Getty Images

Avant Lille - Amiens : Rafael Leão n'est pas Kylian Mbappé, mais il est aussi bien entouré

Leão n'est pas Mbappé, mais il est aussi bien entouré

Le 17/01/2019 à 19:43Mis à jour Le 18/01/2019 à 13:30

LIGUE 1 - Bien entouré sur le terrain, Rafael Leão l'est aussi en dehors. Son père et son agent ont joué un rôle primordial l'été dernier. Et depuis, Christophe Galtier a pris le relais.

Marc Ingla a beau essayer de s'en convaincre, Rafael Leão n'est pas Kylian Mbappé. Mais il en a l'impatience. Deuxième homme fort du LOSC, aux côtés de Nicolas Pépé ces dernières semaines, le jeune attaquant portugais a trouvé sa place après six mois difficiles dont il se serait passé s'il n'avait écouté que lui. Heureusement, il a un autre point commun avec le prodige français : un père et un entourage omniprésents, qui l'ont aidé à faire les bons choix.

Car personne ne sait où serait l'attaquant de 19 ans s'il avait pris les décisions seul. Probablement (déjà) plus à Lille. Lorsqu'au mois d'août, la DNCG - le gendarme financier du foot français - avait un temps refusé d'homologuer son contrat pour contraindre le club de trouver de nouvelles liquidités avec la vente de joueurs, le surdoué d'Almada avait réclamé son retour au Sporting. Son père et son agent s'y étaient opposés.

Le père de Leão a fait pression

"Lui, il voulait rentrer mais ils ne l'ont pas ramené, avait confié par la suite Sousa Cintra, président par intérim du SCP, à la chaîne SIC Noticias. L'agent a un carton rouge et ne pourra plus mettre les pieds ici pour négocier avec nous. De grands clubs, qui ne voulaient pas d'ennuis, étaient prêts à négocier. Maintenant, il est bloqué à Lille alors qu'il aurait pu aller au Real Madrid". Antonio, le paternel, avait motivé son départ après l'attaque du centre d'entraînement par un groupe de supporters, qui avait semé le chaos au sein de l'entité lisboète.

Rafael Leão lors de ses débuts en professionnel, avec le Sporting Portugal

Rafael Leão lors de ses débuts en professionnel, avec le Sporting PortugalImago

Bien avant cela, c'est aussi lui qui avait manœuvré, en coulisses, afin que son fils obtienne plus de temps de jeu en équipe première… Comme l'avait fait Wilfried Mbappé, père de Kylian, auprès des dirigeants de l'AS Monaco, fin 2016. Jorge Jesus, coach des Leões, avait fini par céder et ne s'était pas gêné pour faire savoir que le choix n'était pas le sien. "Rafael sait faire les choses quand il a le ballon, mais pas quand il ne l'a pas", avait balancé le technicien après son deuxième match en professionnel, il y a un peu plus d'un an.

Galtier et la gestion "avec intelligence"

Par la suite, Antonio Leão avait multiplié les sorties médiatiques pour louer les qualités de l'entraîneur, grâce auxquelles son fils avait "largement évolué", comme il l'avait confié à O Jogo. C'est aussi la raison pour laquelle le jeune Rafael a atterri dans le Nord, l'été dernier : son entourage avait favorisé la restructuration du LOSC, basée sur l'encadrement des jeunes, à d'autres offres plus alléchantes. Le quotidien sportif Record avait annoncé que Manchester City lui avait fait une proposition concrète dès le mois de juillet.

Et puisque Leão fait partie de ces joueurs dont le talent est trop important pour leur parler d'âge et de maturité, Christophe Galtier a dû "le gérer avec intelligence", comme il le concède lui-même. "Il commençait à perdre un peu patience, à s'agacer, et à me montrer des choses", avait-il glissé après sa première titularisation, contre Caen, lors de la 11eme journée. "C'est un joueur qui peut vous faire vous arracher les cheveux, et quelques minutes après, vous amener beaucoup d'espoir et de sourire". Des points et des buts, aussi : le Portugais a marqué lors de chacun des trois derniers matches des Dogues.

Rafael Leao félicité par Pépé et Bamba lors de Lille - Toulouse

Rafael Leao félicité par Pépé et Bamba lors de Lille - ToulouseGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313