Getty Images

Aulas : "Je m’en mords les doigts de ne pas avoir gardé Genesio"

Aulas : "Je m’en mords les doigts de ne pas avoir gardé Genesio"

Le 12/12/2019 à 21:44Mis à jour Le 13/12/2019 à 19:43

LIGUE 1 – Quelques mois après avoir remercié un Bruno Genesio largement contesté par une partie des supporters de l’OL, Jean-Michel Aulas nous a confié avoir des regrets. Selon lui, seul un homme d’expérience comme Rudi Garcia peut redresser la barre. Même si la nomination de l’ancien coach de l’OM comporte quelques risques, le président lyonnais les assume.

Deux mois après sa nomination, Rudi Garcia doit toujours essuyer des sifflets du Groupama Stadium. Dans le contexte lourd et pesant de l’après-Genesio, nommer l’ancien entraineur de l’OM comportait une grosse part de risque.

J-M.A. : C’est vrai, il y avait un risque. Mais ne courrait-on pas un risque de se retrouver 15e après avoir écouté les supporters ? On leur a donné raison avec Bruno Genesio et je m’en mords les doigts de ne pas l’avoir gardé. Je préfère avoir des résultats plutôt que d’écouter les sifflets. Parfois, il faut être courageux pour dire aux supporters la vérité. Je rappelle que Rudi Garcia a joué la finale de la Coupe d’Europe dans mon stade…

Malgré tout, n’y-a-t-il pas un risque de fragiliser l’institution en nommant un coach qui divise vos supporters ?

J-M.A. : Qui a le plus d’intérêt à ce que ça marche ? Moi car je suis le premier actionnaire. J’ai de l’expérience avec un board qui me suit à 100%. Est-ce qu’il vaut mieux écouter les quelques sifflets et se retrouver en difficulté économique et sportive ? Je rappelle que l’Inter Milan et l’Ajax Amsterdam, de grands clubs, sont passés à la trappe en Ligue des champions. Lyon est encore là.

Jean-Michel Aulas, Rudi Garcia et Juninho

Jean-Michel Aulas, Rudi Garcia et JuninhoGetty Images

" Peut-être que je n'ai pas rendu service à l'institution"

Vous avez toujours défendu vos entraîneurs bec et ongles même au plus fort de la tempête avec Claude Puel par exemple. Or vous n’avez pas été fidèle à vos principes en remerciant Bruno Genesio en fin de saison dernière et en cédant à une partie de vos supporters. Aujourd’hui, est-ce que vous reconnaissez avoir fait une erreur ?

J-M.A. : Peut-être que j’ai commis une petite erreur. Est-ce que j’ai bien fait ? J’ai écouté les groupes de supporters. Peut-être que je n'ai pas rendu service à l'institution. Après tout, je suis quelqu’un d’humain. J’ai aussi voulu faire plaisir à Bruno. Moi, je pouvais vivre la situation parce que j’avais plus de bouteille que lui. Peut-être que je n’ai pas rendu service à l’institution.

Ensuite, je me suis demandé qui pouvait redresser la barre après avoir donné peut-être trop rapidement le manche à Juninho et Sylvinho. Quand Rudi me dit : "Je joue l’expérience et la complicité avec Juninho", eh bien on se sort d’une sale situation. Parce que quand ça commence à déconner dans le foot, c’est très difficile de stopper l’hémorragie. A Lyon, on a toujours su gérer la situation de crise en étant résistant, on sait ce que c’est de prendre des décisions dans un contexte difficile.

Avec du recul, regrettez-vous votre décision de vous séparer de Bruno Génésio au printemps dernier ?

J-M.A. : J’ai toujours l’habitude d’assumer mes décisions. Quand je suis allé voir Juni, il était partant avec Genesio. Je n’ai probablement pas été en harmonie avec ce que j’ai fait tout au long de ma carrière. Mais les supporters qui réclamaient le départ de Bruno doivent aussi se remettre en cause.

Bruno Genesio

Bruno GenesioGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313