Cette fois, Jean-Michel Aulas a parlé depuis son fief. Après avoir multiplié les apparitions médiatiques, le président de l'Olympique Lyonnais a profité de la conférence de presse de présentation de Tino Kadewere et Bruno Cheyrou pour évoquer, une nouvelle fois, le sujet qui l'a tant fait parler ces dernières semaines. Alors que le Conseil d'Etat a validé, mardi, le classement final de Ligue 1 pour la saison 2019/2020, le dirigeant rhodanien a, pour la première fois, semblé délaisser son combat.

"Je regrette que la Ligue ait pris la décision de tout stopper avant même qu'il y ait un décret d'Etat, a-t-il rappelé. Mes combats sont d'intérêt général, même si d'autres s'amusent à les présenter autrement. Nous verrons, d'ici 5 ans ou 10 ans, ce sur quoi aura débouché cet arrêt prématuré du championnat. Le déficit d'exploitation du foot français va dépasser le milliard d'euros."

Ligue 1
Hit-parade des audiences, acrobate de la finance : Le tacle appuyé de Le Graët à Aulas et Lopez
10/06/2020 À 07:32

La Coupe de la Ligue ? L'OL mise aussi beaucoup sur la C1…

Selon lui, le président de l'OL a même fini par changer de posture. Alors qu'il assumait bien volontiers de lutter seul (ou presque) contre vents et marées au moment de réclamer la reprise de la saison, il s'estime désormais voix portante du plus grand nombre. "Je dirais que l'opinion publique s'est, au fil des semaines, retournée contre les auteurs des décisions, confie-t-il. Je pense que j'ai pu choquer un certain nombre de gens qui ont bénéficié de ces décisions, c'est pour cela que je parlais d'intérêt général et d'intérêts particuliers."

Jean-Michel Aulas devant le Conseil d'Etat le 4 juin 2020

Crédit: Getty Images

Alors que cela ne semblait plus être son sujet fétiche ces derniers mois, "JMA" a de nouveau évoqué le sportif, alors que ses joueurs ont repris l'entraînement cette semaine pour préparer une fin de saison importantissime. L'OL aura en effet la possibilité d'obtenir un ticket pour le deuxième tour de qualification de la Ligue Europa s'il bat le Paris Saint-Germain en finale de Coupe de la Ligue. Pas une mince affaire. Mais le dirigeant rêve plus grand : "Mon petit doigt me dit qu'on va être en Coupe d'Europe l'année prochaine, et peut-être pas où vous l'imaginez."

Pas d'inquiétude pour le mercato

L'OL est en effet toujours engagé en Ligue des champions, où il avait pris l'avantage sur la Juventus, en huitième de finale aller (1-0), avant la suspension des compétitions. S'il décroche le titre européen en août, il sera directement qualifié pour l'édition suivante. "Ce n'est pas prétentieux, c'est une question d'état d'esprit, martèle Aulas. Les quarts, demies et la finale vont se jouer sur un match. Ce qui veut dire que les possibilités de qualification, même si elles sont extrêmement difficiles, existent toujours."

Le président lyonnais l'assure, ni la crise économique ni les résultats du club à la reprise n'influenceront la stratégie sur le mercato. Parce que "l'OL est dans une très bonne santé économique malgré 100 millions d'euros de manque à gagner." Quid des éventuels départs, si le projet lyonnais perd en attractivité ? Juninho, le directeur sportif, a laissé poindre une légère inquiétude : "On discute avec Memphis, on a envie qu'il reste, admet le Brésilien. S'il sent qu'il y a un vrai projet, qu'on peut gagner des matchs comme ceux de la fin de la saison, il pourrait rester." Ce à quoi Aulas répond avec beaucoup plus de fermeté : "De toute façon, Memphis est sous contrat, on n’a eu aucune proposition." Preuve que, finalement, rien n'a changé à l'OL. Le patron sait toujours prendre les devants quand il le faut.

Juninho veut garder Memphis : "On a commencé à discuter pour une prolongation, mais..."

Ligue 1
Décisions du Conseil d'Etat : L'OL ne lâche rien et réclame toujours une reprise de la saison
09/06/2020 À 19:36
Ligue 1
Toulouse et Amiens maintenus en Ligue 1 ? Pas si vite…
09/06/2020 À 19:16