Getty Images

Ligue 1 : Lille a radicalement changé, la preuve en chiffres

Lille a radicalement changé : la preuve en chiffres

Le 09/11/2018 à 08:36Mis à jour Le 09/11/2018 à 19:28

LIGUE 1 - Après douze journées, le LOSC, qui affronte Strasbourg à 20h45, pointe à la troisième place du classement. Il y a pile un an, les Dogues, entrainés par Marcelo Bielsa étaient relégables. La progression entre les deux saisons saute aux yeux sur le terrain. Mais le contraste est encore plus saisissant dans les chiffres.

Le LOSC s’est retrouvé. Douze mois après être descendu à la 19e place du classement de la Ligue 1, le club de Gérard Lopez a trouvé un second souffle. Les Dogues, sous les ordres de Christophe Galtier depuis décembre 2017, sont, avant cette 13e journée de championnat pendant laquelle ils vont rencontrer Strasbourg, sur le podium avec 25 points, huit victoires et trois défaites. La progression par rapport à la situation d’il y a un an est impressionnante et s’observe dans les statistiques de l’équipe.

Evidemment, cette progression s’exprime déjà dans le nombre de points obtenus et le nombre de buts marqués. À la même période sur l’exercice 2017-18, le LOSC n’avait récolté que 12 petits points pour trois victoires et six défaites. Les Dogues se sont également mis à marquer beaucoup plus. Après douze journées de Ligue 1, cette année, le LOSC c’est 21 buts. L’année dernière, à la même période, les Lillois n’étaient parvenus à planter que… neuf buts.

Buteurs efficaces

Une différence qui s’explique notamment par la grande forme de ses attaquants. Nicolas Pépé, la star de l’équipe, a retrouvé son poste de prédilection, à droite de l’attaque, alors qu’il avait débuté la saison dernière avant-centre. Résultat, en douze journées, l’international ivoirien a marqué huit buts. Fait le plus marquant, et témoin de l’inoffensivité des Lillois la saison dernière, Nicolas Pépé, après douze journées, était le meilleur buteur de son équipe avec… deux buts marqués.

Si le LOSC marque autant, c’est également grâce à Jonathan Bamba, arrivé libre lors du mercato estival de l’AS Saint-Etienne. En douze matchs, le jeune joueur de 22 ans a planté sept buts.

Christophe Galtier est parvenu à mobiliser son effectif autour de ces deux joueurs, qui associés à Jonathan Ikoné, milieu offensif et Rafael Leão ou Rui Fonte en avant centre, se montrent très décisifs. La “BIP” (Bamba - Ikoné - Pépé) fait le bonheur des supporters du LOSC et du technicien français qui déclarait en conférence de presse : “Le danger peut venir de partout dans cette équipe, ce qui n’était pas vraiment le cas l’an dernier.

Nicolas Pépé

Nicolas PépéGetty Images

Sur les 12 premières journées de Ligue 1 cette année, le LOSC, c’est 13 tirs par match, dont 5,2 cadrés. L’année dernière, les Lillois tiraient en moyenne 11,3 fois pour 3,7 tirs cadrés. Les Dogues ne sont pas ceux qui tirent le plus, ils sont dixièmes au nombre de tirs. Ils font en revanche partie de ceux qui cadrent le plus et qui sont le plus efficaces devant le but en Ligue 1 avec la troisième place au nombre de tirs cadrés. C’est simple, le LOSC c’est un tir cadré tous les 2,5 tirs. Seul le PSG fait mieux en L1 (un tir cadré tous les 2,1 tirs).

Défense solide

Les progrès du LOSC se voient en attaque, mais aussi en défense. Troisième meilleure défense de Ligue 1 cette saison, les Lillois ont encaissé 10 buts, contre 18 à la même période sur l’exercice 2017-18. L’été dernier, les Dogues ont recruté intelligemment : José Fonte et le jeune turc Zeki Çelik sont venus renforcer une équipe qui a encaissé pas moins de 67 buts la saison dernière.

En 12 journées de Ligue 1 l’année dernière, le LOSC a subi, en moyenne, 12,7 tirs par matchs. Un chiffre qui a considérablement baissé cette année, puisque les Lillois n’ont subi qu’une moyenne de 9,8 tirs par match. Le plus faible total en L1 jusqu’ici, à égalité avec Rennes. Encore une preuve de l’efficacité de la défense et des milieux de terrain, à l’image de Thiago Mendes, qui pourtant, n’était pas dans les petits papiers de Galtier.

Zeki Celik (à gauche) est la révélation lilloise du début de saison

Zeki Celik (à gauche) est la révélation lilloise du début de saisonGetty Images

Une équipe de caractère

Ce que Christophe Galtier a également insufflé à ses joueurs depuis décembre 2017, c’est du caractère. La saison dernière, le LOSC a été au moins cinq fois, remonté au score voire même dépassé alors que le club menait. Ça a été le cas face à Monaco (1-2), Bordeaux (1-2) ou encore Rennes (2-1).

Cette année, c’est plutôt l’inverse. Lors de leur premier match de championnat face à Rennes, les Lillois, menés un but à zéro sont parvenus à renverser la situation et à s’imposer trois buts à un. Le LOSC est également capable de garder ses cages inviolées : sur douze matches, c’est quatre clean sheets. Seuls Reims (8) et Montpellier (7) en ont réussi davantage.

Le LOSC reste cependant encore un peu inconstant, surtout en fin de match. A l’image du match face à Amiens, alors qu’ils menaient trois buts à zéro, les hommes de Christophe Galtier se sont faits surprendre à deux reprises en fin de match. La moitié des buts concédés (5 sur 10) par les Dogues ont été inscrits dans les dix dernières minutes. Ce qui traduit leurs difficultés à bien finir les matches.

Dernière statistique qui pourrait donner de grands espoirs aux supporters lillois : en 2018-19, après dix journées de championnat, le LOSC cumulait 22 points. La dernière fois que c’est arrivé, en 2004-05, le club était entraîné par un certain Claude Puel, et avait terminé à la… deuxième place.

0
0