard sur coup franc au bout du temps additionnel (3-2, 94e), qui suivait l'égalisation tardive de Da Costa (88e). Sur ce but, comme sur le premier encaissé, la responsabilité de Mouctar Diakhaby est engagée. Avec un dégagement raté à la 22e minute, le défenseur central lyonnais avait déjà plombé la première mi-temps très fade de ses coéquipiers. Qui avaient su réagir au retour des vestiaires.

Auteur de son 18e but de la saison en championnat, sur penalty, Fekir a initié le réveil lyonnais, alors que le but d'Aouar à un quart d'heure de la fin du match semblait entériner la victoire rhodanienne et donc la place de l'OL sur le podium. Mais le mauvais marquage de Diakhaby sur Da Costa en fin de match a permis d'enflammer un stade déjà très chaud pour renverser la vapeur. Strasbourg fête ce samedi son maintien alors que Lyon devra absolument l'emporter pour finir- à minima - à la troisième place face à Nice à domicile la semaine prochaine.

  • Ce qu'on en retient : Meilleure attaque d'Europe à l'extérieur, Lyon a longtemps calé face à des Strasbourgeois solidaires, qui ont assuré leur maintien au mental.

Le duel aérien de Jean-Eudes Aholou face à la défense de Lyon

Crédit: Getty Images

Monaco - Saint-Etienne : 1-0

Monaco retrouve le fil de sa saison au meilleur des moments. Fabinho a soulagé tout le stade Louis-II en inscrivant dans le temps additionnel (1-0, 90e+1) son 17e penalty sur 17 tentés en Ligue 1. Longtemps fébrile en bord de terrain face à l'inefficacité de ses joueurs, Leonardo Jardim a aussi pesté lorsque l'arbitre Benoït Bastien, privé de goal-line technology, n'a pas validé le but de Jemerson pensant que Jonathan Bamba l'avait sauvé sur la ligne (71e). Le penalty non sifflé après le contact entre Rony Lopes et Kévin Théophile-Catherine dans la surface (53e) lui a offert une autre occasion de ruminer. Mais à l'issue d'une ribambelle de parades réussies par les deux gardiens Danijel Subasic et Stéphane Ruffier, Mathieu Debuchy a déséquilibré Thomas Lemar pour provoquer la deuxième défaite consécutive de l'ASSE. Non, l'ASM n'a pas craqué dans la course à la C1.

  • Ce qu'on en retient : Au meilleur des moments, l'ASM reprend la 2e place à l'OL. Une victoire à Troyes la semaine prochaine et la C1 sera dans la poche monégasque.

Mathieu Debuchy (Saint-Etienne) au duel avec Julien Serrano (Monaco)

Crédit: Getty Images

Nice - Caen : 4-1

Nice peut toujours rêver d’Europe. Parfaitement emmenés par un Balotelli de gala et auteur d’un doublé (2e, 10e), les joueurs de Lucien Favre se sont rendus la tâche facile face à des Caennais complètement hors sujet en première période. Déjà privé d’éléments d’expérience comme Vercoutre et Bessat, le Stade Malherbe a également perdu ce samedi soir Diomandé, exclu en position de dernier défenseur (55e), et sans doute Rodelin et Crivelli, blessés. Loin d’être idéal pour Caen, 17e et toujours pas assuré du maintien avant de jouer Paris la semaine prochaine. De son côté, Nice est 6e avec 2pts d’avance sur le 7e, Bordeaux.

  • Ce qu'on en retient : Une belle der’ à domicile pour Balotelli et Favre mais Caen devra montrer autre chose dans une semaine pour ne pas éviter les barrages.

Mario Balotelli (Nice) célèbre son but contre Caen

Crédit: Getty Images

Lille - Dijon : 2-1

Le maintien pour le LOSC. C'est une fin heureuse pour les Lillois, encore relégables avant leur match du week-end dernier. Et pourtant, la soirée avait mal commencé. A la suite d'une passe en retrait, Maignan a mis ses coéquipiers dans le dur en remettant le ballon dans les pieds de Kwon, venu au pressing. Le Dijonnais a poussé le ballon dans le but vide (0-1, 11e). Mais les Lillois ont très vite répondu par l'intermédiaire de Mothiba après un très bon centre d'un Malcuit lancé par une très belle passe de Benzia (1-1, 18e). Le but du 2-1 était un copié-collé, à cela près que cette fois-ci Mothiba a conclu de la tête et non du pied (45e+1). Le LOSC s'est fait quelques frayeurs en fin de match mais a tenu bon défensivement. Le nul de Troyes et la défaite de Toulouse assurent le maintien de Lille en Ligue 1. Ouf...

  • Ce qu'on en retient : encore relégable il y a deux journées, voilà le LOSC maintenu sportivement. Son dernier obstacle est le rendez-vous avec la DNCG à propos des finances du club à la fin mai.

Lebo Mothiba (Lille) buteur salvateur contre Dijon

Crédit: Getty Images

Montpellier - Troyes : 1-1

La fin de saison est difficile pour la Paillade. Troyes est allé chercher un point précieux pour la fin de saison sur le terrain de Montpellier (1-1). L'ESTAC aurait même espérer mieux après l'ouverture du score, un missile signé Karim Azamoum à la demi-heure de jeu. Mais à force de reculer, les joueurs de l'Aube ont trop subi et ont craqué sur le but du jeune joueur de 19 ans Nicolas Cozza, lui aussi de l'extérieur de la surface, sur un tir cette fois contré. Troyes aurait même pu s'imposer sur un trois contre un dans les arrêts de jeu, finalement manqué. Dans le même temps, Strasbourg dominait Lyon au finish et assurait aux visiteurs du soir une place dans le trio de queue. Avec ce match nul, Montpellier n'est plus candidat à l'Europe.

  • Ce qu'on en retient : En quelques secondes, la tâche des joueurs de Jean-Louis Garcia s'est sérieusement compliquée, surtout avec une réception à venir de Monaco.

Le duel entre Paul Lasne (Montpellier) et les Troyens Karim Azamoum et Remi Walter

Crédit: Getty Images

Bordeaux - Toulouse : 4-2

Si ce match était important pour les deux équipes, seul Bordeaux a été à la hauteur de l’évènement. Alors que Toulouse avait ouvert le score un peu contre le cours du jeu par l’intermédiaire de Sylla, auteur d’un but superbe (29e), Bordeaux a vite égalisé (Braithwaite, 38e). En seconde période, l’ancien Toulousain a crucifié son ancienne équipe avec un deuxième but dès le retour des vestiaires (49e). Largement à l’avantage des Girondins, la seconde mi-temps a vu Toulouse couler : Lerager (73e), puis Malcom – pour sa dernière au Matmut - ont gonflé le score.
En toute fin de rencontre, Diop a réduit l’écart (90e). Toulouse a maintenant trois points de retard sur la dix-septième place, occupée par le SM Caen. Bordeaux fait un bond au septième rang et revient à deux points de la sixième.

  • Ce qu’on en retient : Bordeaux est en train de miraculeusement se placer pour l’Europe. Un miracle, c’est ce qu’espère Toulouse : les hommes de Mickael Debève devront impérativement montrer un autre visage s’ils veulent se maintenir.

Angers - Nantes : 0-2

Dans l'un des matches sans enjeu de la soirée, Nantes a pris trois points sur la pelouse d'Angers. Après une première période équilibrée, les Canaris ont accéléré et trouvé le chemin des buts à deux reprises au retour des vestiaires. C'est Lucas Lima qui a débloqué la situation à la suite d'un coup-franc de très grande classe (50e) avant que Coulibaly ne double la mise (61e) quelques minutes plus tard. Rien d'autre à ajouter...

  • Ce qu'on en retient : Avec cette 13e victoire cette saison, Nantes n'est plus très loin d'assurer sa place dans la première moitié du classement. Avec 49 points, les hommes de Ranieri, qui conservent cette 10e place, possèdent deux unités d'avance sur le 11e, Guingamp.

Lucas Lima (Nantes) buteur contre le Sco d'Angers

Crédit: Getty Images

Amiens - Metz : 2-0

Metz déjà relégué, Amiens déjà sauvé, la rencontre au stade de la Licorne était l’une des seules sans véritable enjeu ce samedi. Les Lorrains se sont assez logiquement inclinés (2-0). Manzala a ouvert le score en première période, sur un penalty discutable obtenu par Konaté (21e). Si la décision a fait disjoncter Renaud Cohade, sorti par son entraîneur pour lui éviter une exclusion, les Messins ont dominé la suite de la rencontre, avant -logiquement- de lâcher prise. Le numéro de Kakuta en fin de match, responsable du CSC de Selimovic (86e), a tué tout suspens et lancé la fête pour le maintien au stade de la Licorne.

  • Ce qu’on en retient : La belle ambiance au stade de la Licorne en fin de match, pour fêter un maintien mérité.

Harisson Manzala (Amiens) buteur sur penalty contre Metz

Crédit: Getty Images

Ligue 1
Galtier remonté contre le VAR : "Tout le monde tombe dans le piège"
HIER À 22:56
Ligue 1
Lille lâche des points et laisse Paris tranquille
HIER À 21:54