AFP

Rennes habitué du sprint final raté, ces saisons où les Bretons ont tout gâché

Le sprint final raté ? La force de la (mauvaise) habitude rennaise

Le 20/04/2018 à 00:10Mis à jour Le 20/04/2018 à 16:46

LIGUE 1 - Avec la défaite du Stade Rennais face à Metz le weekend dernier (1-2), les supporters bretons ont l'impression d'avoir retrouvé leur club habitué à gâcher des belles saisons dans le sprint final. Retour sur ces saisons où Rennes a été fidèle à sa réputation.

Saison 2015/2016

Le contexte : Au soir de la 32e journée, Rennes fait un solide quatrième de Ligue 1 suite à sa victoire sur le Stade de Reims (3-1). Lors de la journée précédente, les Bretons se sont amusés sur la pelouse du Vélodrome en étrillant l'OM (2-5) avec un doublé de Gourcuff et des buts de Diagne, Dembélé et Sio.

Le sprint final : Les supporters du Stade Rennais ne le savaient pas encore mais la victoire sur Reims allait être la dernière de la saison. Après cinq défaites et un match nul, Rennes termine 8e de Ligue 1 à 11 points de la quatrième place tenue par Nice et à six de la sixième et dernière place européenne de Saint-Étienne. Une fin de saison cauchemardesque pour les joueurs de Rolland Courbis qui n'inscrivent que deux buts en six rencontres !

Dembelé (Rennes)

Dembelé (Rennes)Panoramic

La défaite qui fait mal : Pour le choc de la 33e journée, Rennes (4e) se déplace sur la pelouse de Nice (5e). Le match se résume à un festival d'Hatem Ben Arfa auteur des trois buts de son équipe dont deux avant la pause. Rennes n'a pas existé et débute sa descente aux enfers.

Saison 2012/2013

Le contexte : Après un début de saison moyen, Rennes se reprend en novembre jusqu'à pointer à la 4e place après un nul face à Marseille (2-2) à domicile lors de la 22e journée. Meneur de la meute derrière le podium avec 36 points, les Stade Rennais est sous la pression de Bordeaux, Nice, Saint-Etienne et Lorient. Tout ce joli petit monde se tient en deux petits points.

Le sprint final : Un seul chiffre suffit à tout résumer : Rennes va terminer cette saison à la 13e place de Ligue 1 ! En 16 journées, les joueurs de Frédéric Antonetti n'inscrivent que dix points (2 victoires, 4 nuls et 10 défaites). Au final, Nice, quatrième et européen, termine avec 18 points d'avance sur Rennes !

Erding avec Rennes

Erding avec RennesAFP

La nul qui fait mal : Après la 25e journée, Rennes a reculé mais est toujours dans la roue des équipes potentiellement européennes. Sochaux, alors 14e, se déplace à la Route de Lorient et va jouer un bien mauvais tour aux Bretons. Un certain Giovanni Sio ouvre le score pour Sochaux avant que Boye n'égalise. Sébastien Corchia redonne l'avantage aux Doubistes et il faut un Jean II Makoun en mode sauveur pour revenir au score à la 88e (2-2). Deux points perdus et une confiance en berne.

Saison 2005/2006

Le contexte : Peut-être la saison la plus difficile à supporter pour les fans bretons. Seulement 15e à la 26e journée, Rennes enchaîne huit victoires consécutives pour pointer au troisième rang huit journées plus tard. Rien que ça !

Le sprint final : Il reste alors cinq journées à Rennes pour valider son billet en Coupe d'Europe et pourquoi pas même en Ligue des champions. Las, une défaite face à Nice et trois nuls, contre Paris, Saint-Etienne et Lille plus tard, Rennes termine à une anonyme septième place.

La défaite qui fait mal : Nous sommes à la 35e journée de Ligue 1, Rennes se déplace sur la pelouse de Nice, alors 11e dans la roue de l'AS Monaco. David Bellion ouvre rapidement (5e) le score pour les Aiglons avant que John Utaka n'égalise juste avant la pause. Malheureusement les Rennais seront crucifiés par un but de Jacques Abardonado à la 90e minute. Rennes laisse filer un point et manque la qualification pour la Coupe Intertoto… à la différence de buts face à Auxerre.

Le bonus

La saison suivante, en 2006/2007, Rennes croit toucher au Graal : une qualification pour le tour préliminaire de la Ligue des champions quand il étrille Lorient à domicile lors de la 37e journée (4-1) et que dans le même temps Toulouse concède le nul (0-0) sur la pelouse de Nantes. Mais, alors que Nantes va descendre en Ligue 2, les supporters des Canaris envahissent le terrain en toute fin de rencontre et Toulouse est déclaré vainqueur sur tapis vert. Pourtant lors de la dernière journée, Rennes tient la victoire à Lille et sa qualification en Ligue des Champions… jusqu'à l'égalisation de Nicolas Fauvergue (90e+2) dans les arrêts de jeu. La loose jusqu'au bout.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0