"Il y a des choses à améliorer en général !" Thomas Tuchel est comme ça. Protecteur ou père Fouettard, l'Allemand endosse les deux costumes en fonction des situations. Lors des premières sorties de la saison, le technicien du PSG avait ainsi tenu un discours à l'opposé de l'impression générale. Louant les mérites de son équipe pourtant dans le dur aussi bien dans le jeu qu'en terme de résultat. Et dimanche soir alors que son PSG a enchaîné un troisième succès d'affilée à Reims (0-2) avec une rencontre totalement maîtrisée, il a fait part de son agacement.

Plusieurs raisons sont à l'origine de son courroux. L'attitude de son équipe n'a pas vraiment été du goût de l'ancien technicien du Borussia Dortmund et de Mayence. Notamment après la pause. "Je ne suis pas content de la deuxième mi-temps, on n'était pas assez sérieux, intense, agressif", a-t-il regretté après le coup de sifflet final. Si son équipe n'a presque jamais tremblé, ses joueurs ont été trop laxistes à ses yeux. "Après le repos, on a laissé trop d'espaces à Reims, on a perdu trop de ballons faciles", s'est-il encore agacé. "Franchement, je ne suis pas content. On s'est trop éparpillés. (…) J'attends plus de qualité, de sérieux, de la part de mes joueurs. Plus de précision".

Ligue 1
Neymar, nouveau poste et nouvelles sensations
27/09/2020 À 22:25

5e j. - Tuchel : "Si on peut marquer 8 buts, il faut les mettre"

L'instinct de tueur

En parlant de précision, un secteur est dans son collimateur : l'attaque des champions de France. Mauro Icardi a pourtant enfin retrouvé le chemin du but après des mois d'une disette qui commençait à devenir inquiétante. Mais cela n'a pas suffi à faire le bonheur de Tuchel. Loin de là. "On a fait une bonne première mi-temps, on a eu beaucoup de possession, on s'est créé beaucoup d'occasions mais on les a ratées presque toutes, a souligné l'entraîneur des vice-champions d'Europe. Pour notre qualité, c'est trop. On doit tuer ce match. Après 20 minutes, ça doit être 3 ou 4-0. Le plus difficile c'est de créer des occasions nettes et on en a eu 7 ou 8".

Il est vrai que le PSG a attendu la 62e pour se mettre vraiment à l'abri, alors que les "Quatre Fantastiques" (Neymar, Mbappé, Di Maria et Icardi) étaient enfin alignés ensemble pour la première fois de la saison. Mais voilà entre Neymar (43e, 90e), Kylian Mbappé (6e, 82e), Angel Di Maria (15e), Julian Draxler (12e), ou Pablo Sarabia (87e), Paris a eu du déchet devant le but adverse, et c'est un doux euphémisme. "On doit retrouver notre efficacité, l'instinct de tueur. Si on peut mettre 8 buts, on doit mettre 8 buts. Il faut ce sérieux, cette agressivité, je demande cette précision", a prévenu un Tuchel exigeant qui en veut plus. En mode père Fouettard. Signe que Paris est aussi sur le bon chemin après son entrée en matière poussive en L1.

5e j. - Tuchel : "L'attente était trop longue pour Icardi"

Ligue 1
Campos a demandé à quitter Lille
16/10/2020 À 18:28
Ligue 1
Si ça tourne à la catastrophe avec Mediapro, que faut-il craindre pour les clubs français ?
16/10/2020 À 10:06