Getty Images

Saint-Etienne - PSG : Julian Draxler, le valet qui ne sera jamais roi ?

Draxler, le valet qui ne sera jamais roi ?

Le 16/02/2019 à 17:00Mis à jour Le 17/02/2019 à 12:51

LIGUE 1 – Très souvent titulaire en 2019, Julian Draxler le sera une nouvelle fois, dimanche à Saint-Etienne, où le PSG se déplace en clôture de la 25e journée. L’Allemand aurait-il gagné sa place dans le onze parisien pour de bon ? Rien n'est moins sûr.

Lui aussi est champion du monde, mais il attire moins la lumière que Kylian Mbappé. Lui aussi a une technique soyeuse, mais sa propension à faire se lever un stade est incomparable à celle de Neymar. Lui aussi peut marquer des buts, mais moins qu’Edinson Cavani. Lui aussi peut mettre le ballon où il veut, mais ses frappes marquent moins les esprits que les enroulés dans le petit filet d’Angel Di Maria. Ainsi va la vie de Julian Draxler, joueur de renommée internationale qui doit composer avec un constat : tout astre qu’il soit, il n’est pas le plus brillant de la constellation d’étoiles parisiennes.

Débarqué le 3 janvier 2017 en provenance de Wolfsbourg pour quelque 36 millions d’euros, Julian Draxler est, deux ans plus tard, une doublure de luxe à Paris. Une étiquette qui l’accompagne presque sans interruption depuis son arrivée, et dont il a bien du mal à se débarrasser. La faute à qui ? La faute à quoi ? On l’a vu plus haut, il y a bien sûr une concurrence féroce au PSG, comme dans tous les clubs qui aspirent à tout gagner. Une adversité moindre lorsque Neymar et Cavani combinent à l’infirmerie plutôt que sur le pré. Draxler en profite alors pour glaner du temps de jeu, de milieu relayeur à numéro 10 en passant par ailier.

"Ça m'agace un peu"

Ce sera le cas, dimanche à Saint-Etienne, comme ça l’était, mardi à Old Trafford, où le numéro 23 parisien était titulaire dans un rôle de meneur de jeu/second attaquant derrière Mbappé lors de la victoire historique des champions de France contre Manchester United (0-2). "Je ne suis pas sûr qu’il aurait joué si Neymar et Cavani avaient été opérationnels. Contre Liverpool, il n’avait joué que 10 minutes", rappelle Sebastian Liggenstorfer, journaliste pour Eurosport en Allemagne. Draxler a-t-il profité de sa titularisation dans le Nord de l’Angleterre pour marquer des points et ainsi espérer bousculer durablement la hiérarchie ? L’Allemand a fait le boulot, s’est illustré, sans éclabousser le choc de son talent. La note de notre envoyé spécial ? 5/10. La synthèse de sa performance ? "Il n’a pas assez pesé".

Julian Draxler discute avec Dani Alves et Marco Verratti lors de Manchester United - PSG, le 12 février 2019.

Julian Draxler discute avec Dani Alves et Marco Verratti lors de Manchester United - PSG, le 12 février 2019.Getty Images

La promesse n'est plus

Une case difficile à cocher pour l’Allemand à Paris, trimbalé à de nombreux postes et titularisé au gré des absences des têtes d’affiche, que ce soit avec Unai Emery ou Thomas Tuchel, un entraîneur qui apprécie les qualités du natif de Gladbeck. "Il a beaucoup à apprendre de Tuchel, réputé pour son travail avec les jeunes joueurs", souligne Sebastian Liggenstorfer. "Il pourrait juste y avoir un problème si le PSG continue de vouloir recruter des grands noms à son poste. Il a besoin de jouer à son âge, ne serait-ce que pour renforcer sa place en équipe d’Allemagne." Où il est, là aussi, une doublure de luxe. Ainsi va la vie de Julian Draxler, acteur de choix… dans un second rôle.

Julian Draxler réagit lors du match amical entre l'Allemagne et la France (2-2), le 14 novembre 2017 à Cologne.

Julian Draxler réagit lors du match amical entre l'Allemagne et la France (2-2), le 14 novembre 2017 à Cologne.Getty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0