Getty Images

Tuchel - Henrique, gardiens, mercato : et maintenant, que va faire le PSG ?

Tuchel - Henrique, gardiens, mercato : et maintenant, que va faire le PSG ?

Le 23/04/2019 à 09:00Mis à jour Le 23/04/2019 à 09:12

LIGUE 1 - Sacré champion de France, le Paris Saint-Germain peut se focaliser sur la saison prochaine même s'il lui reste un titre à jouer face à Rennes samedi en finale de la Coupe de France. Malgré sa domination sans partage sur la L1, le club de la capitale est loin d'avoir vécu un exercice des plus tranquilles. Les questions qui entourent son avenir son nombreuses.

Tuchel - Henrique : Al-Khelaïfi doit-il trancher ?

La guéguerre n'a que trop duré. Les relations très délicates entre l'entraîneur parisien Thomas Tuchel et Antero Henrique, le directeur sportif du club de la capitale, ont déjà considérablement plombé le PSG cette saison. Les désaccords entre les deux hommes sur les transferts ne sont pas étrangers aux échecs enregistrés par Paris sur le mercato, estival comme hivernal. Les nombreuses piques envoyées par le technicien allemand en public concernant les limites de son effectif, perçues comme une stratégie pour étendre son pouvoir, ne font qu'envenimer la situation.

Paris ne peut plus se permettre de vivre dans cette cacophonie. Le seul qui puisse y mettre un terme, c'est Nasser Al-Khelaïfi. Le président du PSG a confirmé Tuchel dans ses fonctions. Si une prolongation de deux ans n'a pas encore été officialisée, elle aurait été signée le 28 mars dernier. Parallèlement, NAK a laissé entendre que Henrique allait conserver son poste de directeur sportif. Il n'a pas tranché dans un sens ou dans l'autre et Paris semble parti pour s'appuyer sur le même duo lors du prochain mercato. Avec tous les risques que cela implique.

Vidéo - A régler ses comptes avec Henrique, Tuchel saborde la fin de saison du PSG

02:33

Gardiens : une situation enfin claire ?

Thomas Tuchel a souvent botté en touche au moment de définir le numéro un au poste de gardien à Paris. L'alternance semblait être de mise entre Alphonse Areola et Gianluigi Buffon. Les faits ne laissent cependant que peu de place au doute. Aligné sur toute la fin de la campagne de Ligue des champions, l'Italien était bien le premier choix de l'entraîneur allemand. Areola a fait bonne figure mais il peut difficilement se contenter d'une situation identique la saison prochaine. Elle ne serait pas non plus bénéfique pour le PSG qui voit en l'international français le futur du club à ce poste.

Rebattre les cartes est une option qui a ses complications. Buffon, en fin de contrat en juin et dont la prolongation semblait actée fin mars, n'a toujours rien signé. L'Italien ne sera pas forcément emballé à l'idée de jouer les doublures. Il ne faut pas non plus oublier Kevin Trapp, prêté à l'Eintracht Francfort sans option d'achat. Paris n'a pas exclu de le vendre si une offre de 8 millions d'euros est formulée par le club allemand. Elle n'est toujours pas arrivée. Si bien que la situation des gardiens reste une énigme à Paris. Comme c'est systématiquement le cas depuis plusieurs saisons.

Gianluigi Buffon, Kevin Trapp et Alphonse Areola

Gianluigi Buffon, Kevin Trapp et Alphonse AreolaGetty Images

Départs : Draxler, Cavani, Meunier… qui doit partir ?

Paris a d'ores et déjà fait rentrer près de 40 millions dans les caisses avec les transferts définitifs de Grzegorz Krychowiak au Lokomotiv Moscou, pour une somme estimée entre 10 et 13 millions d'euros, et Giovani Lo Celso au Betis Séville, pour un montant de 25 millions d'euros. C'est un début mais cela ne suffit pas pour un club toujours contraint de vendre afin d'amortir les transferts de Neymar et Kylian Mbappé en 2017 et de rentrer dans les clous du fair-play financier. Il faudra d'autres départs et les candidats sont finalement assez nombreux au PSG.

Il y a déjà tous ceux qui sont en fin de contrat en 2020 et qui n'ont pas été prolongés. Parmi eux figurent Thiago Silva, que Thomas Tuchel souhaite conserver. Ou Edinson Cavani, adoré par le public mais dont la valeur marchande, estimée à 50 millions d'euros, a de quoi faire réfléchir les dirigeants parisiens pour un joueur âgé de 32 ans. Thomas Meunier, Layvin Kurzawa, Christopher Nknunku et Moussa Diaby sont aussi à un an du terme de leur contrat. Il en reste deux à Julian Draxler, mais le manque d'impact de l'Allemand et sa valeur (35 millions d'euros) sont des arguments pour le vendre.

Julian Draxler (Paris Saint-Germain)

Julian Draxler (Paris Saint-Germain)Getty Images

Arrivées : quel budget pour quels calibres ?

L'enveloppe dont disposera le club de la capitale reste à définir. Le PSG a développé sa marque en signant quelques contrats de sponsoring, dont un particulièrement juteux avec Accor, ce qui lui donnera une marge de manœuvre supérieure à l'an passé. Mais il paiera aussi le manque à gagner de son élimination précoce en Ligue des champions. Le budget transfert sera également conditionné par les ventes de joueurs. Dans tous les cas, Paris ne pourra pas se permettre la folie dépensière d'il y a deux ans avec plus de 400 millions d'euros déboursés pour le duo Neymar-Mbappé.

Les dirigeants parisiens vont devoir recruter malin. La piste menant à Ander Herrera, en fin de contrat avec Manchester United, entre dans cette logique pour le secteur qui est à renforcer en priorité : le milieu de terrain. Si Paris a souffert de son manque de profondeur d'effectif cette année et doit améliorer son équipe d'un point de niveau quantitatif, il a aussi besoin de joueurs de premier plan pour être plus compétitif en Ligue des champions. Mais ces joueurs sont chers. Et la capacité des dirigeants parisiens à recruter ce type de calibre sera l'une des questions brûlantes de l'été.

Vidéo - Mercato et identité : Tottenham et l'Ajax soulignent encore plus les défaillances du PSG

02:53
Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0